mis à jour le

Menace terroriste : Le Sénégal en alerte permanente

«L'engagement du Sénégal au Mali est d'une impérieuse nécessité, car en s'engageant auprès des troupes maliennes, notre pays assure également sa défense». Cette phrase du ministre des Forces armées prouve, si besoin en est encore, que la menace terroriste est une réalité au Sénégal. Elle l'est d'autant plus que les jihadistes ont promis à s'en prendre à tous ceux qui prennent part à cette guerre au Nord-Mali.

Pour les autorités sénégalaises, cela est clair. «Nous savons que nous sommes une cible», reconnaît le ministre des Forces armées qui faisait face aux députés hier pour parler des récents développements de la situation au Mali. Alors pour parer à toute éventualité, elles prennent les devants. «Tous les cantonnements militaires sont très bien organisés pour faire en sorte qu'on ne puisse pas nous y frapper. Tous les points sensibles du pays que je me garderais de citer sont très bien défendus», indique Augustin Tine répondant aux questions des députés à ce propos.
En outre, rassure le ministre, au niveau des frontières, la vigilance est de rigueur. «Nous n'entrerons pas dans les détails, mais soyez sûrs que beaucoup de choses sont en train d'être faites par l'armée et la gendarmerie dans ce sens», confie Tine.
En plus de ces efforts de prévention contre toute attaque terroriste, le ministre des Forces armées invitent les Sénégalais à apporter leur contribution. «Il faut que tous les Sénégalais participent à cette défense de leur territoire en informant les services de sécurité à chaque fois qu'ils verront quelqu'un de suspect», lance-t-il.

Mais loin de contribuer à rassurer les populations, le député Sokhna Dieng Mbacké voit à travers cette invite une source d'inquiétude. «Vous ne nous rassurez pas», dit-elle au ministre. Selon Mme Mbac­ké, ce rôle devrait être assuré par les services de renseignements. Oui, rétorque le ministre, mais «c'est là un complément par rapport à ce que font les services de renseignements». Et si Augustin Tine insiste sur cet aspect de la dénonciation, c'est parce que, constate-il, cela a porté ses fruits dans les régions Sud-est du pays.

A noter que la lutte contre les jihadistes n'est pas seulement du ressort des Forces armées. Du côté du ministère de l'intérieur, un plan dénommé Karangué a aussi été mené autour d'actions en amont de la Police de l'air et des frontières (Paf) et de la Direction de la surveillance du territoire (Dst). D'ailleurs pour appuyer le Sénégal dans la lutte contre le terrorisme, annonce le général Pathé Seck, ministre de l'Intérieur, «la France a décidé d'aider au renforcement des capacités de nos services de sécurité». Ce projet, qui va démarrer dans le dernier trimestre de 2013, va durer trois ans
Le ministre des Forces armées a, par ailleurs, indiqué que les troupes sénégalaises resteront le temps qu'il faudra jusqu'à ce que le Mali re­trouve sa stabilité

le Quotidien

menace

AFP

Ebola en RD Congo : mobilisation renforcée face

Ebola en RD Congo : mobilisation renforcée face

AFP

Ebola en RD Congo : mobilisation renforcée face

Ebola en RD Congo : mobilisation renforcée face

AFP

Burundi: un projet de révision qui menace les équilibres constitutionnels

Burundi: un projet de révision qui menace les équilibres constitutionnels

terroriste

AFP

Burkina: nouveaux dispositifs sécuritaires après une récente attaque terroriste

Burkina: nouveaux dispositifs sécuritaires après une récente attaque terroriste

AFP

Attaque terroriste au Kenya: la version policière remise en cause par des ONG

Attaque terroriste au Kenya: la version policière remise en cause par des ONG

AFP

Côte d'Ivoire: deux soldats jugés pour l'attaque terroriste de Grand Bassam

Côte d'Ivoire: deux soldats jugés pour l'attaque terroriste de Grand Bassam

Sénégal

AFP

Mondial-2018: le Sénégal avec Sadio Mané comme fer de lance

Mondial-2018: le Sénégal avec Sadio Mané comme fer de lance

AFP

Le nouveau président sierra-léonais au Sénégal pour sa première visite

Le nouveau président sierra-léonais au Sénégal pour sa première visite

AFP

Macron

Macron