mis à jour le

Processus électoral : UNE CONTRIBUTION SUISSE DE 1,8 MILLIARD FCFA

La Suisse va contribuer pour 1,8 milliard Fcfa à la tenue des prochaines élections présidentielles et législatives. Objectif : développer l'information en faveur des citoyens, afin de garantir leur large participation au processus électoral. C'est la principale information qui ressort du point de presse animé, lundi au bureau de la coopération suisse, par Mirko Manzoni, directeur résident, et  Giorgio Dhima, directeur résident suppléant.

La Suisse appuie donc le Mali dans la sortie de crise et ne soutient pas le MNLA contrairement à tout ce qui se dit, a souligné Mirko Manzoni. La Suisse est au Mali depuis 35 ans et ne l'a pas quitté, même aux moments les plus difficiles. Pour la sortie de crise, le Mali a besoin d'un gouvernement issu d'élections libres et transparentes. Les volets de l'appui suisse sont une contribution au fonds commun mis en place par le PNUD, à l'appui du gouvernement, la préparation et organisation des élections, l'éducation civique et citoyenne ; la prévention et la gestion des conflits électoraux ; le renforcement technique du cadre de concertation officiel existant entre le ministère de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du territoire et les partis politiques ; l'appui aux médias et à des organisations de la société civile pour l'éducation civique et la participation femmes/jeunes aux élections.

Affaibli par le coup d'Etat et l'occupation du nord par les groupes armés, le gouvernement de transition peine en effet à affirmer son autorité. Le retour à l'ordre constitutionnel reste pour le Mali une urgence dans cette sortie de crise. Or le pays ne peut pas supporter les coûts d'une élection transparente, estimés 60,4 milliards Fcfa. A cela s'ajoutent d'autres défis, notamment la participation aux élections des femmes, des jeunes et des personnes réfugiées dans les pays voisins depuis la crise sécuritaire au Nord.

C'est ainsi que le PNUD, de concert avec les autres bailleurs de fonds, a mis en place un fonds commun pour les prochaines élections. La contribution de la Suisse à ce fonds représente 4% de la somme globale engagée par les bailleurs. 1,6 milliard Fcfa sont destinés à l'appui logistique et aux activités citoyennes. Les 134 millions de Fcfa restants permettront d'appuyer les médias et la société civile.

Le soutien de la DDC permettra d'entreprendre des campagnes d'éducation civique destinées aux jeunes, aux femmes, aux leaders communautaires, aux partis politiques et aux médias.  En outre, de jeunes observateurs issus de la Jeune chambre internationale mèneront des campagnes d'information destinées au grand public. Les citoyens seront ainsi à même de suivre le débat politique et d'effectuer librement leur choix. La Suisse financera également un projet électoral dans le but de préparer les potentiels candidats aux élections, entre autres activités. Ce projet sera réalisé par un réseau de radios locales.

Pour des élections apaisées, la Suisse cofinance et soutient le renforcement du cadre de concertation officiel existant entre le ministère en charge des élections et les partis politiques pour discuter des modalités techniques des élections. Il s’agit de promouvoir la transparence et le caractère participatif du processus électoral dans un contexte où l’échéance du 28 juillet est très proche, selon les conférenciers.

A. DIARRA

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

Suisse

AFP

Mali: Aqmi fournit une vidéo d'une otage suisse

Mali: Aqmi fournit une vidéo d'une otage suisse

AFP

La Suisse continue d'enquêter sur la fortune du clan l'ex-président égyptien Moubarak

La Suisse continue d'enquêter sur la fortune du clan l'ex-président égyptien Moubarak

AFP

Mali: une Suisse enlevée par des hommes armés

Mali: une Suisse enlevée par des hommes armés