mis à jour le

Légitimité du futur Sénat : Journalistes et ministres à couteaux tirés

C'est à croire qu'entre les journalistes et certains ministres du gouvernement Tiao, rien ne va plus au sujet du futur Sénat. A chaque occasion, les premiers reviennent toujours à la charge avec la même interrogation : ''quel lien y a-t-il entre le Sénat et l'article 37 de la constitution ?''.

Inutile de dire que cet ''entêtement'' journalistique ne plait pas toujours aux officiels. Et même que cela déplait beaucoup. Et pour cause, l'on aurait aimé sans aucun doute ne pas avoir à évoquer ce sujet. Ou plutôt l'on aurait aimé répondre à d'autres préoccupations, jugées plus pertinentes.

Question sans intérêt pour l'opinion ?

La semaine dernière un confrère de la presse burkinabè en a encore fait l'amère expérience. Lui qui pensait avoir quelques éléments d'information pour sa gouverne personnelle, a dû se résoudre à l'évidence : non seulement son intervention n'était pas la bienvenue, mais en plus elle a eu le don d'irriter les conférenciers. Il lui a notamment été reproché (Excusez du peu) de poser une question qui n'aurait aucun intérêt pour l'opinion.

Pression morale

Le problème c'est que ce genre de pressions (morales) se multiplie de plus en plus dans notre espace médiatique. Ce qui n'est pas forcément une bonne manière de promouvoir le débat démocratique.

Le Conseil supérieur de la communication (CSC) gagnerait même à se pencher sérieusement sur cette question, avant qu'il ne soit tard. Et que l'on ne se retrouve avec une presse aseptisée, réduite à sa plus simple expression.

De plus en plus d'ailleurs l'on assiste à des conférences de presse ou à des points de presse du gouvernement fades, sans relief et sans valeur ajoutée. Tout simplement parce que la communication a pris le dessus sur l'information.

A chacun sa part de responsabilité

Bien entendu il appartient (j'en conviens) aux premiers concernés de savoir faire face à la pression du ''politiquement incorrect''. Oui, mais je pense aussi que la démocratie c'est un échange de bons procédés lequel chaque acteur met l'autre partie en confiance, à travers la courtoisie qui la caractérise.

Pendant que nous y sommes, qui a autorité pour déterminer l'intérêt du public ? A ce rythme il ne resterait plus qu'à faire comme à Banfora lors de la 16e Journée nationale du paysan. C'est-à- dire poser les questions longtemps à l'avance et attendre une réponse pensée, rédigée et lue pour qu'enfin tout le monde soit satisfait !

Juvénal Somé
Lefaso.net

sénat

AFP

RDC: le président du Sénat plaide pour le retour de Katumbi

RDC: le président du Sénat plaide pour le retour de Katumbi

AFP

Nigeria: le président du Sénat quitte le parti au pouvoir

Nigeria: le président du Sénat quitte le parti au pouvoir

AFP

Nigeria: la police "invite" le président du Sénat

Nigeria: la police "invite" le président du Sénat

journalistes

AFP

Journalistes de RFI tués au Mali en 2013: cinq ans après, un scénario incomplet et des incertitudes

Journalistes de RFI tués au Mali en 2013: cinq ans après, un scénario incomplet et des incertitudes

AFP

Journalistes de RFI tués au Mali en 2013: des proches demandent l'audition de François Hollande

Journalistes de RFI tués au Mali en 2013: des proches demandent l'audition de François Hollande

AFP

Tanzanie: deux défenseuses des journalistes brièvement interpellées

Tanzanie: deux défenseuses des journalistes brièvement interpellées

ministres

AFP

Gabon: aucun Conseil des ministres depuis trois semaines

Gabon: aucun Conseil des ministres depuis trois semaines

AFP

Zimbabwe: deux anciens ministres de Mugabe accusés de corruption

Zimbabwe: deux anciens ministres de Mugabe accusés de corruption

AFP

Le président gambien nomme deux ministres de l'ère Jammeh

Le président gambien nomme deux ministres de l'ère Jammeh