mis à jour le

Des forces de l'ordre égyptiennes sur la place Tahrir le vendredi 4 février 2011. REUTERS/Suhaib Salem
Des forces de l'ordre égyptiennes sur la place Tahrir le vendredi 4 février 2011. REUTERS/Suhaib Salem

Les manifestations d'Egypte en direct: inquiétude sur le sort de quatre Français

  • Onzième jour de manifestations vendredi 4 février pour demander le départ du président Hosni Moubarak.
  • Les manifestants espéraient mobiliser un million de personnes pour ce vendredi, surnommé «le jour du départ».
  • La place Tahrir est très contrôlée, par l'armée et les manifestants pro-Moubarak, et l'ambiance y est pour l'instant moins tendue que les jours précédents.
  • La France a fait part de son inquiétude sur le sort de quatre de ses ressortissants
  • Les Etats-Unis tentent de négocier le départ d'Hosni Moubarak, qui a déclaré qu'il ne démissionnerait pas parce qu'il craignait que l'Egypte tombe dans le «chaos». Des rumeurs de départ ont néanmoins circulé à plusieurs reprises dans la journée.
  • Les autorités comptent une dizaine de morts et environ un millier de blessés depuis le début du mouvement, mais l'ONU parle de 300 morts et de 3.000 blessés.
  • A voir aussi le fil des évènements de la journée de jeudi, mercredi, et des jours précédents, et le portfolio ci-dessous. 

 

-Vendredi 4 février-

19h10 [AP/The Guardian/CNN] Inquiétude sur le sort de quatre Français

La ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie s'est dite dans un communiqué «particulièrement préoccupée par le sort de trois journalistes et d'un chercheur français dont les autorités françaises sont sans nouvelles». Elle a précisé avoir fait part à son homologue égyptien Ahmed Aboul Gheit «de sa grande émotion après le récit de certains journalistes français qui ont subi des pressions et des violences tout à fait inacceptables».

Le journaliste égyptien Wael Abbas a lui annoncé sur Twitter (information signalée par le Guardian) qu'il avait été arrêté par l'armée.

Selon CNN, des forces de sécurité ont par ailleurs arrêté les journalistes, techniciens et administrateurs du site internet des Frères musulmans.

18h [Wired] Le rappeur anti-Moubarak

Dénichée par le magazine Wired, une vidéo de soutien aux manifestants anti-Moubarak du rappeur britannique d'origine marocaine Master Mimz, intitulée Back Down Mubarak.

17h20 [Al Jazeera] Moubarak au... Monténégro?

Al Jazeera cite des médias monténégrins selon lesquels Hosni Moubarak pourrait se réfugier dans le pays, son arrivée là-bas étant préparée par son fils et ses amis proches. La chaîne rappelle que le Monténégro est déjà le refuge de l'ancien Premier ministre de Thaïlande Thaksin Shinawatra, chassé du pouvoir en 2006.

16h50 [The Guardian] Le secrétaire général de la Ligue arabe candidat à la présidence?

Selon le live du Guardian, qui cite le quotidien égyptien al Masry al Youm, le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa envisagerait de candidater à la présidence. Il s'attend à ce que Moubarak termine son mandat, même si «des choses extraordinaires se produisent, aboutissant au chaos, ce qui fait qu'il prendra peut-être une décision différente».

16h10 [Evan Hill] Une rumeur démentie de départ de Moubarak

Les rumeurs se multiplient apparemment au Caire sur le sort de Hosni Moubarak. Evan Hill, de Al Jazeera, a ainsi lâché sur Twitter: «Je suis dans les bureaux de Tagammu [un parti d'opposition de gauche, ndlr]. Des gens font la fête dehors. On entend que Moubarak a démissionné». Puis, une minute plus tard: «On dirait que l'excitation pourrait avoir été prématurée». De nombreux internautes attribuent à cette même rumeur une clameur entendue il y a quelques minutes place Tahrir. Selon Dima Khatib, également de Al-Jazeera, des personnes dans la foule affirmaient que Moubarak était en train de négocier sa sortie. 

16h [BBC News] 300 millions de dollars perdus par jour?

Des analystes du Crédit Agricole estiment que les troubles actuels en Egypte coûtent 310 millions de dollars par jour au pays, et ont révisé leurs prévisions de croissance de 5,3% à 3,7%. Le site de la BBC rappelle notamment que les banques et la Bourse sont fermés depuis plusieurs jours, ainsi que de nombreuses usines.

15h40 [Al Jazeera] Une atmosphère pacifique sur la place Tahrir

Selon le live de Al Jazeera, la situation demeure «largement pacifique et d'une certaine façon joyeuse depuis les prières du vendredi» sur la place Tahrir. Il y a quelques heures, Ben Wedeman, de CNN, parlait lui d'une atmosphère «très joyeuse, pacifique, amicale, accueillante, convaincue, déterminée». En revanche, Evan Hill, de Al Jazeera, rapporte l'existence d'affrontements à coup de pierres dans la rue Talaat Harb, juste à côté de la place.

14h50 [Al Jazeera, Reuters] Le site d’Al Jazeera hacké, son bureau du Caire brûlé

La chaine Al Jazeera rapporte que son bureau du Caire a été brûlé, et tout son équipement avec, «par des gangs de casseurs». Neuf journalistes d’Al Jazeera ont été arrêtés dans la semaine, et la version arabe de son site internet a été hackée aujourd’hui, apparemment par des pro-Moubarak, rapporte un autre communiqué de la chaine.

Pendant deux heures, une publicité du site avait été remplacée par le slogan «Ensemble pour la chute de l’Egypte», qui renvoyait vers une page critiquant le média.

14h 30 ­– [New York Times] «Nous sommes tous des Egyptiens»

Le célèbre chroniqueur du New York Times Nicholas D. Kristof, récompensé par deux prix Pulitzer pour sa défense des droits de l'homme, est au Caire et son dernier billet «Nous sommes tous des Egyptiens» est un hymne au courage des manifestants de la place Tahrir qui frappés, blessés, maltraités font preuve d'une volonté et d'un courage insensés.

«Je suis jeudi sur la place Tahrir. Je rencontre un charpentier Mahmood dont le bras gauche est en écharpe, une jambe dans un plâtre et la tête recouverte d'un bandage fait dans un hôpital improvisé installé dans une mosquée par le mouvement pour la démocratie. C'est la septième fois en 24 heures qu'il a dû se faire soigner à la suite de blessures infligées par les voyous à la solde du gouvernement. Mais dès que Mahmood est soigné, il retourne en boitant en première ligne.»

Plus de détails dans notre résumé, la version originale est ici.

14h ­– [Guardian, AFP] Berlusconi contre le reste des Européens

Silvio Berlusconi a estimé que Moubarak devrait rester en place le temps de la transition de l’Egypte vers la démocratie, et ajouté que le président égyptien est «en Occident, et par dessus tout aux Etats-Unis, considéré comme un homme sage».

Pour le Guardian, ses remarques révèlent les différences d’opinion entre les leaders européens alors qu’ils se réunissent en ce moment en sommet sur l’Egypte. David Cameron a notamment estimé que le pouvoir égyptien perdrait toute «crédibilité» en cas de nouvelles violences aujourd’hui contre les manifestants.

Le sommet devrait déboucher sur une déclaration commune et une stratégie à mettre en œuvre par Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne, qui doit se rendre en Egypte dans les deux semaines.

13h13 – [Reuters] Khamenei salue les révoltes comme un «mouvement de libération islamique»

Durant la prière à Téhéran, l’Ayatollah Ali Khamenei a salué le «mouvement de libération islamique» qui a lieu d’après lui dans le monde arabe, et conseillé aux Egyptiens et aux Tunisiens de s’unir autour de leur religion contre l’Occident.

Il a comparé les révoltes à la révolution iranienne de 1979, qui avait renversé le Shah soutenu par les Etats-Unis et instauré la république islamique. Il a aussi appelé l’armée égyptienne à soutenir les manifestants et à se «concentrer sur l’ennemi sioniste».

12h52 ­– [Twitter] Des tasers utilisés par l’armée ?

Le journaliste australien Hamish Macdonald affirme via son compte Twitter avoir vu des militaires utiliser des tasers contre des manifestants (sans savoir s’il s’agissait de manifestants pro- ou anti-Moubarak):

«Je viens de voir des militaires égyptiens utiliser des tasers sur des manifestants arrêtés»

Avant d'ajouter:

«Les tasers étaient bruyants et rapides. Les cris étaient horribles.»

12h24 – [Al-Jazeera, Twitter] Des chrétiens protègent les musulmans pendant la prière à Alexandrie

Le correspondant d’Al-Jazeera à Alexandrie rapporte que des dizaines de milliers de personnes se sont réunies dans le centre de la ville pour prier, et que les chrétiens ont formé une chaine humaine autour d’eux pour les protéger de toute interruption.

Jeudi, @NevineZaki postait sur Twitter cette photo montrant une chaine humaine de chrétiens autour de musulmans en prière:

11h18 - [Committee to Protect Journalists, Twitter, National Post] Des dizaines de journalistes arrêtés, attaqués.

Le Comité de Protection des Journalistes affirme avoir enregistré 30 détentions de journalistes 26 attaques contre eux et 8 prises de leur matériel rien que le jeudi 3 février. Des agents en uniforme et en civil ont confisqué du matériel directement dans deux hôtels où dorment des journalistes internationaux.

L’ONG a enregistré 7 moments où la télévision d’état ou les chaines possédées par des amis de Moubarak ont diffusé des messages affirmant que les étrangers élaboraient toutes sortes de plans pour déstabiliser l’Egypte, en se servant notamment des journalistes étrangers pour provoquer les sources. Le CPJ tient la liste de toutes les violences rapportées par des médias.

