mis à jour le

En réponse à Haythem El-Mekki , Mezri Haddad fait la mise au point

Après le refus du journal en ligne « tunisie-secret.com » de publier cette réponse , Mezri Haddad ,écrivain ,homme politique et ancien ambassadeur de Tunisie à l’Unesco écrit sur son profil Facebook la réponse suivante adressée au journaliste Haytem Mekki. Nous la reprenons pour notre compte car le droit de réponse ne doit pas être censuré .

Lundi 3 juin, Heythem Mekki a publié sur son mur le commentaire suivant :
FYI : Le site « Tunisie Secret » est un organe de propagande dirigé par les disciples de Mezri Haddad, ex ambassadeur de la Tunisie auprès de l’UNESCO, fidèle serviteur de Ben Ali, c’est aussi le « Borhene Bsaies » francophone. En 2010, il qualifiait les révolutionnaires de « hordes sauvages » et de « bolchéviques ».
Les sites Al Chahed, Tounes News et Zoom Tunisia sont entièrement administrés par des jeunes militants d’Ennahdha, ce sont également des organes de propagande maquillés en web magazines indépendants, cette fois à la solde de la branche radicale de la section tunisienne des Frères musulmans. Tout ce qui vient de ces sites n’est que mensonge, calomnie et manipulation.

Voici ma réponse :
Je vois que la publication de M.Heythem Mekki a suscité un certain nombre de réactions, ici même ou sur le site de Tunisie_Secret, qui m'obligent à faire cette mise au point. Je remercie d'abord toutes celles et tous ceux qui ont pris ma défense en réagissant directement sur le mur facebook de M.Mekki. Je déplore et condamne l'article de M.Karim Zmerli, publié avant-hier dans Tunisie Secret, qui aurait pu se contenter de défendre son journal sans m'évoquer et, surtout, sans verser dans les basses calomnies. Pour moi, l'affaire était close dès lors où j'avais répondu, dans mon livre « La face cachée de la révolution tunisienne », aux accusations diffamatoires de M.Mekki. Ne plus y revenir, ce n'est pas une question de manque de modestie, encore moins de mépris à l'égard de cette personne. Je consacre mon énergie à des choses beaucoup plus importantes, principalement au combat contre le Qatar et l'Arabie Saoudite qui sont le fer de lance de l'impérialisme dans un monde arabe qu'ils veulent anéantir, et à la lutte contre l'islamo-fascisme en Tunisie.
M.Mekki a défié ses amis de lui trouver ne serait-ce qu'un mensonge ou une fausse information de sa part depuis deux ans. Je suis à même de lui répondre qu'il y en a au moins deux. Primo, le fait de m'avoir publiquement attribué la responsabilité de la déclassification du terrain de Carthage qui était classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. M.Mekki ignore tout de ce dossier qui remonte à la fin des années 90, époque à laquelle non seulement je n'étais pas ambassadeur (décembre 2009-janvier 2011), mais réfugié politique en France (1989-2000). Secundo, le fait de m'avoir attribué deux comptes bancaires en Suisse, une accusation à la fois infâme et risible.
Pour le reste, j'assume totalement mes prises de position radicalement opposées à la révolution dite du jasmin, y compris le fait d'avoir qualifié certains manifestants de « hordes fanatisées » (et non pas sauvages) et de « néo-bolcheviques ». Je les assume, je les réitère encore aujourd'hui et j'ajouterai que la horde a manifesté, que la horde a voté et que la horde est au pouvoir...pour un bon moment.
Dernière précision relative à mes relations supposées avec Tunisie Secret, un « organe de propagande dirigé par les disciples de Mezri Haddad », écrit M.Mekki, qui n'est pas le seul à le croire et à le faire croire. Il est parfaitement juste que sur les quatre fondateurs de ce site, deux ont été de mes étudiants à la fin des années 80, à l'Université ParisII-Assas, où j'étais assistant en Philosophie du droit et en Histoire des idées politiques. Une simple recherche dans les archives de cette Université vous permettra de trouver les noms de Karim Zmerli et de Nebil Ben Yahmed. En faire mes disciples, c'est m'accorder une influence que je ne peux avoir sur des personnes intellectuellement émancipées et politiquement libres. Je leur reste néanmoins redevable, car ils ont été les premiers à me défendre lorsque les calomniateurs calomniaient et que les lyncheurs lynchaient. Mais cette reconnaissance ne saurait en aucun cas cautionner certains de leurs articles que je désapprouve et condamne une fois de plus.

Source publié le 5 juin 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes