mis à jour le

Déclaration de candidature de Dr Hamed Sow à l’élection présidentielle 2013 « Je suis le candidat du changement, du renouveau, de la reconstruction, de la refondation et de la réconciliation »

Dr Hamed Sow a déclaré, le samedi 1er juin 2013, sa candidature à l’élection présidentielle du 28 juillet prochain. C’était au cours d'une cérémonie qui s’est déroulée à l’hôtel Salam en présence des militants et sympathisants du parti du Rassemblement Travailliste pour le Développement (RTD). Selon lui, il est le candidat du changement, du renouveau, de la reconstruction, de la refondation et de la réconciliation. Le moins que l'on puisse dire est que Dr Hamed Sow et son parti font recette.  Le 19 mai dernier lors du 1er meeting du parti RTD, la grande salle du CICB était pleine à craquer comme ce samedi lors de son investituture à l'hôtel Salam. Comme de coutume au RTD, cette cérémonie a commencé par une lecture du Saint Coran. Ensuite, se sont succédé à la tribune le Secrétaire général du Parti, suivi de la Présidente du Mouvement des Femmes et du Président du Mouvement des Jeunes. Tous ont réitèré  la demande formulée deux semaines auparavant par les congressistes sollicitant la candidature du Dr Hamed Sow.  C'est dire que Dr Hamed Sow est bien parti pour Koulouba à travers la prochaine élection présidentielle du 28 juillet.  Nous vous proposons en intégralité son discours de déclaration de canditature prononcé, samedi 1er juin 2013. 

 

Dr Hamed Sow

Il y a des moments de la vie  où les mots semblent pesés peu pour exprimer les sentiments. Ce 19 mai 2013  en fut un pour moi. Il fut un moment de grande émotion, lorsque, au nom des Délégués du 1er Congrès ordinaire du RTD, vous Monsieur le 1er Vice Président, Vous Madame la Présidente du Mouvement des Femmes et Vous Monsieur le Président du Mouvement des Jeunes, vous m’aviez fait l’honneur en demandant  d’être candidat de notre Parti à l’élection présidentielle de juillet prochain.

Se porter candidat à la magistrature suprême de notre pays, le Mali, est une décision qui nécessite une réflexion approfondie, car lourde de conséquences. C’est pourquoi, en ce jour mémorable de la vie de notre jeune Parti, je vous ai demandé quelques jours de réflexion.

 

Dans la profondeur  de mes réflexions, j’ai remonté le temps de l’histoire au fil duquel s’est édifié la grandeur de notre pays.  De l’Empire du Ghana de Soumangourou Kanté au Grand Empire du Mali de Soundjata Keita,  des Royaumes Songhoï de Sonny Ali Ber, d’Askia Mohamed, des Royaumes bambara des Da Monzon Diarra et  Biton Coulibaly, de l’Empire peul du Macina d’El-Hadj Oumar Tall et de Cheikou Amadou,  sans oublier les héros de la résistance à la conquête coloniale : Samory Touré, Babemba Traoré, pour ne citer que ceux-là.  Oui nous Maliens avons un fier passé. Nous sommes les descendants de très grands hommes. Les méritons-nous aujourd’hui ?

 

Du temps présent, mes réflexions ont d’abord porté sur les Maliens. J’ai surtout pensé à ces millions d’hommes, des femmes, d’enfants et de vieux qui ne mangent pas à leur faim. A ces familles qui doivent se contenter d’un repas par jour. A ces centaines de milliers de nos populations qui doivent encore boire de l’eau impropre. A toutes ces centaines de milliers de femmes qui accouchent encore sans assistance. A ces milliers d’enfants en surnombre dans nos écoles qui manquent presque de tout. A ces bandes de plus en plus nombreuses  de petits mendiants, qui envahissent nos villes et qui vous interpellent  dans les arrêts des feux de signalisation pour vous demander de quoi manger. A ces dizaines de milliers de morts victimes des ravages du paludisme, de la tuberculose et du sida.

