mis à jour le

Le 1er vice président de la FEMAFOOT Moussa Konaté hier face à la presse : « Carteron voulait 29 millions FCFA comme salaire et 100 millions FCFA au lieu de 50 millions FCFA comme prime de qualification au mondial 2014″

Suite au départ intempestif de l’ex sélectionneur national des Aigles Patrice Carteron au TP Mazembé et l’abondance d’informations polémiques dans la presse,  la fédération malienne de football a enfin décidé de sortir du silence pour livrer ses quatre vérités. Le 1er vice président de l’instance dirigeante du football malien Moussa Konaté était face à la presse hier pour expliquer les contours de cette affaire. Selon lui Patrice Carteron voulait une augmentation de sa rémunération qu’il voudrait relever jusqu’à 29 000 000 FCFA, soit le triple de son salaire de 10 000 000 FCFA.

Moussa Konaté, vice-président Femafoot

La Fédération Malienne de Football  a décidé de  s’ouvrir à travers les journalistes à l’opinion publique nationale et internationale  concernant l’affaire de l’ex sélectionneur des Aigles Patrice Carteron qui a signé un contrat avec le TP Mazembé alors qu’il était engagé avec le Mali jusqu’en juillet 2014. Le 1er vice président de la fédération et chargé des équipes nationales Moussa Konaté était face à la presse hier mercredi au siège de Malifoot pour donner la version de la fédération sur cette affaire.

Dans son exposé, Moussa Konaté a expliqué aux hommes de media pourquoi la fédération a attendu jusqu’à ce jour pour aborder publiquement ce sujet pénible :  » pour une affaire aussi sérieuse, nous avons estimé  que cela aurait été irresponsable de notre part de nous lancer dans des spéculations hasardeuses, dont la crédibilité pouvait être contestable. Désormais, Carteron lui-même nous a confirmé officiellement qu’il mettait un terme à sa collaboration avec la fédération et qu’il avait signé un contrat avec le club du TP Mazembé. Raison pour laquelle, nous estimons que le moment est venu aujourd’hui de nous adresser  à l’opinion publique nationale  et internationale « , a-t-il indiqué.

Quant à la question de savoir si le technicien français des Aigles avait au préalable  averti Malifoot de son désir de partir comme il l’a indiqué sur RFI, Moussa Konaté réfute cette information : « auparavant, à aucun moment, Patrice Carteron n’a évoqué à ma connaissance avec aucun membre de la fédération, l’éventualité de louer ses services à une autres entité sportive « , a-t-il déclaré.

Il a également affirmé qu’il n’existait pas de clause dans le contrat de Carteron qui lui permettait  de signer dans un club : « dans l’article 15 du contrat qui traite les questions de son engagement, il est clairement dit qu’il devait être basé au Mali comme il l’a annoncé lors de sa première conférence de presse. Ce même article insiste  sur les conditions de rupture de contrat par l’une des deux parties en précisant que, la partie voulant mettre fin au contrat  devra auparavant  avoir mis en demeure par lettre recommandée avec accusé de réception, l’autre partie d’exécuter ses obligations avant l’expiration d’un délai d’un mois. Au terme de ce délai, en l’absence d’exécution de l’obligation du contrat, la résiliation sera  effective. Et je peux affirmer que la fédération a honoré scrupuleusement toutes ses obligations définies envers l’employé Carteron. Mais de son coté, Carteron n’a pas mis en ½uvre la  procédure  normale et il a rompu unilatéralement de façon brutale le contrat le liant à la fédération qui courait jusqu’au 31 juillet 2014. Cela constitue une atteinte flagrante  aux clauses dudit contrat et s’inscrit de ce fait en violation du code de travail malien « , a-t-il signalé.

