mis à jour le

Eviction de François Touré de la tête de la communauté ivoirienne du Burkina : Les éclairages du président intérimaire

Par l'écrit ci-après, le bureau intérimaire de l'Union des ressortissants Ivoiriens vivant au Burkina Faso (URECIB) que préside Mamadou Koné donne des précisions par rapport à l'éviction de François Touré de la tête de l'URECIB, pour éclairer l'opinion nationale et internationale. « Comment et pourquoi le sieur Touré François a-t-il été évincé ? », tel est l'intitulé de son exposé.

Comment et pourquoi le sieur Touré François a-t-il été évincé ?

En janvier 2011 un groupe d'individus recueille des pétitions auprès de certains ivoiriens pour évincer Monsieur Nassa Ricahrd qui était le Président de l'Union des ressortissants Ivoiriens vivant au Burkina Faso (URECIB) On lui reprochait entre autre d'être le Directeur de campagne de l'ex-président de la république de Côte d'Ivoire Monsieur Laurent Gbagbo.

Et en Février 2011, ce même groupuscule installe le Sieur Touré François sans élection et sans que la majorité des Ivoiriens aient été informée.

Depuis lors l'URECIB n'a jamais fonctionné conformément aux textes qui le régissent c'est-à-dire statut et règlement intérieur.

Pour mémoire l'URECIB est née le 1er Juin 1996 à Ouagadougou et à pour objectifs de rassembler les Ivoiriens et de resserrer leurs liens de fraternité afin de stimuler l'entraide et la solidarité mutuelle entre ses membres.

Malheureusement l'irruption de l'ancien président Toure Kakpometia François à la tête de l'URECIB fut un obstacle à la réalisation de ce combien ô noble objectif. L'association s'est effondrée en égard à sa gestion chaotique. En effet depuis (02) années qu'il était à la tête de l'URECIB force est de reconnaitre qu'aucune réunion ni assemblée générale n'a eu lieu alors que nos textes sont sens équivoque là-dessus.

L'assemblée générale ordinaire se tient deux fois par an sur convocation du Président du bureau exécutif (Juin et Décembre) (CFRI Chap. IV article 9 alinéa a).

Et les réunions du bureau exécutif se tiennent le févier samedi de chaque mois (CFRI chapitre IV article 10 alinéa a), soit un total de douze (12) réunions pour chaque exercice annuel.

Après deux années d'activité il est aujourd'hui impossible pour lui de mettre à la disposition des Ivoiriens plus de vingt-quatre (24) procès verbaux qui attesterons de la fonctionnalité du bureau exécutif.

Nous étions donc confrontés à des manquements relatifs au fonctionnement de l'assemblée générale de l'URECIB ainsi que la violation des règles de fonctionnement du bureau exécutif national de l'Union des Ressortissants Ivoiriens.

Face à ce dysfonctionnement et vu la défection de la majorité des membres du bureau (sur 14 membres il ne restait que 05 membres), nous lui avons adressé quatre correspondance dont l'objectif était l'organisation d'une assemblée générale afin de rectifier le tir.

Le premier courrier lui à été adressé le 17-12-2012 avec comme objet l'application des textes de l'URECIB (Statut et règlement intérieur).

Deux mois durant il n'a plus réagir, alors nous lui avons envoyé le second courrier le 18-02-2013 avec comme objet un rappel à l'ordre.

Il n'a toujours pas d'aigné réagir, c'est ainsi que j'ai élargi le troisième courrier aux autres délégations provinciales et nous le lui avons adressé le 11 Mars 2013 comme pour objet vie et fonctionnement de l'URECIB ; Toujours dans l'optique de la tenue d'une assemblée général.

Pour toute réaction il à fait une note antidatée pour suspendre le secrétaire général du bureau exécutif national le 13 Mars 2013 et une autre note le 14 Mars 2013 pour le radier au mépris des textes qui régissent notre union. Les arguments avancés par lui sont fallacieux et sans fondement car nos textes stipulent : article 22 et 23

1- Sanctions de premier degré
- Le rappel à l'ordre
- L'avertissement écrit 2- Sanctions de second degré
- Le blâme
- La suspension
- La radiation

Article 23 : Les sanctions de premier degré sont prononcées par le bureau exécutif en cas de faute légère. Si le bureau exécutif estime que les faits reprochés au contrevenant sont en raison de leur gravité, constitutifs d'une faute grave, il saisit la plus proche assemblée générale, seule compétente pour prononcer les sanctions du second degré.

Le seul crime de lèse majestueux du secrétaire général Monsieur TEHI Oulounéhé Charles, c'est de s'être associé à la demande de la tenue d'une assemblée générale extraordinaire.

Nous lui avons adressé un quatrième courrier le 16-03-2013 pour mettre en exergue la nullité des notes prises par lui concernant le secrétaire générale et l'inviter par ailleurs à venir faire son bilan moral et financier à l'assemblée générale que le 2/3 des membres actifs à jour de leurs cotisations organisent le Dimanche 24 Mars 2013 à Ouagadougou.

Il opposa un refus catégorique sous prétexte que les conditions d'une réconciliation ne sont pas réunions en Côte d'Ivoire comme au Burkina Faso entre Ivoiriens alors que lui-même s'est auto proclamé Président au plus fort de la crise postélectorale.

- Vu la constatation de fin de non recevoir opposé à la demande de convocation d'une assemblée générale.
- Vu la violation flagrante de la loi 010/92/ADP du 15/12/92
- Vu les manquements relatifs au fonctionnement de l'assemblée générale
- Vu la violation relative aux règles de fonctionnement du bureau exécutifs
- Vu la gestion unilatérale des fonds de l'URECIB
- Vu l'opacité de la gestion financière Il nous à paru nécessaire de convoquer cette assemblée générale pour sauver l'existence même de notre Union.

Il n'est pas superflu de rappeler que l'ex-président Toure Kakpométia François a reçu une somme totale de vingt millions de francs cfa au nom de l'URECIB

- Dix (10) millions de francs du chef de l'Etat Ivoiriens, qu'il a remis à main propre à son représentant Son Excellence l'Ambassadeur.
- Huit (08) millions de francs cfa que le sieur Touré à contacté auprès de sa banque (la société générale) au nom de l'URECIB pour créer un foyer ivoire ; somme qu'il a emprunté sans le consentement des Ivoiriens et qu'il à géré de manière unilatérale Sans le moindre compte rendu à la communauté Ivoirienne.
- Deux (02) millions de francs cfa reçu par son conseiller et complice Traore Abdoulaye auprès de Telecel Faso lors des journées d'amitiés Ivoiro-Burkinabé tenues les 02, 03 et 04 Novembre 2012, qu'ils ont utilisé à des fins personnelles.
- Fort des éléments à ma disposition, je persiste et signe qu'il y a eu déboursement et abus de confiance.
- Rappelons que le trésorier général adjoint, Namory Diomandé du bureau qui était présidé par Touré Kakpométia François, n'a jamais signé un chèque de l'URECIB.

Face à ce blocage de notre association qui malheureusement a une incidence négative sur notre communauté. Conformément à notre règlement intérieur (Cf. chapitre IV, article 9 alinéa.b L'assemblée extraordinaire se tient en cas d'urgence sur convocation
- Soit du bureau exécutif
- Soit des 2/3 des membres actifs à jour de leurs cotisations avec noms et signatures. Nous avons donc pris nos responsabilités en convoquant les ivoiriens y compris l'ex-président et son conseiller en communication à l'assemblée générale extraordinaire du 24 Mars 2013.

L'ancien président au lieu de se présenter à l'assemblée générale extraordinaire pour présenter son bilan normal et financier, a fait croire qu'il était absent du territoire burkinabé.

Ce qui s'est avéré faux par la suite ce même 24 Mars 2013, entre 20h et 21h, l'ancien président, son conseiller et un individu (officier de police), furent une descente musclée au domicile du secrétaire générale qui ne doit son salut qu'à son absence ce jour là de la maison.

Le secrétaire général alerté par son épouse, informa le gendarme en charge des associations étrangères vivant au Burkina Faso.

