mis à jour le

Sunset over Dakar, by The Wandering Angel via Flickr CC
Sunset over Dakar, by The Wandering Angel via Flickr CC

Le Sénégal est-il prêt à faire sa révolution?

Le vent du printemps arabe va-t-il franchir le Sahara? Dakar est souvent présenté comme l’épicentre de ces nouveaux mouvements. Mais le grand soir est-il pour demain? Reportage.

Mise à jour du 18 novembre: Le Mouvement du 23 juin (M23), coalition de partis d'opposition et d'organisations de la société civile au Sénégal, a une nouvelle fois appelé le 17 novembre le président Abdoulaye Wade à renoncer à briguer un nouveau mandat en 2012 pour éviter au Sénégal de «plonger dans la violence et le chaos».

***

 

Le Sénégal allait-il basculer dans le chaos? Ce samedi-là, le 23 juillet, à Dakar, dès l’aube, tout le monde se posait la question. Les médias internationaux soufflaient sur les braises. Dakar n’allait-elle pas s’enflammer tout comme Abidjan quelques mois plus tôt?

Le mois précédent, tout le monde avait craint le pire après plusieurs manifestations particulièrement violentes qui avaient agité la capitale sénégalaise. D’aucuns parlaient même de «Peanuts Revolution», révolution des cacahuètes, le pays étant un important producteur d’arachides. D’une révolte de la société civile contre un président accusé de dérive autoritaire.

Peanuts Revolution? Un néologisme qui n’avait pas eu l’air de plaire à tous les Sénégalais, certains pensant qu’il s’agissait de l’expression d’une certaine condescendance occidentale. Une manière de laisser entendre que leur mouvement comptait pour des… cacahuètes.

Depuis le 23 juin, les rumeurs les plus folles avaient couru Dakar. Le président Wade aurait demandé à l’armée française de l’évacuer. Son fils Karim, ministre d’Etat, suspecté de vouloir succéder à son père à la présidence aurait paniqué. Selon l’influent avocat Robert Bourgi, Karim Wade l’aurait appelé en pleine nuit pour demander de l’aide à… la France. Des propos aussitôt démentis par l’intéressé.

Pendant ces folles semaines, d’aucuns avaient cru que le pouvoir était… dans la rue. Qu’il suffisait de quelques manifestations supplémentaires pour qu’il tombe comme un fruit mûr. Comme une mangue juteuse et sucrée à souhait. Bien des manifestants exigeant d’ailleurs le départ immédiat du président Wade —même s’il a été réélu dès le premier tour de la présidentielle de 2007. Les esprits étaient échauffés.

Alors forcément, un mois plus tard, les Sénégalais s’interrogeaient: le grand soir était-il venu? Le régime Wade allait-il s’écrouler comme un château de cartes?

«Wade dégage!»

En tout cas, des troubles étaient à prévoir: le régime avait décidé de contre-attaquer. En effet, le 23 juillet plusieurs manifestations étaient organisées. L’une d’elles regroupait les partisans du président Abdoulaye Wade: des milliers d’entre eux s’étaient donné rendez-vous pour soutenir leur leader dans la tourmente.

Le chef de l’Etat avait préparé un discours offensif pour galvaniser ses troupes. Il avait même fait affréter des cars pour amener ses fidèles jusqu’à Dakar. Même la lointaine Casamance avait envoyé des «troupes» pour soutenir le «général Wade».

L’autre manifestation réunissait les opposants au régime. Initialement, ils avaient prévu de manifester place de l’Indépendance —au cœur de la capitale—, mais les autorités ont interdit pareil rassemblement. Dès lors, il leur a fallu délocaliser leur mouvement.

Nombre d’entre eux étaient très en colère. Ils réclamaient un départ immédiat du président, avec des slogans tels que «Wade dégage!» ou «Wade dégage, gigolo». Un mois plutôt, ils avaient défilé avec un cercueil symbolisant l’enterrement du régime de Wade.

«Une pratique qui a étonné au Sénégal, où le respect des personnes âgées fait partie des valeurs essentielles», souligne Fatou, une étudiante qui a rejoint les rangs de l’opposition.

«Il faut vraiment que la jeunesse en ait ras-le bol pour en arriver à cette extrémité. Mais c’est impossible pour nous d’être dirigé par un homme de 85 ans. Un vieillard qui se ferait réélire en février prochain pour un nouveau mandat de cinq ans. Il doit partir tout de suite.»