Des militants de Reporters Sans Frontières manifestent devant l'ambassade d'Egypte à Paris pour protester contre les agressions.

Sur place, le journaliste de Télérama Nicolas Delessalle donne des exemples de ces intimidations et violences constantes contre les médias:

Le photographe et documentariste canadien Yonathan Kellerman raconte qu'il s'est fait aggressé par 7 hommes mercredi avant d'être mis à l'abri par l'armée égyptienne... aux côtés du photographe Reza!

10h46 – [CNN, BBC] La place Tahrir très contrôlée

Les manifestants ont construit des barricades en fil barbelé et empilé des piles de pierres sur la place Tahrir en préparation de la manifestation prévue pour ce «jour du départ», et scandent des slogans comme «Nous sommes là depuis 10 jours et le changement est en route!». Les manifestants anti-moubarak ont mis en place leurs propres postes de sécurité pour vérifier l’identité de ceux qui veulent accéder à la place.

L’armée est également beaucoup plus présente dans le périmètre de la place que les jours précédents, dans de bons termes avec les manifestants. Le ministre de la Défense et d’autres leaders militaires se sont déplacés.

Le New York Times a créé une carte interactive actualisée tous les jours qui montre l'évolution de la bataille place Tahrir:

10h16 – [New York Times] Les Etats-Unis continuent d’essayer de convaincre le président Mubarak de démissionner immédiatement et de confier le pouvoir à un gouvernement transitionnel mené par le vice président actuel Omar Suleiman. L’administration américaine voudrait que le gouvernement transitionnel invite des membres de l’opposition, y compris des Frères musulmans, et travaille à réformer le système électoral du pays pour des élections libres en Septembre. 

Les Américains affirment avoir le soutien des militaires, de responsables et de diplomates arabes, mais Hosni Moubarak a donné une interview jeudi où il affirmait qu’il ne démissionnerait pas, «trop inquiet» pour son pays pour le faire. Il a lui-même encore des soutiens qui estiment que les Etats-Unis devraient arrêter de s’interférer dans les affaires internes égyptiennes.

- Jeudi 3 février -

21h10 - [ABC] Moubarak aimerait bien démissionner, mais...

Le président Hosni Moubarak a donné une interview à Christiane Amanpour, de la chaîne américaine ABC.

Il y explique qu'il est fatigué d'être président, qu'il aimerait bien démissionner, mais qu'il a peur que l'Egypte tombe dans le chaos s'il quitte le pouvoir.

«Je ne me soucie pas de ce que le pays dit de moi. Là, tout de suite, je me soucie de mon pays, je me soucie de l'Egypte.»

A propos des affrontements qui ont eu lieu mercredi, Moubarak déclare:

«Je ne suis pas content de ce qui s'est passé hier. Je ne veux pas voir des Egyptiens se battre entre eux.»

19h03 [Channel 4] Le journaliste Lindsey Hilsum formule une hypothèse sur la raison du changement d’attitude de la population, qui est devenue menaçante envers les journalistes étrangers jeudi 3 février:

«Depuis la nuit dernière, la télévision d’Etat affirme que des espions israéliens déguisés en journalistes occidentaux sillonnent le pays. C’est une rumeur vicieuse parce qu’elle met tous les occidentaux, et tous les Egyptiens travaillant avec des occidentaux, dans une situation où ils risquent d’être battus, voire pire. C’est pour le moins cynique.»

[Cliquez ici pour le reste du récit du jeudi 3 février en Egypte]

Slate.fr

Ses derniers articles: Comment Aqmi est revenu sur le devant de la scène en sous-traitant ses attaques  Pour Daech, le vrai combat se déroule en Libye  Comment le djihadisme est devenu «global» 

Hosni Moubarak

main basse

Il n'y a pas de démocratie en Egypte, il n'y a que les intérêts de l'armée

Il n'y a pas de démocratie en Egypte, il n'y a que les intérêts de l'armée

Révélations

Les petites confidences de Moubarak

Les petites confidences de Moubarak

Egypte

Hosni Moubarak est sorti de prison

Hosni Moubarak est sorti de prison

manifestations

AFP

Sénégal: les manifestations sportives suspendues après des violences mortelles dans un stade

Sénégal: les manifestations sportives suspendues après des violences mortelles dans un stade

AFP

Maroc: arrestations et poursuite des manifestations

Maroc: arrestations et poursuite des manifestations

AFP

Maroc: quelques heurts lors des manifestations

Maroc: quelques heurts lors des manifestations

révolte

AFP

Zefzafi, le révolté devenu "icône" du Rif marocain

Zefzafi, le révolté devenu "icône" du Rif marocain

AFP

La Libye dans l'impasse six ans après sa révolte populaire

La Libye dans l'impasse six ans après sa révolte populaire

AFP

Egypte: les espoirs déçus de la jeunesse, moteur de la révolte de 2011

Egypte: les espoirs déçus de la jeunesse, moteur de la révolte de 2011