 

Oui mes  Chers  Camarades, oui mes Chers Amis, TOUT CELA doit changer, Oui, absolument tout cela doit CHANGER, car le Devoir de tout Dirigeant, digne de ce nom,   est de contribuer à assurer les droits fondamentaux de son Peuple afin qu’il puisse vivre en paix, manger à sa faim, avoir accès à l’eau potable, bénéficier des soins de santé de base et envoyer tous ses enfants  à l’école.

 

Dans mes réflexions préalables pour pouvoir répondre à votre sollicitation d’être  le Candidat du RTD pour la prochaine élection présidentielle, j’ai aussi pensé à nos frères et s½urs, à nos compatriotes du Nord, à leurs souffrances et leurs martyrs. J’ai repensé aux visages de nos délégués venus de TOMBOUCTOU, GAO, KIDAL, à ceux de nos réfugiés venus du Burkina Faso, du Niger et  de la Mauritanie. Dans la dignité qui caractérise  les populations du Nord, j’ai senti dans les regards de nos Délégués l’espoir sollicité par le RTD. Et je me suis dis que nous n’avons pas le droit de les décevoir. Oui dans le septentrion malien, la situation doit définitivement changée. Oui là-bas aussi, comme ici et maintenant le Changement doit se faire.

Dr Hamed Sow

Dr Hamed Sow

 

J’ai aussi pensé à nos forces de sécurité et défense, mal préparées et  sous équipées, face à des ennemis surentrainés et suréquipés. A la chute des nos grandes villes, les unes après les autres. J’ai revu dans ma tête, tel un film de cauchemar, l’avancée des troupes jihadistes  jusqu’aux portes de Sévaré, prêtes à faire sauter le dernier verrou pour compléter l’envahissement de notre chère Patrie. C’est le lieu ici de remercier les Autorités et le Peuple français, les Autorités et le Peuple Tchadiens, ainsi que nos frères des pays de la CEDEAO et d’une manière générale, la Communauté internationale pour leur soutien au Mali. Nous n’oublierons jamais ceux qui ont versé leur sang pour le Mali, chez nous ou chez eux, comme récemment au NIGER. Et disons ici aussi, PLUS JAMAIS CA. Et à ce niveau aussi, s’agissant de la formation, de l’organisation et de l’équipement de nos forces de défense et sécurité, il FAUT AUSSI QUE CA CHANGE.

 

J’ai aussi réfléchi aux risques encourus par notre pays. Aux défis de la croissance démographique, 15,2 millions de Maliens cette année, plus de 20 millions dans   6  – 7 ans, aux conséquences de  l’exode rural avec ces centaines de milliers de nos jeunes paysans vidant nos campagnes pour venir grossir le lot des sous employés de nos  villes, en particulier Bamako surpeuplé. Si ce n’est pour aller sur les sites d’orpaillage, laissant les terres sans bras pour les labourer pour aller chercher quelques hypothétiques graines d’or. J’ai, par ailleurs, pensé aussi à ces centaines de milliers de jeunes urbains, sans emploi, assis dans les « grins » de thé, contraints d’aller souvent demander un peu d’argent à leur pauvres parents qu’ils devraient eux prendre en charge. Tout un monde à l’envers.  La FAIM et le MANQUE d’EMPLOI risquent demain de faire sauter la stabilité sociale de notre pays. ET CELA N’EST PAS ADMISIBLE ET LA AUSSI IL FAUT QUE NOUS CHANGIONS LA DONNE.

 

Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à tous ces prédateurs, ces voleurs, ces corrompus, se pavanant dans leurs V8 ou leurs grosses Mercedes, vivant dans  des villas de 300 à 500  millions avec  l’argent volé à nos pauvres populations qui vivent dans la misère. Et certains d’entre eux, ont le culot, l’outrecuidance de se présenter devant le peuple spolié pour demander son suffrage, afin d’assurer l’impunité de leurs crimes. La honte, la dignité et même la simple pitié ne font pas partie des valeurs de ces gens là. Ils ne perdent rien pour attendre le CHANGEMENT.

