mis à jour le

Lefaso.net : Le médiateur de la rédaction s'adresse aux internautes

Pour aider à une meilleure auto-régulation, les médias burkinabè, sous l'initiative du Conseil Supérieur de la Communication, se sont dotés d'un observatoire. Son bureau exécutif, présidé par Jean-Baptiste Ilboudo, ancien directeur du développement des médias au ministère de la communication, a été installé en octobre 2012. Par la suite, le CSC a recommandé à chaque organe de presse de se choisir un médiateur de la rédaction. Le choix du Faso.net s'est porté sur André Eugène Ilboudo, bien connu dans le milieu des médias et de la société civile. Les différents médiateurs ont été installés le 4 mai 2013. Avant d'entamer sa mission, M. Ilboudo a jugé indispensable de requérir l'avis des internautes dans le message ci-dessous.

Aux lecteurs et lectrices de Lefaso.net Chers Ami-e-s,

Monsieur le Directeur de Publication du journal Lefaso.net et son équipe m'ont fait le redoutable honneur en me demandant d'assumer le rôle de Médiateur de notre journal commun. Bien que l'honneur soit une charge, j'ai accepté. L'installation de la plupart des médiateurs des organes de presse est intervenue le 4 mai 2013 par l'Observatoire Burkinabé des Médias.

Après échange avec la Direction de Lefaso.net, je prends officiellement fonction le lundi 3 juin 2013. Mon rôle de médiateur consiste à trouver une entente entre le journal et un lecteur, en cas de conflit, ou à tout le moins de rapprocher les positions. Mais ce rôle de Wemba (celui qui apaise les conflits en langue mooré) ne sera légitime que si je suis accepté aussi par vous. Une médiation ne peut être réussie que si le médiateur jouit de la confiance des deux parties.

Jouer le rôle de médiateur dans la presse est une tâche ardue, -plus encore pour un journal en ligne- car il s'agit souvent de concilier deux contraires en un temps record : le devoir du journaliste de publier une information en respectant un certain nombre de principes comme l'éthique et la déontologie et la volonté du lecteur à vouloir tout savoir - même dans les moindres détails. Il arrive parfois que le lecteur veuille que le journaliste lui relate l'information selon ses propres analyses et points de vue.

Comme un verdict, je sais, par expérience professionnelle, qu'une médiation n'est jamais totalement satisfaisante pour les deux parties. Comme dans un procès, celui qui le gagne, loue la clairvoyance du Tribunal tandis que celui qui perd le procès, n'eut été qu'il ne peut pas exprimer bruyamment son mécontentement au risque d'outrager les magistrats, aurait traité le Tribunal de tous les noms d'oiseaux.

Chers Ami-e-s,

Afin de jouer mon rôle au mieux de mes forces, je le baliserai par deux axes essentiels. Protéger le droit du lecteur mais aussi protéger le devoir du journal, car l'un est le versant de l'autre.

Pour réussir ma mission, j'aurai pour conduite principale de me maintenir à équidistance entre le journal et les lecteurs. La nature faisant bien les choses, mon bureau est à l'opposé de celui du journal (presque 20 kilomètres nous séparent). Donc physiquement, il n'y aura pas de promiscuité. Secundo, pour ce qui est des lecteurs, je ne ferai allégeance à personne ni à aucun groupe. Je consacrerai toutes mes forces pour maintenir une position d'indépendance et de neutralité en cas de conflit entre un lecteur et le journal.

Il est possible que ma médiation entre le journal et un, deux, voire trois, lecteurs n'aboutisse pas. Et comme ce serait des lecteurs différents, cela ne traduirait pas forcément le refus de ma médiation. Par contre si une, deux, voire trois, fois le journal refuse ma médiation, j'en tirerai les conséquences.

Au bout d'une année, j'évaluerai mon rôle à travers des lecteurs répertoriés, connus, identifiés. Si dans l'ensemble ma médiation est mal acceptée je ne continuerai pas.

Je balise le terrain avant de commencer. C'est ma méthode de travail quand on me confie une mission ou une fonction. Comme un ancien attaquant de football, j'aime bien savoir où se trouve le but avant de commencer à jouer. C'est une manière qui m'évite de m'accrocher à une fonction quand visiblement le service que je rends n'est pas apprécié de part et d'autre.

Je ne voudrais point mélanger mon travail professionnel avec la médiation. Pour cela, je me servirai uniquement et exclusivement d'une boite mail pour répondre à toutes les plaintes et ou communication liées au journal, et ce dans l'intervalle de moins de 24h, dès la réception du message. Mon numéro de téléphone mobile sera uniquement accessible par le journal, en cas d'alerte. Que ce soit clair, je ne répondrai pas à une plainte au téléphone ni ne recevrai un lecteur pour une plainte dans mon bureau professionnel. En cas d'extrême limite, je serai disponible physiquement pour écouter une plainte d'une partie, en présence de l'autre partie, dans les locaux du journal. Encore une fois, je m'interdis formellement de donner un avis en l'absence de toutes les parties. Le journal Lefaso.net pouvant être considéré comme un « média chaud », je me dois de traiter toutes les questions, qui me seront soumises, avec du recul. Et le mail m'autorise ce recul.

Ainsi, au fur et à mesure, nous apprendrons à découvrir, en cheminant ensemble, comment saisir le médiateur ? Comment s'y prendra-t-il pour concilier deux points de vue. Que fera-t-il et que ne fera-t-il pas, etc.

Je m'engage à travailler en toute loyauté, neutralité et indépendance pour protéger le droit des lecteurs et le devoir du journal.

Si cela est accepté, que commence l'aventure ! Et en ce moment, humblement, je suis votre dévoué,

André-Eugène ILBOUDO
Médiateur de Lefaso.net Mon expérience liée aux média :
- Actuellement : Directeur du Groupe Scolaire l'Académie de Ouagadougou.
- Début à la Télévision Nationale du Burkina.
- Directeur de Publication du Journal Au Courant alternatif
- Coordonnateur du monitoring des médias lors des législatives 2002.
- Président de Radio Vive le paysan / Saponé, 107FM.
- Directeur de Publication du journal L'Académicien
- Directeur des Programmes de la Radio des écoles, 106,4FM.
- Plusieurs articles, « débats ou point de vue », dans les principaux quotidiens du Burkina.

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

médiateur

AFP

Le Burundi demande

Le Burundi demande

AFP

Burundi: l'opposition invitée par le médiateur ougandais

Burundi: l'opposition invitée par le médiateur ougandais

AFP

Burundi: l'envoyé spécial de l'ONU quitte son rôle de médiateur

Burundi: l'envoyé spécial de l'ONU quitte son rôle de médiateur

internautes

AFP

En Algérie, colère et débrouille chez les internautes privés de connexion

En Algérie, colère et débrouille chez les internautes privés de connexion

La rédaction

Algérie: les internautes sauvent la vie d'une fillette de 5 ans

Algérie: les internautes sauvent la vie d'une fillette de 5 ans

Djamila Ould Khettab

L’affaire du “baiser de Nador” : Internautes et hacktivistes continuent de se mobiliser

L’affaire du “baiser de Nador” : Internautes et hacktivistes continuent de se mobiliser