mis à jour le

DEF 2013 : LE GRAND JOUR POUR 218 757 CANDIDATS

En plus de l'épreuve d'éducation physique et sportive, ils vont être évalués en rédaction, dictée et questions, histoire et géographie, biologie,  mathématiques, chimie et physique 

C'est ce matin que débutent les épreuves écrites du Diplôme d'études fondamentales (DEF) au titre de l'année scolaire 2012-2013. 218 757 candidats sont en lice pour le DEF classique et arabe. Ils vont composer dans 1602 centres. Conformément à la reforme en cours, les candidats vont être évalués dans 8 matières en plus de l'épreuve d'éducation physique et sportive : rédaction, dictée et questions, histoire et géographie, biologie,  mathématiques, chimie et physique.

La correction des épreuves s'effectuera dans toutes les académies d'enseignement du pays à l'exception de celle de Dioïla qui est seulement à sa première année de fonctionnement. Seront admis, les candidats ayant obtenu une moyenne à l'examen égale ou supérieure à 10/20. Les élèves ayant une moyenne à l'examen comprise entre 9 et 9,99 pourront bénéficier du « secours » de leur moyenne annuelle de classe. Pour eux, la moyenne à l'examen sera multipliée par 3 et additionnée à la moyenne annuelle de classe. Le tout divisé par 4. Ceux qui au bout du compte n'auront pu atteindre 10/20 sont automatiquement éliminés.

Dans le souci d'assurer une égalité de chance, de qualité et de performance des candidats, le Centre national des concours et examens a élaboré un modèle de correction standard de toutes les épreuves qui a été mis à la disposition des académies. Ce modèle servira de référence aux correcteurs.

De même, les mesures ont été prises pour éviter les fraudes avec la mobilisation des forces de l'ordre et de sécurité ou encore l'élaboration d'un règlement intérieur pour les examens, a expliqué Adama Hassimi Touré, le directeur du Centre national des examens et concours.

Le groupe scolaire Mamadou Konaté abrite 4 centres pour un total de 24 salles d'examen. Au passage de notre équipe, le coordinateur du l'école, Amadou Coulibaly, effectuait les derniers réglages. Les salles ont été identifiées et numérotées. Les listes aussi ont été affichées devant les salles et les tables numérotées. Le matériel didactique également était prêt. « Nous sommes prêts pour le jour « J », tout est en place ici », confirme notre interlocuteur.

Idem au groupe scolaire de Sabalibougou qui abrite 6 centres pour un total estimé à une cinquantaine de salles d'examen. « Nous avons identifié, nettoyé et numéroté les salles. Le centre est prêt à accueillir les candidats », assure Drissa Koné, le coordinateur du groupe scolaire Sabalibougou. Ici les tables bancs de qualité sont insuffisantes, signale notre interlocuteur.

Le groupe scolaire de Kalabancoura a 9 centres pour environ une trentaine de salles d'examen. Là aussi les responsables confirment que toutes les dispositions ont été prises pour le bon déroulement des épreuves.

Dans tous les établissements, les enseignants ont donné des consignes à leurs élèves. Il s'agit notamment de lire attentivement les sujets, de prendre le temps de bien les comprendre, d'éviter les fraudes ou la tentation, de compter sur son effort personnel ou encore de soigner son écriture afin qu'elle soit bien lisible. « Ce sont des consignes que nous renouvelons durant toute l'année scolaire », a indiqué un enseignant du groupe scolaire Mamadou Konaté.

Pour bien préparer l'examen, certains candidats se sont constitués en groupe pour faire des exercices ou réviser. « Nous sommes un groupe de 5 personnes. Nous nous retrouvons à l'école pour faire des exercices. Cela me motive et, quelque part, me donne du courage pour affronter l'examen», indique un candidat.

Contrairement à ce groupe, A.M a choisi d'être « solitaire » pour bien réviser. « Je fais seul mes révisions. Je suis habitué à ça. Mais en cas de nécessité, je fais recours à un camarade ou à mes enseignants », nous confie-t-il entre deux phrases qu'il mémorise.

Une autre façon pour les candidats de réviser leurs leçons est de louer les services d'un enseignant qui dispense des cours à domicile ou en groupe à l'école.

Be COULIBALY

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

2013

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

AFP

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

AFP

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013