mis à jour le

Ce qui se passe aujourd’hui sur les hauteurs se poursuivra bientôt dans nos rues.

Nos braves de l’armée et de la garde nationales sont prix au piège . Encore deux militaires sont morts , ce matin , suite à l’explosion d’une mine à Châambi..
Il est urgent que le ministre de la défense et le premier ministre Laâridh sautent !!!

Il ne fait aucun doute que l’institution militaire soit infiltrée. Celui de l’intérieur l’est depuis l’arrivée des mercenaires au pouvoirC’est le énième témoignage de nos braves soldats qui reconfirment désespérément que leurs mouvements sont transmis aux moindres détails à l’ennemi invisible. Des mines antipersonnel et antichar, dont on ne parle pas, replantées là où la zone a été ratissée la veille.

En plus du dernier incident en date, très mal maquillé de la part du porte parole du ministère, qui a causé la mort du chef du campement par un tir de dix balles en série visant bien la tête, où il serait difficile de croire à une histoire d’oubli d’un mot de passe et encore moins à une transgression volontaire de protocole par un gradé dans une situation de combat. L’ennemi se trouve-t-il parmi nos troupes ?.

Désormais le constat devient insupportable et les versions officielles des faits suscitent plus d’accusations qu’elles ne fournissent d’arguments. Notre armée est en guerre contre une force occulte qui loge dans ses propres rangs et par conséquent c’est tout le pays qui l’est. Ce qui se passe aujourd’hui sur les hauteurs se poursuivra bientôt dans nos rues. On a tant refusé de croire que cela arriverait un jour, pas loin de nos villes, et on continue d’ignorer que cela puisse arriver à l’intérieur d’elles. Dans le même état d’esprit que celui de la classe politique, relativisant l’irréparable et modérant l’anéantissement. Les armes parleront.

Au moment même de la clôture de ce papier, une autre mine vient de sauter au centre du village « Faj Bouhsine », dans les faubourgs de la ville de Kasserine. On ne connait pas encore le bilan et le terrorisme est bel et bien dans nos rues.

Mokhtar Ben Nasr, porte-parole du ministère de la défense, a déclaré sur les ondes de Radio Express Fm que l’explosion de la 5e mine à Kasserine a eu lieu sur une piste située dans une zone habitée hors du Parc national de Chaambi.

Ben Nasr a ajouté que cette explosion, qu’il a qualifiée de « tournant dangereux », visait tous les usagers du parcours, à savoir les citoyens, les militaires et les forces de l’ordre. 

Par Seïf Ben Kheder 

Les deux victimes de ce matin à l’hôpital de Kasserine

Déclaration de Moktar Ben Nasr à radio-Tataouine

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes