mis à jour le

Mali : Des militaires francais prennent position à Anefis (source militaire)

Les troupes militaires de la Force Licorne

Un détachement de la force armée française, « Serval », a été déployé, dans la soirée du mercredi au jeudi, à Anefis pour dit-on surveiller les troupes maliennes, a-t-on appris jeudi d’une source militaire malienne.

 

 

« Les Français ne veulent pas que nous progressions sur Kidal, il va falloir qu'ils définissent clairement leurs intentions dans cette affaire de deux poids deux mesures. Nous espérons que la France comprendra très vite l’urgence de la situation », a déclaré un officier de la force spéciale malienne joint au téléphone.

 

 

Le bilan définitif des accrochages d’Anefis est de 31 morts côté rebelles, deux véhicules incendiés, 4 véhicules équipés d’armes de guerre saisis et un prisonnier. Le second prisonnier s’est donné la mort au cours de son transfert sur Gao, en cognant sa tête contre la carrosserie du véhicule. Les FAMAS, (forces armées maliennes et sécurité) ont enregistré deux blessés légers. Une source apprend que les rebelles ont quitté la ville de Kidal, pour aller se réorganiser aux alentours. Ils espèrent attendre du renfort qui viendrait de la Libye.

 

french.news.cn

 

 

Mali: le silence des organisations internationales de défense des droits de l’homme fustigé par un officier supérieur malien

 

 

Le silence des organisations internationales de défense des droits de l’homme a été fustigé mercredi par un officier supérieur malien, a-t-on appris ce jour.

 

 

Les forces armées et de sécurité du Mali ont attaqué mercredi matin des combattants du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), un groupe rebelle touareg, à Anéfis, une localité située à 100 Km de la ville de Kidal dans l’extrême nord-est du pays.

 

 

Le directeur de l’information et des relations des armées du Mali (Dirpa), porte-parole de l’armée malienne, le lieutenant-colonel Souleymane Dembélé, a indiqué que l’armée a « repris la localité d’Anéfis aux groupes armés qui continuent à hypothéquer le processus de retour à la normale dans la région de Kidal ».

 

 

Evoquant le bilan des affrontements, celui-ci a indiqué: « deux soldats maliens blessés, une dizaine de bandits du MNLA tués, 4 véhicules calcinés (détruits), deux véhicules saisis, plusieurs combattants faits prisonniers ».

 

 

Selon l’officier malien, « il ne s’agit pas de faire la guerre à Kidal, il s’agit pour les forces armées de se réinstaller dans les casernes pour favoriser le retour de l’administration et permettre le déroulement des élections en juillet 2013″.

 

 

« Dans sa débande, le MNLA continue les exactions sur les populations présumées défavorables à leur cause: cinq boutiques sonrhaï ont été cassées, des populations de Kidal et Tessalit font l’objet d’arrestation, certains sont déportés », a-t-il dit, ajoutant: « le Mali n’est pas une terre de couleurs. L’armée a le devoir d’assurer la sécurité et protéger les personnes et leurs biens ».

 

 

Le porte-parole de l’armée malienne a laissé entendre: « Jusqu’ici, la communauté internationale (hormis la France) n’a pas réagi à ces exactions d’un autre âge ».

 

 

« Où sont les organisations humanitaires qui pourtant étaient promptes à accuser l’armée d’exactions à Sevaré, Tombouctou, Diabaly, etc.? », s’interroge le porte-parole de l’armée malienne, qui affirme: « il est étonnant que ces organisations humanitaires ferment les yeux sur les velléités génocidaires et criminelles à Kidal contre les peaux noires ».

 

 

Celui-ci a insisté: « Nous n’allons pas nous laisser distraire par ceux qui n’ont d’autres raisons que la violence, le crime et la terreur. Jusqu’à preuve de contraire, la région de Kidal est une partie intégrante du territoire malien, et l’armée a le devoir d’y assurer la sécurité des personnes et leurs biens ».

 

 

Pour conclure, le porte-parole de l’armée malienne a déclaré: « le MNLA n’est porteur d’aucun projet politique, d’aucun projet de société. La plupart des cadres et leurs hommes de main vivent de l’escorte de la drogue et des trafics en tous genres. Les paisibles populations ne se reconnaissent pas en eux ».

 

 

Par ailleurs, le gouvernement de la République du Mali a « porté à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que suite aux exactions perpétrées sur les populations par des groupes armés à Kidal et dans les autres localités de la région, les Forces armées et de sécurité ont poursuivi leur déploiement sur cette partie du territoire en vue de protéger les personnes et leurs biens », selon un communiqué rendu public mercredi soir par le ministre malien de la Communication, porte-parole du gouvernement, Manga Dembélé.

 

 

Selon le ministre porte-parole du gouvernement, « l’objectif recherché est de ramener la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national, favoriser le retour de l’administration et le bon déroulement des élections dans un environnement sécurisé et à la date indiquée (..) ».

 

 

Celui-ci a ajouté: « En ce moment précis, la localité d’Anéfis et environnant est entièrement sous le contrôle des forces armées et de sécurité qui poursuivent leur progression ».

 

 

Le gouvernement du Mali « réitère sa disponibilité au dialogue pour recouvrer l’unité nationale et l’intégrité du territoire » et « appelle les populations à rester calmes et vigilantes », conclut le texte.

 

French.news.cn   2013-06-06 19:10:36

Mali

AFP

Trois Casques bleus et un soldat malien tués dans le nord-est du Mali

Trois Casques bleus et un soldat malien tués dans le nord-est du Mali

AFP

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

AFP

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

militaires

AFP

Cameroun: quatre militaires tués en zone anglophone

Cameroun: quatre militaires tués en zone anglophone

AFP

La détention de militaires ternit l'image de la "nouvelle Gambie"

La détention de militaires ternit l'image de la "nouvelle Gambie"

AFP

L'ONU renforce de 900 militaires sa mission de paix en Centrafrique

L'ONU renforce de 900 militaires sa mission de paix en Centrafrique

français

AFP

Lettre aux présidents burkinabè et français

Lettre aux présidents burkinabè et français

AFP

Dans le Sahel, les aviateurs français prêts

Dans le Sahel, les aviateurs français prêts

AFP

Français tué dans un commissariat en Egypte: la famille tente de relancer l'enquête française

Français tué dans un commissariat en Egypte: la famille tente de relancer l'enquête française