 

Contrairement aux raisons évoquées par Carteron sur son départ, le 1er vice président de la FEMAFOOT a révélé que la décision du technicien français est intervenue juste après sa demande d’augmentation de sa rémunération. Aux dires de Moussa Konaté, Patrice Carteron voulait le triple de son salaire et des avantages conséquents :  » il voulait une rémunération de  29 millions FCFA, soit le triple de son salaire qui est de 10 millions FCFA. Et comme prime de  qualification à la coupe du monde 2014, il a demandé 100 millions FCFA au lieu de 50 millions FCFA comme prévu. Pour la prime de qualification à la Can 2015, il a souhaité avoir 50 millions FCFA  en lieu et  place de 15 millions FCFA. Et pour finir, il a réclamé 8 billets d’avions pour ses voyages au lieu de 2 « , a-t-il dévoilé.

 

Ainsi face à cet état de fait, Moussa Konaté a déclaré que la fédération a saisi la FIFA pour trancher : « cette rupture nous cause un préjudice considérable dont la manifestation la plus évidente est le risque de déstabiliser notre équipe nationale. Justice doit être faite et nous nous emploierons par tous les moyens légaux. C’est pour cette raison que nous avons décidé de porter le cas devant les instances judiciaires compétentes et devant la FIFA «  a-t-il conclu.

Alou B  HAIDARA

 

Carteron voulait piéger Malifoot !

Vu la proposition salariale indécente que l’ex sélectionneur des Aigles Patrice Carteron a soumise à la Fédération Malienne de Football, nous pouvons nous rendre compte que le technicien français avait une volonté vive de partir. Mais pour ce faire, il fallait  qu’il trouve une porte de sortie en piégeant l’instance dirigeante du football malien. Toute chose qui prouve ses multiples sorties médiatiques.  Mais dans ses  propos, ce machiavélique manipulateur ne fait que donner des informations incohérentes. Dans un premier temps, il affirme qu’il voulait retrouver le rectangle vert quotidiennement d’où sa motivation. En second lieu, il a déclaré que le Mali est un pays instable à cause de la guerre et que la fédération malienne est à l’image du pays. Ensuite rusé comme un lapin, après avoir signé son contrat illégal avec le TP Mazembé, il propose de diriger l’équipe  pour les deux prochains matches comptant pour les éliminatoires du mondial  le 9 juin contre le Rwanda et le 16 juin face au Bénin. C’est à travers cette proposition qu’il comptait faire tomber la fédération  dans un véritable traquenard. C’est dire que sachant bien qu’il était désormais indésirable au sein du groupe des Aigles, il voulait pousser la fédération à le renvoyer officiellement. Toute chose qui allait faire tourner l’affaire à son avantage devant la commission statutaire  des joueurs de la FIFA.

En tous cas, espérons que ce caïman qui a déstabilisé la sérénité de notre football, sera sévèrement puni par l’instance dirigeante du football mondial.

  Sory Ibrahima Coulibaly

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

président

AFP

Soudan: trois morts au Darfour où le président Béchir est en visite

Soudan: trois morts au Darfour où le président Béchir est en visite

AFP

Ouganda: des étudiants manifestent contre la suppression de la limite d'âge du président

Ouganda: des étudiants manifestent contre la suppression de la limite d'âge du président

AFP

Nkosazana Dlamini Zuma, l'énigmatique ex-épouse du président

Nkosazana Dlamini Zuma, l'énigmatique ex-épouse du président

presse

AFP

Le président soudanais presse les citoyens du Darfour de rendre leurs armes

Le président soudanais presse les citoyens du Darfour de rendre leurs armes

AFP

Burundi: l'ONU presse la CPI d'enquêter sur des crimes contre l'humanité

Burundi: l'ONU presse la CPI d'enquêter sur des crimes contre l'humanité

AFP

Présidentielle kényane annulée: la presse salue la "maturation" de la démocratie

Présidentielle kényane annulée: la presse salue la "maturation" de la démocratie

salaire

AFP

Bissau: accord entre l'Etat et des syndicats pour une hausse du salaire minimum

Bissau: accord entre l'Etat et des syndicats pour une hausse du salaire minimum

AFP

Salaire impayés: Luanda paralysée par une grève des transports publics

Salaire impayés: Luanda paralysée par une grève des transports publics

AFP

Tunisie: des centaines de manifestants réclament une augmentation de salaire

Tunisie: des centaines de manifestants réclament une augmentation de salaire