mis à jour le

Afrique du Sud: Marikana et la malédiction de la violence

Un an après une longue grève meurtrière, un syndicaliste est assassiné sur le site minier de la Marikana.

La mine de Marikana gagnée par la violence, un an après la longue grèvre meurtrière dont la mine de platine sud-africaine avait été le théâtre. Ce lundi 3 juin, un responsable du syndicat national des mines (NUM), employé du groupe britannique Lonmin, a été tué en plein jour et un autre blessé.

«L'un est mort —il était responsable de puits— et l'autre a été blessé. Il est à l'hôpital. Ils ont été attaqués dans les locaux du syndicat vers 10h30-11h00 locales» (08h30 - 09h00 GMT), a précisé Mxhasi Sithethi, coordinateur régional du NUM dans la province.

La première victime a pris deux balles dans la tête, et le blessé a été transporté dans un état critique avec six impacts de balles, selon la même source.

Ni la police, ni Lonmin n'étaient joignables dans un premier temps. Interrogé par l'AFP pour savoir s'il suspectait un syndicat adverse, le secrétaire général du NUM Frans Baleni a répondu:

«Je ne veux pas spéculer, mais tout est possible.»

La fusillade a lieu moins d'une semaine après un appel solennel du président sud-africain Jacob Zuma pour éviter un nouvel embrasement social, notamment dans le secteur minier, première source de revenu à l'exportation, alors que l'économie nationale connaît un inquiétant ralentissement.

Feu contre les grévistes

L'an dernier, l'exaspération salariale dans les mines avait totalement débordé le NUM, syndicat proche du pouvoir, aujourd'hui supplanté par un nouveau syndicat plus radical, Amcu. Le conflit avait pris un tour très violent, faisant une soixantaine de morts et a ruiné l'image de marque de l'Afrique du Sud lorsque la police a ouvert le feu sur des mineurs en grève à Marikana faisant 34 morts le 16 août, la pire fusillade.

Les rivalités syndicales n'ont jamais véritablement cessé, alors qu'une commission d'enquête est toujours en cours pour faire la lumière sur les violences de l'an dernier.

Il y a eu trois meurtres le week-end du 11 et 12 mai dans la région de Marikana, dont une figure locale d'Amcu.

Chez Lonmin, Amcu est désormais le syndicat majoritaire et a supplanté le NUM mais ce dernier n'accepte pas de se laisser évincer, allant jusqu'à truquer des dizaines de cartes de membres selon la presse de ce week-end.

Slate Afrique avec AFP

Slate Afrique avec AFP

Slate Afrique avec AFP

Ses derniers articles: En Tunisie, la grenade est la star de l'automne  L'escrimeuse Inès Boubakri dédie sa médaille d'or à « la femmes tunisienne»  En Afrique du Sud, des élections municipales cruciales pour l'ANC 

Afrique

AFP

En Afrique centrale, carton jaune pour les fédérations de foot

En Afrique centrale, carton jaune pour les fédérations de foot

AFP

De violentes manifestations en Afrique du Sud contraignent le président

De violentes manifestations en Afrique du Sud contraignent le président

AFP

Manifestations en Afrique du Sud: balles en caoutchouc avant l'arrivée de Ramaphosa

Manifestations en Afrique du Sud: balles en caoutchouc avant l'arrivée de Ramaphosa

mine

AFP

Ghana: six morts dans l'effondrement d'une mine d'or de Newmont

Ghana: six morts dans l'effondrement d'une mine d'or de Newmont

AFP

Le port de Douala au Cameroun, miné par la corruption et l'engorgement

Le port de Douala au Cameroun, miné par la corruption et l'engorgement

AFP

Pour les jeunes du bassin minier tunisien, c'est la mine ou "la mort"

Pour les jeunes du bassin minier tunisien, c'est la mine ou "la mort"

Marikana

AFP

Afrique du Sud: neuf policiers devant la justice dans l'affaire du massacre de Marikana

Afrique du Sud: neuf policiers devant la justice dans l'affaire du massacre de Marikana

AFP

Afrique du Sud: Ramaphosa veut "panser les plaies" du massacre de Marikana

Afrique du Sud: Ramaphosa veut "panser les plaies" du massacre de Marikana

AFP

Afrique du Sud: hommage très politique aux mineurs de Marikana tués en 2012

Afrique du Sud: hommage très politique aux mineurs de Marikana tués en 2012