SlateAfrique

mis à jour le

Nigeria - Goodluck, l’allié africain d’Obama

Le président nigérian Goodluck Jonathan a été reçu le 8 juin 2011 à la Maison-Blanche par son homologue américain Barack Obama, indique Voice of America. Selon un communiqué officiel, ce dernier souhaitait «consulter le président Jonathan sur les derniers événements régionaux et mondiaux et approfondir le solide partenariat bilatéral».

Depuis son élection le 16 avril 2011, Goodluck Jonathan jouit d’une reconnaissance appuyée de Barack Obama. Celui-ci l'avait appelé personnellement pour le féliciter de sa victoire à l’issue d’un scrutin jugé «historique», tout en déplorant les violences postélectorales. Il l’avait assuré de son intention de renforcer son partenariat bilatéral avec «le pays le plus peuplé d’Afrique», qui pourrait devenir «un modèle» pour le continent. Washington avait d'ailleurs envoyé une délégation à l'investiture officielle de Jonathan le 29 mai dernier.

Lors de la conférence de presse qui a suivi son intervention à une réunion de l'Assemblée générale des Nations unies sur le VIH/sida à New York, le président Jonathan a évoqué sa rencontre avec Obama «pour évoquer des questions qui affectent l’humanité, dans son ensemble».

La relation privilégiée de Jonathan avec Obama tranche avec la distance que le président américain a prise avec le chef d'Etat Gabonais Ali Bongo, qu'il reçoit aujourd'hui, jeudi 9 juin. Une rencontre que le porte-parole de la Maison-Blanche a dû justifier, étant donné les accusations de corruption qui pèsent contre le régime de Bongo, souligne Voice of America.

Lu sur Voice of America, WhiteHouse.gov, UN.org