mis à jour le

Erdogan, Benkirane, deux hommes à la peine…

La roue tourne ! C'est le constat que l'on peut faire au lendemain de la visite officielle dans notre pays de M. Erdogan, Premier ministre de Turquie et leader de l'AKP, au pouvoir à Ankara depuis 2002.

En effet, Recep Tayyip Erdogan a entamé sa tournée maghrébine par le Maroc alors que dans son pays les manifestations populaires prennent de l'ampleur, à Istanbul, Ankara et dans le reste du pays à la fois contre la violence de la répression policière, mais également pour rejeter « l'islamisation rampante » de la société turque qui s'opère de façon de plus en plus visible ces dernières années.

Erdogan, sans doute saisi par le démon de l'autoritarisme et la personnalisation du pouvoir, n'a pas voulu comprendre que le legs d'Atatürk et la laïcité étaient encore très populaires en Turquie, ce qui a entraîné ces manifestations de rejet de l'AKP aujourd'hui de plus en plus massives.

C'est donc un Premier ministre turc affaibli politiquement qui est venu rencontrer son homologue (à double titre) marocain, tandis que plusieurs grandes capitales mondiales exprimaient leurs préoccupation et désapprobation des violences répressives de l'appareil sécuritaire turc.

TURQUIE-ET-LE-MAROC

En face de lui, M. Abdelilah Benkirane, chef du Gouvernement, et leader d'un PJD qui a souvent prétendu s'inspirer de l'AKP (sigle qui signifie Parti de la Justice et du Développement en langue turque…), également affaibli par la contestation qui sévit au sein de sa coalition majoritaire du fait de la volonté de Hamid Chabat, secrétaire général de l'Istiqlal, de reconstruire à son profit l'échafaudage gouvernemental.

Et, comme un malheur n'arrive jamais seul, la rencontre entre les responsables officiels marocains et turcs et leurs patronats respectifs a été boycottée (et de quelle manière !) par la CGEM au motif, logique et compréhensible, que le gouvernement Benkirane n'avait pas associé les patrons marocains à la préparation de cette visite, contrairement aux usages et à la pratique courante.

ADOUGANE-ET-BENKIRANE-1

On pourra ainsi comprendre que cette visite d'Erdogan, destinée à redorer le blason de Benkirane, grâce à l'aura du Premier ministre turc, au poids diplomatique de son pays à l'échelle régionale et internationale, à la force de son économie et au dynamisme de ses opérateurs et exportateurs, mais aussi à la puissance électorale de son parti, l'AKP, n'aura pas donné les fruits escomptés par le « patron » du PJD qui voulait s'offrir une belle opération de pub, urbi et orbi…

Erdogan est contesté par la rue turque, les patrons marocains boycottent les cérémonies officielles, l'Istiqlal reprend sa fronde et hormis un vague accord sur la volonté commune de mettre au point un partenariat stratégique entre le Maroc et la Turquie, cette visite d'Erdogan a surtout permis de souligner le déséquilibre qui caractérise les relations commerciales et économiques entre les deux pays.

Les investissements directs turcs ont baissé drastiquement en 2012, se situant seulement à 34,6 millions de dirhams contre 110 MDhs en 2011, tandis que le déficit commercial a atteint les 7 milliards de dirhams au détriment du Maroc ! Le secteur national du BTP peste ouvertement contre les entrepreneurs turcs qui trustent les plus gros chantiers publics et la grande distribution est sous la menace de BIM qui taille des croupières aux opérateurs locaux pourtant puissants…

Tout cela, on en conviendra, ne permettra à personne de pavoiser et on en conclura que l'escale marocaine de Recep Tayyip Erdogan n'aura pas servi à dorer (ou redorer) le blason de Abdelilah Benkirane…

 

Fahd YATA

moustache7

 

Photos crédits : Ahmed Boussarhane

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

hommes

AFP

Mali: une religieuse colombienne enlevée par des hommes armés

Mali: une religieuse colombienne enlevée par des hommes armés

AFP

Libye: 4 morts dans l'attaque d'un canot de migrants par des hommes armés

Libye: 4 morts dans l'attaque d'un canot de migrants par des hommes armés

AFP

Egypte: huit policiers tués par des hommes armés au sud du Caire

Egypte: huit policiers tués par des hommes armés au sud du Caire