mis à jour le

Jean-Pierre Chevènement : «Nous avons des intérêts et des objectifs communs avec l’Algérie»

En tournée dans la région dans le cadre d'une mission d'information sur le Sahel, le groupe de travail du Sénat français - composé de MM. Chevènement, Larcher, Berthou et Gournac - était à Alger ; les émissaires français se sont entretenus avec les responsables algériens. Dans cet entretien, J.-P. Chevènement considère qu'il est de l'intérêt de l'Algérie que toute la région soit stabilisée.    - Vous êtes en Algérie dans le cadre du groupe de travail sur le Sahel du Sénat français. Quel est l'objet de votre visite ?   C'est une mission d'information et d'enquête du Sénat coprésidée par Gérard Larcher et moi-même sur le Sahel, au sujet des problèmes de sécurité et du développement, qui sont liés. Nous avons centré notre réflexion sur le Mali. Maintenant, nous essayons de l'élargir. C'est l'objet de la visite que nous effectuons à Alger avec les sénateurs. Nous avons été reçus par le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères. - Lors de vos entretiens avec vos interlocuteurs algériens, avez-vous constaté une convergence de vues à propos de l'analyse de la crise du Sahel ?   Je pense que nous avons des intérêts et des objectifs communs. Je pense que la France n'a pas l'intention de maintenir des forces au Mali. Nous allons réduire notre présence à environ 1000 militaires en appui de la force de l'ONU qui va progressivement s'installer à partir du mois du juillet. Une force de maintien de la paix composée de 12 600 Casques bleus. Naturellement, c'est aux Africains eux-mêmes de garantir la sécurité dans ces régions. Le pays le plus important est l'Algérie ; de loin, elle est le pays le plus puissant avec une armée plus forte de 300 000 hommes. Il y a d'autres zones qui posent problème, la Libye, le Niger et, plus largement, tous les pays de la zone qui est quand même très vaste.  Nous ½uvrons avec le souci d'associer autant qu'il est possible.  - Selon vous, l'Algérie joue-t-elle le rôle qu'on attendait d'elle ?   L'Algérie a ses propres intérêts qui recouvrent largement ce que nous poursuivons. Nous cherchons à stabiliser cette région. C'est un intérêt commun. Les frontières sont ce qu'elles sont, l'Union africaine les reconnaît, comme l'ONU. Il faut faire prévaloir, notamment au Mali, des autorités légitimes. Des élections doivent avoir lieu à la fin du mois de juillet pour désigner un nouveau Président. Et nous souhaitions qu'elles aient lieu dans tout le Mali, au Nord comme au Sud. Il faut faire converger nos efforts pour que le processus de réconciliation aille à son terme. C'est vraiment l'intérêt du Mali et de tous les pays riverains, et celui de la France aussi. - L'intervention française a effectivement empêché la prise de Bamako par les groupes terroristes. Ces derniers n'ont opposé aucune résistance remarquable quand l'armée est intervenue au Nord-Mali, mais l'action terroriste déplace le terrain de son action, comme le montre le double attentat au Niger. Pensez-vous que la France cerne toute la problématique du Sahel ?   Il n'y a pas de solution seulement militaire, comme l'a dit le président Larcher. Il faut des solutions politiques, mais dans l'immédiat nul ne peut accepter qu'un sanctuaire terroriste s'installe. Et c'est ce qui a failli se passer. Ils s'en est  fallu de très peu pour que ce danger se concrétise pour l'ensemble du Mali, donc l'intervention française a été une intervention en urgence, à l'appel des autorités légitimes du Mali, mais nous n'avons pas l'intention de la prolonger indéfiniment. Quand vous dites que les groupes terroristes n'ont pas opposé de résistance, mais si. Dans l'Adrar des Ifoghas, ils étaient constitués en forteresse avec des armes, de la logistique, des caches, des matériels, des engins explosifs improvisés. Il a fallu des combats très durs pour les déloger. Et effectivement, une partie d'entre eux ont pu se disperser dans des pays comme le Niger, la Libye. L'Algérie elle-même a fermé ses frontières.   - Comment ces pays de la bande du Sahel (Mali, Niger, Tchad, Mauritanie) des années après l'indépendance, des Etats forts, n'arrivent toujours pas à se construire ?   Ma première réponse, c'est qu'il y a un problème de démographie qui n'est pas maîtrisé. Un pays comme le Mali, avec 15 millions d'habitants, atteindra les 50 millions en 2050. Il en va de même pour le Niger. Or, ces pays sont pauvres. Ces Etats se sont révélés plus fragilisés. Mais il n'y a pas d'autre perspective que de les aider à se reconstituer à se développer, à constituer des forces armées puissantes, faire l'effort de dominer leurs problèmes. Derrière, il y a toute une aide internationale. Trois milliards d'euros ont été promis par la conférence qui s'est tenue à Bruxelles le 15 mai dernier. Le Japon, 750 millions de dollars pour la bande sahélienne. Toute cette aide doit être concentrée sur le développement durable, centré sur les infrastructures, l'agriculture, l'éducation.   - Des voix s'élèvent et pointent du doigt le rôle trouble du Qatar dans la région. Cet Etat est accusé d'avoir financé les groupes islamistes radicaux. Qu'en dites-vous ?   Nous évoquons, dans notre rapport, le financement de mosquées, de madrasas (écoles) et d'ONG. Il n'y a pas que le Qatar, nous abordons aussi l'Arabie Saoudite tout en essayant d'être le plus objectif qui soit. Il faut une vision large. Responsabiliser les gouvernements. - Il semblerait que l'instabilité en Libye est partie pour s'installer dans la durée. Qu'en pensez-vous ?     Au point où nous en sommes, c'est aider le gouvernement libyen à reconstituer une armée, une police, constituer un Etat, une administration, à faire en sorte qu'il puisse contrôler son territoire qui est immense avec une très longue frontière commune avec l'Algérie. Donc l'Algérie peut déjà contrôler sa frontière et c'est important. Le Premier ministre nous a rappelé que constitutionnellement, l'armée algérienne n'intervient pas en dehors de ses frontières, mais l'Algérie peut aider à la constitution, à la formation des forces armées, de la police, dans les pays voisins. L'intérêt de l'Algérie est de faire en sorte que les pays riverains soient des Etats dignes de ce nom. C'est-à-dire qu'on les aide à marcher sur leurs jambes.   - Ne pensez-vous pas qu'en intervenant avec le largage des armes, l'OTAN n'avait pas mesuré toutes les conséquences qui pouvaient en découler ?   Les appréciations peuvent diverger. Disons que Gueddafi n'était pas un homme très commode. Il faut bien le reconnaître, cela n'aidait pas. On peut toujours refaire l'histoire. Les choses sont ainsi qu'il vaut mieux repartir de la situation actuelle et voir comment on peut les améliorer. J'avais fait quelques réserves sur ce qui a été entrepris à l'époque par Sarkozy. Je suis conscient de l'immense difficulté de traiter ces problèmes. Je dirais que l'interdiction de toute fonction des gens qui ont servi à l'époque de Gueddafi me paraît excessive. On aurait pu limiter cette interdiction au cercle étroit qui avait coopéré à ce gouvernement.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

intérêts

Abdou Semmar

Selon le New York Times, l’Algérie est dirigée “par une poignée de personnes aux intérêts conflictuels”

Selon le New York Times, l’Algérie est dirigée “par une poignée de personnes aux intérêts conflictuels”

Actualités

La coopération sécuritaire au centre des intérêts de la visite de responsables tunisiens

La coopération sécuritaire au centre des intérêts de la visite de responsables tunisiens

[email protected] (Author Name)

Politique : Ennahdha passe ses intérêts avant ceux de la Tunisie

Politique : Ennahdha passe ses intérêts avant ceux de la Tunisie