mis à jour le

Enfants d'immigrés, Tel Aviv, 16 avril 2013. le REUTERS/Amir Cohen
Enfants d'immigrés, Tel Aviv, 16 avril 2013. le REUTERS/Amir Cohen

Israël prévoit l'expulsion de milliers d'Africains dans un pays encore inconnu

Israël a annoncé avoir conclu un accord avec un pays pour y envoyer des milliers d'immigrés clandestins.

Renvoyer des milliers de migrants africains dans un pays tiers: voilà le projet dévoilé par l'Etat israélien. Ce renvoi viserait à réduire leur présence sur le sol israélien et ainsi, répondre aux flux d'immigrants africains, venus principalement d'Erythrée et du Soudan. Deux pays frappés par l'instabilité politique et des conflits meurtriers.

Quelque 60.000 migrants africains auraient immigré en Israël par la frontière égyptienne ces huit dernières années, précise l'agence Associated Press.

En 2013, l'Etat hébreux a pris une série de mesures pour lutter contre l'immigration clandestine, notamment la construction d'une clotûre le long de la frontière avec l'Egypte. Un an plus tôt, il avait proposé que certains migrants quittent le territoire en échange d'une compensation financière. Dimanche 2 juin, l'avocat  de l'Etat, Yochi Gnesin, a déclaré à la Cour suprême israélienne qu'un accord avait été conclu avec un pays dont le nom n'a pas été dévoilé, lequel a accepté d'accueillir une partie des migrants.

Selon la radio de l'armée israélienne, il s'agit d'un pays africain qui ne connaît pas de troubles et qui partage des intérêts communs avec Israël: l'Ouganda, l'Ethiopie ou le Sud-Soudan.

Cette nouvelle mesure est vivement critiquée dans les colonnes du quotidien Haaretz:

«Comme pourrait le faire une société d'exportation, l'Etat d'Israël tente d'expédier des dizaines de milliers de personnes venus d'Erythrée et du Soudan vers d'autres pays.»

Pour le journaliste, cette mesure témoigne du mépris dont l'Etat hébreux a toujours fait preuve à l'égard des migrants africains, souvent demandeurs d'asile. Face à leur détresse, l'Etat préfère, selon Haaretz, les expulser, «loin des yeux et loin de l'esprit».

Selon le quotidien Haaretz, ce ne serait pas la première fois que des migrants seraient renvoyés de force dans un pays tiers. Plus de 2.000 auraient été expulsés de cette manière. Des centaines auraient été expulsés depuis la prison israélienne où ils avaient été affectés. Où sont-ils aujourd'hui?, s'interroge le journaliste.

Lu sur Haaretz, The Guardian

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Soudan

AFP

Salva Kiir: le Soudan est une "source d'armes" utilisées au Soudan du Sud

Salva Kiir: le Soudan est une "source d'armes" utilisées au Soudan du Sud

AFP

Kiir accuse le Soudan d'être une "source d'armes" utilisées dans son pays

Kiir accuse le Soudan d'être une "source d'armes" utilisées dans son pays

AFP

Soudan du Sud: l'ambassadrice américaine

Soudan du Sud: l'ambassadrice américaine

Israël

AFP

Migrants: Israël va fermer son centre de rétention, expulsions

Migrants: Israël va fermer son centre de rétention, expulsions

AFP

Le président égyptien appelle les Palestiniens

Le président égyptien appelle les Palestiniens

AFP

Sommet ouest-africain: Israël et le Sénégal normalisent leurs relations

Sommet ouest-africain: Israël et le Sénégal normalisent leurs relations

Erythrée

Immigration

En Israël, l'Érythréen tué par balles symbolise la vie difficile des migrants africains

En Israël, l'Érythréen tué par balles symbolise la vie difficile des migrants africains

Immigration

La France va vivre une saison érythréenne

La France va vivre une saison érythréenne

Dictature

Au coeur du système de surveillance orwellien du régime érythréen

Au coeur du système de surveillance orwellien du régime érythréen