D’autres opposants, plus modérés, voulaient seulement l’empêcher de se présenter à la présidentielle de 2012, au motif que sa candidature serait inconstitutionnelle: le texte fondamental ne lui permettant pas, selon eux, d’effectuer plus de deux mandats.

Au petit matin, les Sénégalais se montraient extrêmement prudents.

«Je vais rester chez moi toute la journée. On ne sait jamais. J’ai eu très peur le 27 juin. J’ai cru que les manifestants allaient m’agresser. Les voitures avec des plaques d’immatriculations de l’Etat étaient des cibles privilégiées pour les jeunes en colère», explique Alassane, un haut fonctionnaire.

Toute la journée du 23 juillet, un étrange climat a régné sur la ville, chacun restant sur le qui-vive. Les rendez-vous d’affaires étant reportés à des jours meilleurs. Il était jugé plus prudent de rester chez soi.

Mais en fait, aucun affrontement n’a eu lieu. Dès la nuit tombée, le climat a changé du tout au tout. Dakar a poussé un grand ouf de soulagement, et s’est remise à profiter de plus belle de l’été, des vacances.

«Ils vont juste à la mangeoire»

Sur les plages de la capitale sénégalaise, la foule des grands jours est présente. A Ngor Plage, l’effervescence règne. Les jeunes Dakarois et les vacanciers venus d’Europe ou d’Amérique du Nord déambulent sur le sable. Ils font la queue devant des barbecues installés sur la plage pour déguster des poissons frais, grillés à point.

De jeunes Dakarois, allongés sur le sable, se rassemblent autour de réchauds à gaz grâce auxquels ils préparent l’ataya, le thé sénégalais.

Les conversations ne tournent plus guère autour du sujet qui fâche: l’affrontement entre l’opposition et le pouvoir. Enfin, plus de la même façon… Autour de l’ataya, des jeunes font d’étranges confessions:

«Je suis plutôt du côté de l’opposition. Mais on m’a donné 5.000 francs CFA [8 euros] pour assister au meeting de Wade, alors j’ai participé à son rassemblement. Que faire d’autre? J’ai besoin d’argent», explique avec désinvolture Abdoul, un étudiant qui habite une banlieue déshéritée de Dakar.

Almami explique qu’il était chargé de la distribution des billets. Il a fait venir au centre-ville des jeunes originaires de banlieue, comme lui. A leur arrivée au meeting de Wade, il leur a distribué des billets de 5.000 francs CFA pour qu’ils applaudissent le discours du président. Même des mères de famille ont fait le trajet pour le billet vert.

Almami pense lui aussi que le président est trop vieux pour se représenter en 2012. Mais il milite pour Wade. Il explique n’avoir pas vraiment le choix:

«Je n’ai pas de travail fixe. Je suis un goorgoorlu [un débrouillard, en wolof]. Je survis grâce au système D. Alors je prends l’argent où il se trouve. Pour l’instant, il est du côté de Wade. Je m’adapte.»

Autour d’un thé, les partisans de l’opposition et ceux d'Abdoulaye Wade discutent à bâtons rompus. La conversation est parfois animée, mais nulle animosité. «Il est trop vieux», «Il ne pense qu’à construire des routes et des statues, alors qu’il n’y a pas d’électricité», affirment les détracteurs du président.

Ce à quoi les partisans de son régime —qui sont encore nombreux— répondent: «Et vous les socialistes! Qu’avez-vous fait en quarante ans de règne? Vous n’avez rien foutu!», «Quel est votre candidat? Vous n’êtes même pas capable de vous mettre d’accord sur un nom. Vous êtes pires que les socialistes français».

Nombre de Sénégalais sont lassés par le «Sopi», le changement en wolof, surnom donné au régime de Wade, au pouvoir depuis 2000. Mais aucun homme politique ne fait vraiment l’unanimité lorsqu’il s’agit d’évoquer un remplaçant potentiel au chef de l’Etat actuel.

«On aime bien critiquer Wade. Mais on ne voit pas encore qui pourrait le remplacer», explique Mamadou, un enseignant dakarois.

