mis à jour le

Islamisme pour plus de régionalisme

Par Seïf Ben Khedher

La première mission atlantiste des intégristes, imposés au monde, dit, arabo-musulman, est, sans aucun doute, l’effritement des états et la partition des pays. Ils ne quitteront le pouvoir, là où ils se sont faits implantés, qu’au bout de leur contrat, et si possible, proroger sa durée pour une période d’accompagnement.

Pour essayer de retracer l’avancement de leur projet dans cette région du monde, on peut les classer en trois catégories, selon le stade des réalisations. Le constat ne concerne que les pays qui ont déjà succombé au joug des islamistes ou qui subissent une période de déstabilisation en vue de faire chuter leurs régimes, traditionnellement hostiles à toute formation poilue.

Ceux qui ont déjà abouti : La Palestine en deux, Le Soudan en trois, La somalie en trois, L’Irak en trois aussi, et La Libye en trois et en temps record.

Ceux qui ne tarderont plus à s’activer : Les Al Saoud, pour séparer l’Est Chiite de l’Ouest Sunnite du Nord Hachémite. Ils seront systématiquement suivis par leurs voisins du Sud entre les Chiites de Houthi au Nord et un cocktail explosif de Sunnites dans le reste du territoire, avec plus de concentration des adeptes d’Al-Qaida aux frontières du Sultanat.

Ceux qui sont en cours : Le dernier en date, la Turquie, est arrivé au bord de l’objectif. Encore un petit effort sanguinolent et la cohabitation ne sera plus possible. L’Egypte est plus proche qu’on ne le croie. Elle sera deux Egyptes, moins toute la péninsule de Sinaï. En Syrie, ils ont définitivement perdu leur chance de s’emparer du pouvoir et donc on peut dire qu’elle est sauvée, tout en prévoyant, quand même, une semi autonomie à ses kurdes.

Le Maroc, même si on n’en parle pas beaucoup, est très vulnérable de par son conflit historique autour de son Sahara occidental, d’un coté, et de l’autre, la diversité ethnique de son peuple pourrait constituer, pour ses islamistes au pouvoir, une belle entrée en la matière.

Reste la Tunisie, où la séparation ne peut se concocter sur fond ethnique, ni religieux. Par déduction, mais aussi historiquement, elle s'élaborera sur fond de régionalisme. Sur ce registre, les rapprochements mis en place, entre la bande à Khriji-Jbèli au pouvoir et la bande Karoui et fils qui croient représenter le sahel où il n’ont plus d’attache , prennent plus de sens, voire tous leurs sens. Ce n'est pas la peine que je vous fasse un dessin, ni de disposer sa légende.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

islamisme

Libye

Cet homme veut sortir la Libye du chaos

Cet homme veut sortir la Libye du chaos

Réveil

Boko Haram, une affaire de tous

Boko Haram, une affaire de tous

Farhat Othman

Islamisme politique : raisons de l’échec et conditions de la réussite

Islamisme politique : raisons de l’échec et conditions de la réussite

régionalisme

Identité

Le Rif, nouvelle vitrine du Maroc

Le Rif, nouvelle vitrine du Maroc

Politique

Pour une Algérie enfin décomplexée

Pour une Algérie enfin décomplexée