 

Enfin, mes Chers Camarades, mes Chers Amis, c’est aussi à Vous que j’ai pensés. A tous vos efforts, votre travail acharné pour faire du RTD, en moins de 3 mois une formation politique montante sur tout le territoire national. Ceux qui sont sur le terrain savent qu’aujourd’hui le RTD est l’un des partis, si ce n’est le parti le mieux implanté au Mali. Cela a été possible grâce au travail des Travaillistes, mais aussi parce que les Maliens veulent le CHANGEMENT. Notre Peuple ne veut  plus que ce soit toujours les mêmes qui s’occupent des affaires du pays, d’autant plus qu’il sait où ils nous conduisent. Le Mali a frôlé la descente aux enfers et les Maliens ne veulent plus que cela se reproduise. Ils veulent une nouvelle génération de dirigeants politiques, capables de conduire les destinées du pays vers des horizons meilleurs.

 

C’est au nom de tout ce qui vient d’être dit, au nom de la lutte contre la pauvreté, contre l’injustice sociale, contre l’impunité des prédateurs, POUR LE CHANGEMENT que je répond OUI à votre demande du 19 mai 2013. OUI JE SUIS CANDIDAT A LA PROCHAINE ELECTION PRESIDENTIELLE  dont le 1er tour se tiendra le 28 juillet 2013.

 

JE SUIS LE CANDIDAT DU CHANGEMENT, LE CANDIDAT DU RENOUVEAU, LE CANDIDAT DE LA RECONSTRUCTION, LE CANDIDAT DE LA REFONDATION.

 

OUI UN AUTRE MALI EST POSSIBLE. JE LANCE UN APPEL, L’APPEL DU 1er JUIN 2013, POUR UN NOUVEAU DEPART : CELUI DE L’EDIFICATION D’UN NOUVEAU MALI, D’UNE NOUVELLE REPUBLIQUE

 

La refondation de la nouvelle REPUBLIQUE  aura pour fondements :

- la Paix et la Concorde entre les MALIENS

- le Renforcement de nos Forces de Défense et de Sécurité

 

- une nouvelle Gouvernance à travers la politique d’augmentation des Revenus et la lutte implacable contre la Corruption

 

- le développement rural en donnant la terre aux paysans et en leur favorisant l’accès aux équipements modernes de production, ainsi qu’aux éleveurs et aux pêcheurs

 

- la promotion et le développement du secteur minier

 

- le développement des infrastructures de transport et surtout de l’énergie

 

- la promotion et le développement  des PME

 

- le développement de la micro-finance ainsi que l’introduction et l’émergence de la finance islamique

 

- la refonte totale de l’Ecole malienne pour l’adapter aux besoins de l’économie nationale

 

- la mise en place d’une politique sociale de santé pour tous

- la protection de l’environnement

 

Dans les prochains jours, après avoir  discuté avec nos militants des différentes catégories socioprofessionnelles, nous soumettrons aux Maliens notre Projet de Société composé de 30 propositions pour la relance de la Maison Mali.

Le temps nous fait défaut pour développer ici ces propositions. Nous pouvons toutefois citer les principales mesures que nous prendrions si les Maliens nous élisent à la tête de l’Etat.

 

  1. Nous augmenterons assez fortement les salaires des fonctionnaires qui sont dérisoires. Nous accorderons des réductions fiscales aux entreprises privées afin qu’elles améliorent les salaires de leurs employés.
  2. 2.             
  3. Une fois, les revenus améliorés, nous mènerons une lutte implacable contre la corruption. Nous pensons que l’augmentation des recettes qui découlera d’un meilleur contrôle des marchés publics, des activités des services de la douane, des  impôts,... permettra largement de couvrir l’augmentation de la masse salariale
  4. 4.             

3.         Nous veillerons à maîtriser les prix des denrées alimentaires et des produits de premières  nécessités.

 

  1. Nous ouvrirons à la concurrence tous les postes de direction des services publics en faisant appel à des grands cabinets de recrutement. Naturellement, ces postes restent ouverts à leurs titulaires actuels, qui ont l’avantage de l’expérience. Notre objectif est d’arriver durant la  première année de la mandature à mettre les hommes qu’il faut  à la place qu’il faut.
  2. 6.             