D’aucuns évoquent parfois Idrissa Seck, ex-Premier ministre de Wade. Mais il s’est fait huer par une partie de la foule lors de la manifestation d’opposition du 23 juillet.

«Les Sénégalais sont perplexes. Un jour, Idrissa Seck est avec le parti de Wade; le lendemain, il est du côté de l’opposition. C’est à n’y plus rien comprendre», explique Marie, une militante du parti socialiste.

Un leitmotiv revient souvent dans la bouche des jeunes dakarois:

«On ne va pas faire comme les Ivoiriens, se faire tuer dans la rue, mourir pour des hommes politiques. Ça ne vaut vraiment pas la peine de risquer sa vie pour ces gens-là. La plupart sont des adeptes de la "transhumance". Un jour dans l’opposition, le lendemain avec le pouvoir. Ils vont juste à la mangeoire», affirme Marie, une étudiante de la capitale.

Dakar ne dort jamais

Elle ne veut plus manifester; elle préfère se faire belle pour aller danser. Toute la journée, elle est restée chez elle, s’est reposée pour être en pleine forme la nuit venue. Sa soirée commence à deux heures du matin au Thiossane, la boîte de nuit du chanteur sénégalais Youssou N’dour. Elle se prolonge jusqu’à quatre heures du matin dans les boîtes des Almadies, un quartier résidentiel.

Plus on s’enfonce dans la nuit, et plus l’angoisse disparaît. Ce soir-là, le climat tourne à la fête. Dakar ne dort pas, tel est le titre d’une émission de TFM, la chaîne de télévision de Youssou N'dour. Au vu de l’ambiance qui règne ce samedi-là, à Dakar, il semble que ce soit une réalité. La capitale ne ferme pas l’œil de la nuit.

Sur la corniche, aux Almadies, à cinq heures du matin, il y a encore des… embouteillages, des coups de klaxon. Des sorties de boîtes qui se prolongent. Le temps des vacances, les Sénégalais de la diaspora de New York, Barcelone ou Paris reviennent au pays: ils retrouvent leurs parents et amis de Dakar, dans une belle débauche d’élégance dispendieuse.

Les Dakarois font la fête toute la nuit. Comme s’ils avaient déjà oublié que le matin même, ils s’imaginaient au bord du «précipice». Déjà le rythme du mbalax a chassé les discours politiques. Les manifs? Lointain souvenir perdu dans la nuit dakaroise.

Pierre Cherruau

 

A lire aussi

Le Sénégal est-il encore un pays francophone?

France-Sénégal, je t'aime moi non plus

Vers la fin de l'islam à la Sénégalaise?

Faut-il continuer à aider le Sénégal?

Pierre Cherruau

Pierre Cherruau a publié de nombreux ouvrages, notamment Chien fantôme (Ed. Après la Lune), Nena Rastaquouère (Seuil), Togo or not Togo (Ed. Baleine), La Vacance du Petit Nicolas (Ed. Baleine) et Dakar Paris, L'Afrique à petite foulée (Ed. Calmann-Lévy).

Ses derniers articles: Comment lutter contre le djihad au Mali  Au Mali, la guerre n'est pas finie  C'est fini les hiérarchies! 

Abdoulaye Wade

Abdoulaye Wade

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Gorgui

Les vraies raisons de son retour

Les vraies raisons de son retour

Atouts

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Dakar

AFP

Le célèbre sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

Le célèbre sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

Terrorisme

Du Sénégal à la Libye, l'itinéraire d'un combattant de Daech qui effraie Dakar

Du Sénégal à la Libye, l'itinéraire d'un combattant de Daech qui effraie Dakar

AFP

La deuxième phase du procès d'Hissène Habré s'ouvre lundi

La deuxième phase du procès d'Hissène Habré s'ouvre lundi

élection présidentielle

Une année d'élections

La «révolution des smartphones» n'a pas encore vaincu la fraude électorale en Afrique

La «révolution des smartphones» n'a pas encore vaincu la fraude électorale en Afrique

Liberté d'expression

En Côte d'Ivoire, l'élection présidentielle est-elle vraiment démocratique?

En Côte d'Ivoire, l'élection présidentielle est-elle vraiment démocratique?

Election présidentielle

Dans la banlieue de Conakry en Guinée, on vote dans un bus à l'abandon

Dans la banlieue de Conakry en Guinée, on vote dans un bus à l'abandon