mis à jour le

Corruption : SNC-Lavalin confirme la perquisition de ses locaux

La police algérienne a bel et bien perquisitionné dans les locaux algérois de la multinationale canadienne SNC-Lavalin. L'information, donnée par des médias algériens, a finalement été confirmée par des responsables de la compagnie canadienne, rapporte le site de Radio-Canada.

SNC-Lavalin a « collaboré avec les autorités algériennes lors de leur investigation » et promet de les aider à trouver « toute information qui pourrait être pertinente », afin de « résoudre le tout le plus rapidement possible », a écrit la porte-parole Leslie Quinton dans un courriel adressé à Radio-Canada, refusant toutefois de commenter davantage l'affaire.

Des médias avaient indiqué, au courant de la semaine dernière, que l'édifice a été bouclé pendant environ huit heures. Aucun employé n'a eu le droit de quitter les lieux pendant l'opération. Des serveurs informatiques et des ordinateurs auraient été saisis. Les autorités auraient aussi demandé à SNC-Lavalin de fermer son siège social à Alger pour se limiter à un simple bureau de liaison. La compagnie canadienne, qui exerce dans plusieurs domaines, a été soupçonnée d'avoir versé des pots de vins à des responsables algériens en contrepartie de marchés publics.

Essaïd Wakli

corruption

AFP

Tchad: un numéro vert pour lutter contre la corruption

Tchad: un numéro vert pour lutter contre la corruption

AFP

Afrique du Sud: Zuma nomme enfin une commission d'enquête sur la corruption

Afrique du Sud: Zuma nomme enfin une commission d'enquête sur la corruption

AFP

Zimbabwe: deux anciens ministres poursuivis pour corruption

Zimbabwe: deux anciens ministres poursuivis pour corruption

perquisition

AFP

"Uraniumgate": perquisition au siège d'Areva

"Uraniumgate": perquisition au siège d'Areva

AFP

Perquisition d'un groupe pétrolier soupçonné de corruption au Nigeria

Perquisition d'un groupe pétrolier soupçonné de corruption au Nigeria

AFP

Concession des ports de Conakry et de Lomé: perquisition

Concession des ports de Conakry et de Lomé: perquisition