5.         Nous distribuerons des terres  aux millions d’agriculteurs pour en faire de véritables exploitants agricoles. Le pays regorge suffisamment des terres arables pour pouvoir doter chaque exploitant de 5 ha. Nous faciliterons l’accès à la culture attelée à tous les exploitants agricoles. L’Etat, avec l’appui de la BNDA reformée, pourrait avancer une charrue et au moins deux b½ufs à chacun des 65% des paysans qui utilisent encore la houe. Ces derniers pourraient même rembourser une partie  en nature afin de permettre à l’Etat d’améliorer ses stocks de sécurité alimentaire.

 

  1. Nous veillerons à mieux valoriser le cheptel du Mali, le plus important d’Afrique de l’Ouest. A cet effet, nous créerons des grands centres de regroupement de bêtes, des points d’eau, des unités d’embouche. Nous créerons un grand abattoir  près de l’aéroport de Sévaré et conclurons un accord avec une grande entreprise sud-africaine pour exporter par avions frigorifiques les carcasses de viande vers l’Egypte, l’Arabie Saoudite et d’autres pays du Golf. Nous faciliterons l’acquisition d’une cinquantaine de  camions frigorifiques pour permettre l’exportation de carcasses de viande vers la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Ghana...
  2. 8.             

7.         Nous mènerons une politique importante de développement minier. Notre objectif est de faire du Mali, le 1er ou tout au moins le 2ème exportateur d’or en Afrique, avec une production de 100 tonnes par an, en renforçant sérieusement la recherche et en valorisant les petites mines. Nous mettrons fin à terme à l’orpaillage. Nous mènerons une politique offensive en direction des investisseurs pour diversifier notre production minière. Notre sous-sol, en plus de l’or, contient du fer (plus de 1, 5 milliards de tonnes), de la bauxite (1,3 milliards de tonnes), du manganèse, du phosphate, du calcaire, du marbre, du lignite et bien d’autres métaux ferreux et non ferreux. A cet effet, nous soutiendrons la réalisation d’un grand projet régional de valorisation de 5 mines de fer entre le Mali et la Guinée, incluant la construction d’une ligne de chemins de fer de Kita à Conakry et la réalisation d’un nouveau port minéralier en Guinée. Ce qui nous permettrait de construire à côté un port de marchandises, nous faisons ainsi gagner 250 kms par rapport à l’Océan. Nous suivrons de très près la recherche d’hydrocarbures  (pétrole et gaz) et d’uranium. Nous veillerons à la bonne application du nouveau code minier, notamment dans son volet social et environnemental.

 

  1. Nous renforcerons le développement des infrastructures de transport et surtout énergétiques. Nous veillerons à l’augmentation et à la structuration du capital d’EDM. Nous faciliterons l’implantation des centrales électriques (solaires de préférence) sous forme de BOOT. Notre objectif de d’augmenter de 1000 MW la production d’électricité au cours de notre mandature.
  2. 10.           

9.         Nous procéderons à la refonte totale de l’école. Nos universités formerons de moins en moins de juristes, de politologues, de sociologues ..., mais de plus de  vétérinaires, d’agronomes, d’ingénieurs miniers. Nous favoriserons le développement des instituts de formation aux métiers en adéquation avec les besoins de l’économie nationale. Nous réaliserons un ambitieux programme de formation professionnelle afin de donner une nouvelle chance à de jeunes diplômés, sans emploi.

 

  1. Nous mettrons en ½uvre une politique de santé pour tous. Nous veillerons qu’il y ait un centre de santé primaire pour chaque regroupement de 1000 Maliens. Nous mènerons une lutte farouche contre le paludisme, la tuberculose et le sida, sans négliger les autres maladies de masse.
  2. 12.           

11.  La protection de l’environnement sera une de nos grandes priorités par esprit de devoir envers les futures générations. A cet effet, nous favoriserons la substitution énergétique (pétrole et gaz) au bois et au charbon de bois, ainsi que la diffusion massive des foyers améliorés.  Nous interdirons la coupe d’arbres dans les zones fragiles. Dans le cadre de l’OMVS, nous veillerons au dragage du fleuve Sénégal. Nous lutterons efficacement contre l’ensablement du fleuve Niger.

 

Ainsi ira le Mali de demain, celui du Travail.

Mais pour réaliser tout cela, il nous faut d’abord gagner les élections. Et je sais que nous pouvons gagner l’élection présidentielle et  par la suite les législatives et les municipales.

 

Oui Mes Chers Camarades, Mes Chers Amis, nous avons la possibilité de gagner car les Maliens n’ont plus confiance à la vieille classe politique. Nos compatriotes veulent le Changement avec des hommes intègres, patriotes et travailleurs. Nous avons le profil du poste. Si j’ai accepté d’être candidat, c’est parce que je suis sûr de pouvoir gagner. Faites moi confiance, Chers Camarades et Amis, j’ai toujours gagné mes paris. J’ai trop peur de la défaite pour m’engager à la légère. J’ai bien analysé les données politiques et même d’autres types de données : toutes indiquent que la victoire est à notre portée.

 

Nos concurrents vous diront, mais Hamed Sow n’est pas connu, il a peu de chance d’être élu. Répondez les : c’est un atout à l’heure du Changement. Il vaut mieux être peu connu, mais crédible que d’être connu et impopulaire. En plus, nous avons tout le temps de la campagne pour nous adresser aux Maliens. Si vous avez mis moins de 3 mois pour implanter le RTD dans tous les Cercles du Mali, votre Candidat mettra moins de 2 mois pour convaincre les Maliens. Très peu de gens connaissaient Obama avant le démarrage des primaires du Parti des Démocrates américains de 2008. Et pourtant, il est à son 2ème mandat. Eh bien mes Chers Camarades et Amis, dites à nos adversaires que l’OBAMA malien est en route pour Koulouba. Je connais la route.

 

Pour conclure, je dirai qu’il y a quelques années, j’étais loin, mais très loin d’imaginer que j’aurais un jour l’honneur de m’adresser au Peuple Malien pour solliciter son suffrage afin de me porter à la tête de l’Etat. Je n’en avais aucune idée, mais Dieu Lui savait.

C’est pourquoi, je voudrais terminer par rendre hommage au Tout-Puissant, au bon Dieu, dans sa Miséricorde, de nous avoir permis, ma Famille, mes Amis, Mes Compagnons, tous de voir et de vivre ce jour du 1er juin 2013. Mais surtout, je voudrais remercier le Créateur et le Divin, de m’avoir donné le courage de prendre la difficile décision de me porter candidat à la prochaine élection présidentielle.

 

C’est aussi l’occasion pour moi d’avoir une pensée pour mes parents qui m’ont donné l’éducation indispensable pour s’élever au rang des hommes qui ont le sens de la mesure, de la responsabilité et de la droiture.

 

Puisse le Bon Dieu me permettre de toujours garder ces valeurs.

 

Vive le Mali,

Vive le RTD

 

Et en route vers Koulouba

Je vous remercie

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

candidature

AFP

Gabon: la Cour constitutionnelle rejette les recours sur la candidature d'Ali Bongo

Gabon: la Cour constitutionnelle rejette les recours sur la candidature d'Ali Bongo

AFP

Gabon: l'ex-président de l'Assemblée annonce sa candidature

Gabon: l'ex-président de l'Assemblée annonce sa candidature

AFP

Congo: Sassou Nguesso confirme officiellement sa candidature

Congo: Sassou Nguesso confirme officiellement sa candidature

présidentielle

AFP

Côte d'Ivoire: retour dans son parti d'un ex-candidat

Côte d'Ivoire: retour dans son parti d'un ex-candidat

AFP

Kenya: huit candidats approuvés pour la présidentielle d'août

Kenya: huit candidats approuvés pour la présidentielle d'août

AFP

Présidentielle au Rwanda: les candidats contrôlés sur les réseaux sociaux

Présidentielle au Rwanda: les candidats contrôlés sur les réseaux sociaux

2013

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

AFP

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

AFP

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013