mis à jour le

Mali : un kamikaze se fait exploser dans la maison d'un chef du MNLA à Kidal

BAMAKO (AFP) - (AFP)

Un attentat suicide a visé mardi la maison d'un chef militaire de la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) qui occupe Kidal, dans le nord du Mali, a appris l'AFP auprès de témoins et de l'armée malienne.

"Ca s'est passé dans une maison", a déclaré un habitant de Kidal, le porte-parole de l'armée malienne, Souleymane Maïga, précisant qu'il s'agissait de celle "d'un colonel du MNLA qui se prénomme Malick".

"Le kamikaze attendait quelqu'un dans la maison du colonel quand il a été surpris par des jeunes et a déclenché sa charge.Lui-même est mort et il y a un blessé", a ajouté M. Maïga.

Il a ajouté que l'armée malienne pensait que ce chef militaire du MNLA pouvait être "un informateur" de l'armée française présente à Kidal.

Située à 1.500 km au nord-est de Bamako, Kidal abrite des bases des armées française et tchadienne qui en assurent la sécurité, la ville étant "gérée" par le MNLA qui s'oppose à la présence de l'armée malienne dans cette zone.

Le 12 avril, quatre soldats tchadiens avaient été tués dans un attentat suicide commis au grand marché de Kidal, dans le centre-ville.

Avant cela, la ville avait déjà été le théâtre de deux attentats suicides, les 21 et 26 février.Le premier avait visé des militaires français, tuant le kamikaze au volant de sa voiture piégée, le second avait pris pour cible un point de contrôle tenu par le MNLA dont sept membres avaient été tués, selon ce mouvement.

Le nouvel attentat suicide de mardi intervient après l'expulsion de Kidal ce week-end de dizaines membres des communautés noires de la ville par le MNLA.

Le gouvernement malien a dénoncé une "épuration raciale" contre les populations noires à Kidal, et réaffirmé que la présence de l'armée malienne dans cette ville n'était "pas négociable" et interviendrait le plus vite possible avant le premier tour de la présidentielle prévu le 28 juillet.

Le MNLA a démenti toute "chasse aux Noirs", assurant rechercher des éléments "infiltrés" envoyés par les autorités maliennes.Selon le MNLA, plusieurs dizaines de personnes, dont un officier malien, ont été arrêtées par ses hommes à Kidal.

Des discussions ont actuellement lieu à Ouagadougou entre les groupes touareg et les autorités du Burkina Faso, pays médiateur dans la crise malienne, sur l'organisation de la présidentielle fin juillet sur toute l'étendue du territoire malien, en particulier à Kidal.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Mali

AFP

Trois Casques bleus et un soldat malien tués dans le nord-est du Mali

Trois Casques bleus et un soldat malien tués dans le nord-est du Mali

AFP

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

AFP

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

Kamikaze

AFP

Nigeria: une fillette kamikaze tuée par l'explosion de sa ceinture

Nigeria: une fillette kamikaze tuée par l'explosion de sa ceinture

AFP

Attentat au Nigeria: une kamikaze portait un bébé sur son dos

Attentat au Nigeria: une kamikaze portait un bébé sur son dos

AFP

Cameroun: un kamikaze tue 2 civils dans une zone de Boko Haram

Cameroun: un kamikaze tue 2 civils dans une zone de Boko Haram

chef

AFP

Mali: une association réclame la reprise du procès du chef de l'ex-junte

Mali: une association réclame la reprise du procès du chef de l'ex-junte

AFP

Le Darfour vit un "moment dangereux" après l'arrestation d'un chef de milice

Le Darfour vit un "moment dangereux" après l'arrestation d'un chef de milice

AFP

Soudan: le chef d'une milice du Darfour sera jugé par une cour militaire

Soudan: le chef d'une milice du Darfour sera jugé par une cour militaire