mis à jour le

Jusqu'où l'armée pourra-t-elle ne pas aller trop loin ?

La CES a décidé de ne plus rien décider par rapport à sa « boulette » du 3 mai 2013. Selon sa sensibilité, chacun s'en désolera ou s'en félicitera, mais il faut bien reconnaître qu'en décidant de rejeter les demandes de réexamen de la liste des candidats aux présidentielles sur la base du fait que les textes stipulent que « les arrêts, avis et décisions de la Cour de céans ne sont susceptibles d'aucune voie de recours », la CES n'a fait que prendre une décision technique, ce qui nous change de la décision (...) - Editorial