mis à jour le

Kisito Traoré, directeur général des services informatiques : "Il faut réduire les contacts entre clients et agents traitants de la dépense publique"

Le ministère de l'Economie et des Finances organise les 6 et 7 juin 2013 à Ouagadougou, un atelier national sur les réformes en matière de rationalisation du circuit de la dépense. En prélude à cette rencontre, le directeur général des services informatiques, Kisito Traoré, livre dans cet entretien, l'importance d'un tel événement.

Sidwaya (S.) : Quels sont les enjeux de l'atelier national sur les réformes en matière de rationalisation du circuit de la dépense ?

Kisito Traoré (K.T.) : Les enjeux de l'atelier national sur les réformes en matière de rationalisation du circuit de la dépense sont libellés dans le thème de l'atelier. En effet, parler de rationalisation suppose qu'il y a une prise de conscience sur les marges de progression possible en termes d'organisation et d'amélioration du dispositif actuel de gestion de la dépense publique, afin de le rendre plus efficace et plus efficient. Il s'agit donc, à travers cet atelier, de travailler à doter à terme, notre pays d'un dispositif moins coûteux à tous points de vue et permettant aux pouvoirs publics de mener une politique de développement avisée. Et cela, en adéquation avec les ambitions traduites dans les référentiels comme la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD). En somme, l'enjeu essentiel de cet atelier est la modernisation de l'administration financière au service du développement économique et social de notre pays.

S. : Quels sont les objectifs de cet atelier ?

K.T. : Il s'agira de présenter aux participants, les propositions de réformes visant à rationaliser le circuit de la dépense publique, leur faire examiner ces propositions en vue de recueillir leurs amendements, suggestions et recommandations en vue de les améliorer et in fine, faire valider ces propositions par les participants. Cette validation ouvrira donc la voie aux préparatifs pour la mise en ½uvre de ces réformes.

S. : Quelles sont vos attentes ?

K.T. : Cet atelier va regrouper pendant deux jours les acteurs de la chaîne de la dépense-publique, exerçant au sein du Ministère de l'Economie et des Finances, aussi bien au niveau central que déconcentré. Il y aura également des acteurs venant des autres départements ministériels et institutions, des personnes-ressources et des invités issus aussi bien du secteur privé que des partenaires techniques et financiers. Ce sont tous des praticiens rompus à la tâche et aux réalités du terrain et pétris de riches et diverses expériences. Il est souhaitable que tous ces spécialistes puissent apporter les meilleures contributions pour doter notre pays d'un dispositif plus efficace et plus performant de gestion de la dépense publique. Nous recherchons uun dispositif qui va prendre en compte l'environnement communautaire et mondial en perpétuelle évolution et le fort potentiel offert aujourd'hui par les technologies de l'information et de la communication.

S. : Concrètement, comment sera organisée cette importante rencontre et quelles sont les principales activités prévues ?

K.T. : Au regard de son importance, l'atelier est placé sous le très haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier ministre. Les travaux sont prévus pour se tenir en plénière et en ateliers thématiques du jeudi 6 au vendredi 7 juin 2013.

Après la cérémonie d'ouverture, il est prévu deux communications introductives en plénière afin de camper le décor. La première portera sur la réforme des procédures et des responsabilités des intervenants dans la chaîne de la dépense publique et la seconde concernera la dématérialisation des documents du circuit de la dépense.

Ensuite, il y aura les échanges en ateliers thématiques portant sur les thèmes abordés respectivement par les deux communications introductives. S'en suivra la restitution des travaux des groupes thématiques en plénière et enfin, l'adoption du rapport général et des recommandations et résolutions qui seront présentés à la cérémonie de clôture.

Il convient de signaler en outre que pour accompagner l'organisation de cet atelier national, des activités de communication sur la dépense publique sont prévues, notamment des spots télévisuels et des interviews comme la présente.

S. : Vous parlez de réformes en matière de rationalisation du circuit de la dépense publique, en quoi consistent ces projets de réformes ?

K.T. : Les réformes envisagées s'inscrivent dans deux axes : le premier est relatif aux procédures et responsabilités des intervenants dans la chaîne de la dépense publique et le second concerne la dématérialisation des documents du circuit de la dépense.

A propos des procédures et responsabilités des intervenants, il faut signaler que la dépense publique fait intervenir plusieurs acteurs aux différentes étapes. Il s'agit de revisiter tout cela dans le souci de raccourcir les procédures et spécialiser davantage les interventions des acteurs sur des aspects bien précis.

Au sujet de la dématérialisation, on note qu'il y existe actuellement une multitude de documents indispensables dans le déroulement des différentes procédures de dépense et souvent, en plusieurs exemplaires. Tous ces documents viennent comme des pièces justificatives requises par les acteurs. Il faut travailler à alléger cette masse de papiers souvent redondants, qui a un coût non négligeable, qui alourdit et ralentit le rythme de traitement des dossiers et qui crée des fragilités en ce sens qu'un document peut être falsifiable. Il faut tendre vers le zéro-papier et réduire les contacts entre clients et agents traitants afin de réduire les possibilités de faux, de fraude et de corruption. Les technologies de l'information et de la communication nous offrent une palette de possibilités très variées dans ce sens.

S. : Quels sont les avantages de telles réformes ?

K.T. : Les avantages essentiels des réformes envisagées sont notamment le rééquilibrage des responsabilités des acteurs de la dépense publique, l'allègement des procédures de dépense et des points de contrôle ainsi que la suppression des redondances qui auront un impact certain sur les délais et les coûts de traitement des dossiers.

Entretien réalisé par Kowoma Marc DOH ([email protected])
Sidwaya

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

clients

Lefaso.net

Coup de gueule : Le chemin de croix des clients de certaines banques de la place

Coup de gueule : Le chemin de croix des clients de certaines banques de la place

Kayes Infos

Kayes : L’INPS de Kayes soulage ses clients et les populations de Lafiabougou

Kayes : L’INPS de Kayes soulage ses clients et les populations de Lafiabougou

Actualités

Les taxis refusent de prendre des clients pour le Bardo, twitter trouvera la solution !

Les taxis refusent de prendre des clients pour le Bardo, twitter trouvera la solution !

agents

AFP

Attentat de Sousse en Tunisie: six agents de sécurité inculpés

Attentat de Sousse en Tunisie: six agents de sécurité inculpés

AFP

RDC: 14 agents d'une ONG locale enlevés dans l'est

RDC: 14 agents d'une ONG locale enlevés dans l'est

AFP

Guinée: plus de 18.000 agents de sécurité pour la campagne et la présidentielle

Guinée: plus de 18.000 agents de sécurité pour la campagne et la présidentielle