mis à jour le

Amar Saadani réfute les accusations de corruption

Amar Saadani n'est pas inquiet. L'ancien président de l'Assemblée populaire nationale n'est pas dérangé par les soupçons de corruption qui pèsent sur lui.

L'ancien tambourin de Oued Souf, devenu 3ème personnage de l'Etat, a un langage rôdé. Lors de son passage, vendredi, sur la chaîne de télévision Ennahar Tv, Amar Saadani réfute les accusations de corruption. « Celui qui a des preuves contre moi n'a qu'à les présenter à la justice», a-t-il défié. Pour le reste, il estime que cette campagne est «ordinaire», puisqu'elle « survient avant chaque élection présidentielle ».

Amar Sadani pense que toute cette campagne est dirigée contre lui «pour l'empêcher de prendre la direction du FLN». Ceux qui parlent de la corruption sont, selon le responsable, ceux «qui n'ont pas de programme à présenter » pour l'élection présidentielle de 2014. L'ancien président de l'APN a appelé, enfin, Aboudjerra Soltani à «assumer les décisions prises lorsqu'il était au gouvernement».

E. W.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

accusations

AFP

Libye et Sarkozy: soupçons et accusations mais pas de preuves

Libye et Sarkozy: soupçons et accusations mais pas de preuves

AFP

Darfour: l'ONU appelle le Soudan

Darfour: l'ONU appelle le Soudan

AFP

Soudan du Sud: l'armée loyaliste rejette les accusations de meurtres et de viols

Soudan du Sud: l'armée loyaliste rejette les accusations de meurtres et de viols

corruption

AFP

Angola: le dauphin de Dos Santos promet la guerre

Angola: le dauphin de Dos Santos promet la guerre

AFP

Ghana: demande d'enquête pour corruption visant un ministre

Ghana: demande d'enquête pour corruption visant un ministre

Injustice

Au Nigeria, la majorité des prisonniers sont des innocents

Au Nigeria, la majorité des prisonniers sont des innocents