Au total quatre résolutions furent adoptées à cette assemblée :
- le président a été démis avec tout son bureau.
- l'assemblée a l'unanimité reconduit Mr KONE Mamadou comme Président
- faire la lumière sur la gestion de l'ancien président, situer les responsabilités et engager toute poursuite judiciaire contre les fauteurs.
- organiser une élection dans un délai de trois à six mois pour la désignation d'un président national définitif.

Après la mise en place de notre bureau intérimaire national, notre premier acte a été de rencontrer nos deux ministres de tutelle à savoir leurs excellences. Monsieur Charles Koffi Diby Ministre d'Etat, Ministre des Affaires Etrangères de la république de Côté d'Ivoire.

Monsieur Aly Coulibaly, Ministre de l'Intégration Africaine chargé des Ivoiriens de l'extérieur ;

Lors de la signature du traité d'amitié et de coopération Ivoiro-burkinabè qui a eu lieu les 24 et 25 Avril 2013 à bobo dioulasso.

A cette rencontre, nos deux ministres nous ont remis une forte source d'argent pour les ivoiriens vivent au Burkina Faso.

Au nom de la communauté ivoirienne, je leur dis merci infiniment. Le bureau intérimaire a également été reçu par Son Excellence l'Ambassadeur extra ordinaire plénipotentiaire de la république de Côté d'Ivoire près le Burkina Faso et le Niger (Abdou TOURE) , le samedi 04 Mai 2013 l'ambassadeur nous a confié qu'il était l'homme le plus heureux ce jour car depuis deux années c'est la première fois qu'il reçoit un bureau de l'URECIB.

Nous avons sa confiance et son soutien et lui disons merci pour tout ce qu'il fait pour la communauté ivoirienne.

Le dimanche 05 Mai, nous avons tenu notre première assemblée générale qui a consisté à présenté officiellement le bureau intérimaire National aux Ivoiriens qui l'ont adopté à l'ambassade de Côte d'Ivoire.

Ce bureau est assez représentatif de toute la Côte d'Ivoire et comprend toutes les sections provinciales du Burkina Faso.

J'exhorte les ivoiriens à resserrer les rangs autour de leur ambassade et à s'impliquer d'avantage dans la vie de leur association .Tous les présidents qui se sont succédés ont travaillé en parfaite intelligence avec les ambassadeurs qui étaient en poste.

L'URECIB est le fruit de la volonté du premier ambassadeur en poste au Burkina Faso (Yao Touan).

Au total l'union a toujours travaillé sous l'héritage de l'ambassade, et je demande aux ivoiriens de rester serein et imperturbable car nous sommes investies du sceau de la légalité et de la légitimité.

NB : Depuis Décembre jusqu' à nos jours nous avons régulièrement informé le procureur du Faso et les autorités compétentes ivoiriennes et Burkinabé de tout ce qui a été posé comme acte.

Pour la manifestation de la vérité des procédures judiciaires sont en cours. Notre AG du 24/03/2013 a respecté toutes les normes légales, la police et la gendarmerie ainsi qu'un Huissier de justice étaient présent.

Président Intérimaire URECIB, KONE Mamadou

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

François

AFP

Le président de la RD Congo Joseph Kabila reçu par le pape François

Le président de la RD Congo Joseph Kabila reçu par le pape François

AFP

Gabon: le pape François appelle

Gabon: le pape François appelle

AFP

Présidentielle en Centrafrique: le parti de François Bozizé s'allie

Présidentielle en Centrafrique: le parti de François Bozizé s'allie

communauté

AFP

Soudan du Sud: la communauté internationale fustige l'appel

Soudan du Sud: la communauté internationale fustige l'appel

AFP

Nord-est du Nigeria: le président Buhari appelle la communauté internationale

Nord-est du Nigeria: le président Buhari appelle la communauté internationale

AFP

Tchad: l'opposition demande

Tchad: l'opposition demande

Burkina

AFP

Burkina Faso: un plan de développement de 23,5 milliards d'euros

Burkina Faso: un plan de développement de 23,5 milliards d'euros

AFP

Burkina Faso: le gouvernement affirme avoir déjoué un putsch

Burkina Faso: le gouvernement affirme avoir déjoué un putsch

AFP

Le Burkina Faso inaugure sa première usine de lampes solaires

Le Burkina Faso inaugure sa première usine de lampes solaires