mis à jour le

Amar Saadani réfute les accusations de corruption

Amar Saadani n'est pas inquiet. L'ancien président de l'Assemblée populaire nationale n'est pas dérangé par les soupçons de corruption qui pèsent sur lui.

L'ancien tambourin de Oued Souf, devenu 3ème personnage de l'Etat, a un langage rôdé. Lors de son passage, vendredi, sur la chaîne de télévision Ennahar Tv, Amar Saadani réfute les accusations de corruption. « Celui qui a des preuves contre moi n'a qu'à les présenter à la justice», a-t-il défié. Pour le reste, il estime que cette campagne est «ordinaire», puisqu'elle « survient avant chaque élection présidentielle ».

Amar Sadani pense que toute cette campagne est dirigée contre lui «pour l'empêcher de prendre la direction du FLN». Ceux qui parlent de la corruption sont, selon le responsable, ceux «qui n'ont pas de programme à présenter » pour l'élection présidentielle de 2014. L'ancien président de l'APN a appelé, enfin, Aboudjerra Soltani à «assumer les décisions prises lorsqu'il était au gouvernement».

E. W.

accusations

AFP

Funérailles de Mandela: la famille "consternée" par les accusations de malversation

Funérailles de Mandela: la famille "consternée" par les accusations de malversation

AFP

RDC: un village saccagé après des accusations d'empoisonnement collectif

RDC: un village saccagé après des accusations d'empoisonnement collectif

AFP

Procès Obiang: les accusations fracassantes d'un mercenaire contre Soros et Bourdon

Procès Obiang: les accusations fracassantes d'un mercenaire contre Soros et Bourdon

corruption

AFP

Afrique du Sud: nouveau revers judiciaire pour Zuma dans une affaire de corruption

Afrique du Sud: nouveau revers judiciaire pour Zuma dans une affaire de corruption

AFP

Nigeria: les dossiers de corruption s'empilent dans les tribunaux, pas les condamnations

Nigeria: les dossiers de corruption s'empilent dans les tribunaux, pas les condamnations

AFP

Corruption au Tchad et en Ouganda: un groupe chinois dément être impliqué

Corruption au Tchad et en Ouganda: un groupe chinois dément être impliqué