mis à jour le

Erdogan s’est réuni, uniquement, avec ses « frères » islamistes au Maroc

La presse marocaine commente la visite du premier ministre turc au royaume . Le journal « Yabiladi.com » écrit : 

Le chef de gouvernement turc, Recep Tayyip Erdogan ne gardera pas de bons souvenirs de son premier déplacement au Maroc. Son tête-à tête avec le roi Mohammed VI n'a pas eu lieu. En somme une visite-monologue au cours de laquelle, il s'est réuni, uniquement, avec ses « frères » islamistes.
La visite du premier ministre turc au Maroc se termine en queue de poisson. Le chef de l'AKP a écourté son séjour au Maroc, initialement étalé sur deux jours, pour se rendre en Algérie. Certes Benkirane a tenté de détendre l'atmosphère mais les images diffusées, hier, par 2M et Al Oula, montraient un Recep Tayyip Erdogan crispé. Et pour cause, il ne s'attendait pas à ce qu'il ne soit pas reçu par le roi Mohammed VI. Un privilège que l'Espagnol Mariano Rajoy et le Français Jean Marc Ayrault ont eu lors de leurs déplacements au royaume. Mais aussi des ministres des Affaires étrangères ou de l'Intérieur de pays arabes et européen.

Et pourtant, le chef de la diplomatie, Saâd Dine El Otmani affirmait, dans des déclarations très rassurantes à Anadolu Agency que le monarque allait souhaiter la bienvenue à Erdogan. Apparemment convaincu par les paroles du PJDiste, AA diffusait une dépêche au titre suivant : « Turkish Premier to be welcomed in Morocco by the king himself ». Un autre indicateur, si besoin est, du manque de communication entre le gouvernement et le palais. Certains médias marocains ont fait état des relations très tendues entre les conseillers du roi et des ministres PJDistes au point que c'est le ministre de l'Intérieur qui joue de relais entre eux et l'entourage du roi.

Erdogan a boudé le Maroc en septembre 2011

Finalement, Erdogan est parti du Maroc sans prendre langue ni avec le palais, son entourage ou encore le patronat. Une visite-monologue au cours de laquelle, Erdogan a eu des entretiens avec des islamistes comme lui : Abdelilah Benkirane flanqué de son confident Abdellah Baha, le ministre d'Etat sans portefeuille, et de représentants de l'association Amal Entreprises, dite très proche de l'AKP et du PJD.

L'accueil froid réservé à Recep Tayyip Erdogan serait-il la réaction à la mise à l'écart de l'étape Maroc lors de sa tournée, septembre 2011, dans les pays dits du « printemps arabe » en liesse après les chutes des régimes de Kadhafi, Ben Ali et Moubarak? A l'époque, le chef de l'AKP s'était rendu en Libye, Tunisie et l'Egypte, uniquement. Rabat avait-elle interprété le geste d’Erdogan comme une non-reconnaissance de sa part des réformes initiées par le roi ? Lesquelles avaient porté, trois mois plus tard, les islamistes du PJD à diriger une coalition gouvernementale.

Hier, la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants a été marquée par les demandes émanant de ministres du PJD annulant ou reportant les réponses aux questions qui leurs ont été posées. Ils avaient mieux à faire : accueillir Erdogan à l'aéroport Rabat-Salé. En revanche, les autres ministres de la majorité étaient présents au parlement, à l'image d'Aziz Akhannouch, titulaire du maroquin de l'Agriculture et de la Pêche. Après avoir répondu à huit questions, il est allé à la rencontre de son homologue turc.
Source yabiladi.com

Erdogan

AFP

Erdogan demande des gestes

Erdogan demande des gestes

AFP

En quête d'influence, Erdogan entame une nouvelle tournée en Afrique

En quête d'influence, Erdogan entame une nouvelle tournée en Afrique

AFP

Erdogan en Afrique pour parler du prédicateur Gülen

Erdogan en Afrique pour parler du prédicateur Gülen

islamistes

AFP

Kenya: cinq policiers tués dans le nord-est par des islamistes présumés

Kenya: cinq policiers tués dans le nord-est par des islamistes présumés

AFP

Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes

Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes

AFP

Egypte: 10 islamistes présumés tués dans un raid policier

Egypte: 10 islamistes présumés tués dans un raid policier

Maroc

AFP

Entre le Maroc et Ceuta, le fardeau un peu moins lourd des "femmes-mulets"

Entre le Maroc et Ceuta, le fardeau un peu moins lourd des "femmes-mulets"

AFP

Mohammed VI de retour au Maroc après plusieurs semaines d'absence

Mohammed VI de retour au Maroc après plusieurs semaines d'absence

AFP

Eldorado des centres d’appels, le Maroc forcé d'évoluer pour ne pas décrocher

Eldorado des centres d’appels, le Maroc forcé d'évoluer pour ne pas décrocher