mis à jour le

 Visite de François Hollande et Mohamed VI à Casablanca, le 3 avril 2013. REUTERS/Youssef Boudlal
Visite de François Hollande et Mohamed VI à Casablanca, le 3 avril 2013. REUTERS/Youssef Boudlal

Le Maroc n'a plus les moyens d'acheter la paix sociale

Le royaume ne pourra pas continuer à délivrer autant de subventions à l'avenir. Des réformes sont nécessaires.

Le Maroc est souvent rattaché au qualificatif suivant: stable. Ces dernières années, des immeubles, des malls et deux tours jumelles de 28 étages se sont dressés, alors que l'économie mondiale chancelait. Un récent article du Financial Times revient sur cette prétendue stabilité économique.

Car, si le royaume chérifien n'a pas été mis en péril par le «printemps arabe», il présente des similitudes avec ses pays voisins. Comme l'Egypte, le royaume subventionne la vie de millions de Marocains, de l'achat du pain au paiement de la facture de gaz.

A cela s'ajoute un fort taux d'emplois dans les administrations publiques. Ces subventions ont explosé ces dernières années dans un contexte de crise économique en Europe: la manne touristique diminue et les investissements directs dans le pays régressent, écrit le Financial Times.

«Je n'avais jamais vu de tels problèmes budgétaires» au Maraoc, témoigne Raza Agha, économiste en chef pour le Moyen-Orient et l'Afrique chez VTB Capital à Londres.

Les subventions sont passées de 500 millions de dollars en 2004 à 6,5 milliards de dollars en 2012, soit environ 8 pour cent du PIB, indique le Financial Times. Pendant ce temps, la dette publique grimpe: elle atteint 67 milliards de dollars, 60% du PIB, contre 48% en 2008. Mais comme le rappelle le journaliste Borzou Daragahi, le royaume continue de subventionner pour maintenir la paix sociale.

Le gouvernement s'est montré réticent à mettre en œuvre des réformes, mais il a relevé certaines taxes et semble préparer le secteur public à plus de restrictions budgétaires, précise le journaliste

Tout n'est pas gris sous le soleil marocain. Contrairement à l'Egypte, le gouvernement marocain a réussi à conclure un accord de 6,2 milliards de dollars avec l'aide du Fonds monétaire international (FMI) en 2011.
 

Lu sur le Financial Times

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

subventions

AFP

Nigeria: polémique sur les subventions aux pèlerins musulmans

Nigeria: polémique sur les subventions aux pèlerins musulmans

Med Dhia Hammami

Tentative d’immersion dans la boite noire des subventions de l’énergie

Tentative d’immersion dans la boite noire des subventions de l’énergie

AFP

Soudan: Béchir défend la levée des subventions sur les carburants

Soudan: Béchir défend la levée des subventions sur les carburants

pauvreté

AFP

Jovenel Moïse veut sortir Haïti de la pauvreté avec l'agriculture

Jovenel Moïse veut sortir Haïti de la pauvreté avec l'agriculture

Malnutrition

Au Nigeria, la famine menace aussi, mais elle est presque invisible

Au Nigeria, la famine menace aussi, mais elle est presque invisible

Date de péremption

Le scandale des poulets avariés résume les problèmes qui touchent la Sierre Leone

Le scandale des poulets avariés résume les problèmes qui touchent la Sierre Leone

crise économique

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Soudan

Le Nile Train n'est pas une mauvaise chose

Le Nile Train n'est pas une mauvaise chose

dèche

L'épargne, un luxe pour les ménages marocains

L'épargne, un luxe pour les ménages marocains