mis à jour le

Mali: après les affrontements d’Anéfis, le MNLA et l’armée attendent les pourparlers de Ouagadougou

Manifestation à Gao, le 30 mai 2013. Les participants exigeaient de la France et de la transition malienne qu’elles récupèrent la ville de Kidal, laissée aux mains du MNLA par l’armée française lors de la reconquête du début d’année.
REUTERS/

Au nord du Mali, vingt-quatre heures après des accrochages entre l’armée et le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) dans le village d’Anéfis, à environ 110 kilomètres au sud-ouest de Kidal, la situation est calme. Alors que s’ouvrent, vendredi 7 juin, les premières discussions entre Bamako et les groupes du nord, les deux camps ne devraient visiblement pas bouger.

 

Une sorte de statu quo précaire règne à Anéfis. Depuis mercredi midi, la bourgade est aux mains de l’armée malienne. Ce jeudi 6 juin, dans la matinée, l’état-major a une nouvelle fois indiqué que ses soldats consolidaient leurs positions.

 

 

Après un repli express, les combattants du MNLA sont désormais à 20 kilomètres à l’est du village, au niveau de la piste qui mène à Kidal. En principe, cette situation désormais stabilisée ne devrait pas évoluer, car la communauté internationale a multiplié les contacts pour que les deux camps calment le jeu, à moins de vingt-quatre heures de l’ouverture de négociations à Ouagadougou.

 

 

« Le MNLA, mais aussi Bamako, doivent s'abstenir de tout acte ou propos pouvant mettre à mal le processus de paix », affirme un diplomate proche de la médiation. Car l’avancée de l’armée malienne vers Anéfis, décidée par le président par intérim Dioncounda Traoré, a froissé les différents partenaires du Mali, et notamment Paris.

 

Au moment des combats, paradoxalement, François Hollande s’apprêtait à recevoir un prix pour la paix dans les locaux de l’Unesco à Paris. Le chef de l’Etat français a rappelé la position officielle de la France : « Il ne devait y avoir qu’une seule armée au Mali », estime-t-il.

Mais en coulisses, le président Hollande a visiblement demandé aux officiels maliens de retenir leurs troupes et d’arrêter les discours guerriers.

 

 

Ce mercredi, en début d’après-midi, un cadre de l’état-major malien affirmait à RFI que « la guerre est la seule solution pour tenir les élections à Kidal ». Deux heures plus tard, le même colonel indiquait : « Notre priorité, vous savez, c’est le dialogue. »

 

 

La diplomatie parallèle a également fonctionné à plein régime à Ouagadougou et Kidal, pour appeler le MNLA a quitter Anéfis, à ne pas répliquer aux attaques de l’armée, et à rester concentré sur les négociations.

 

 

Afin d’éviter l’étincelle de trop, et donc un embrassement entre l’armée et le MNLA, la France a envoyé, mercredi soir, un groupe de 15 soldats à Anéfis. Ce « détachement de liaison » est là pour appuyer les soldats maliens en cas de problème, et faire remonter les informations rapidement vers la France.

 

 

Officieusement, cela permet à Paris d’avoir un ½il sur les deux camps et de s’assurer que la situation ne dégénère pas.

 

Par RFI

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

affrontements

AFP

RDC: 26 morts dans des affrontements en huit jours

RDC: 26 morts dans des affrontements en huit jours

AFP

Affrontements dans le centre de la RD Congo : 23 morts

Affrontements dans le centre de la RD Congo : 23 morts

AFP

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

MNLA

AFP

Mali: un groupe pro-Bamako prend des positions rebelles du MNLA

Mali: un groupe pro-Bamako prend des positions rebelles du MNLA

Fiasco

Y a-t-il un plan B au Mali?

Y a-t-il un plan B au Mali?

remake?

Le Mali et le spectre de l'enfer de 2012

Le Mali et le spectre de l'enfer de 2012

pourparlers

AFP

Des milliers de Burundais manifestent contre les pourparlers d'Arusha

Des milliers de Burundais manifestent contre les pourparlers d'Arusha

AFP

Le Burundi boycotte les pourparlers de sortie de crise

Le Burundi boycotte les pourparlers de sortie de crise

AFP

Côte d'Ivoire: pourparlers avec les mutins, retour au calme

Côte d'Ivoire: pourparlers avec les mutins, retour au calme