mis à jour le

Soutenons la Femen tunisienne Amina

Par Salah Horchani

1. Résumé des faits

La Femen tunisienne Amina est emprisonnée depuis le dimanche 19 mai 2013. Son procès a débuté  jeudi 30 mai 2013 à Kairouan avec, officiellement, comme seule et unique charge le port illégal d'un spray d’auto-défense, ce petit vaporisateur que tout un chacun peut se procurer pour se protéger contre des rencontres inattendues, en vente libre dans plusieurs pays (Allemagne, France…) et que l'on peut aussi se procurer via internet. Cette charge contre Amina se fonde sur un Décret beylical datant de....1894 qui prévoit des peines de six mois à cinq ans de prison pour détention illégale d’engins incendiaires ou explosifs. Mais, en réalité, c’est, encore, la liberté d'opinion qui est jugé avec le procès d’Amina : « on veut (...) lui faire payer son appartenance à un mouvement féministe radical ». On veut, aussi, rassurer la base électorale islamiste extrémiste, en vue des prochaines élections. D'ailleurs, un de ces fous de Dieu n'a-t-il pas déclaré, en prime-time, sur le plateau de l'émission «Labess» de la chaîne Attounissia « que le geste de l'activiste féministe [Amina, en affichant des photos d'elle seins nus sur sa page Facebook] est passible (...) de lapidation » [1] ; lui, n'a pas été inquiété et il ne sera pas jugé pour cet appel implicite au meurtre. Cela va de soi, puisque la justice des deux poids deux mesures est, maintenant, bien établie avec ces islamistes qui nous gouvernent, eux qui ont montré, entre autres, plus d'une fois, une tolérance certaine envers ceux des leurs qui encouragent et utilisent la violence, souvent extrême, pour atteindre leurs objectifs.

Pour plus de détails sur les conditions d'arrestation d'Amina, se reporter à [2].

2. Un cri d'amour et de détresse du père d'Amina

Traduction de la lettre de soutien du père d'Amina à sa fille [3]

« Le père d'Amina, activiste Femen (...), sort du silence pour la première fois et déclare : « ma fille a commis un acte « suicidaire » lorsqu'elle a été à Kairouan, eu égard à la présence des Ansar Al Charia [Salafistes Jihadistes]; et pourtant, elle ne s'est pas montrée le corps nu comme il a été dit, mais elle a été [à Kairouan] comme n'importe quelle citoyenne ». Le père d'Amina a ajouté « ma fille Amina demeurera toujours la fille que j'aime, même si elle montrait tout son corps nu ; car elle est la victime d'une société qui a échoué; et moi-même, comme père et comme responsable de mes enfants, j'ai échoué avec elle, car aujourd'hui notre jeunesse s'enrôle dans le Jihad en Syrie, va mourir en mer. Et c'est aussi cette même jeunesse qui part faire ses études à l'étranger pour ne plus revenir. Cela cache les maux d'une société, une société qu'il faut soigner et non pas se venger d'elle et de ses jeunes, comme l'a déclaré Samir Dilou : « Amina doit être jugée sévèrement », alors qu'il est Ministre des Droits de l'Homme.... Quant à Sihem Badi, Ministre de la Femme, elle n'a pas bronché et n'a pris aucune position alors que ma fille n'a que 18 ans ».

Et le père d'Amina de poursuivre : « il n'est pas normal qu'on appelle à la traduire devant la justice alors qu'elle est le symbole d'une jeunesse livrée à elle-même depuis la révolution. Et face aux très fortes attaques que subit ma fille de la part des hommes, je me demande où sont les femmes de la Tunisie ? Ce pays est celui de la Kahena, de Aziza Othmana, Radhia Nasraoui, et de bien d'autres femmes; j'ai aussi essayé, en vain, de joindre plusieurs fois Saïda el Akremi » [avocate et épouse de Noureddine Bhiri, dirigeant historique islamiste et membre du Gouvernement]. Et le père d'Amina de conclure : »J'espère que ma fille aura un procès équitable » ».

3. Et pourtant, ni Amina, ni Ghazi, ni Jabeur n’ont usé de violence dans l’expression de leurs opinions ! [4]

Plus de deux années sont passées depuis la chute de la dictature mafieuse, qui n’aura généré que de flagrantes et insupportables injustices sociales, et aura privé la population des libertés fondamentales que sont les libertés d’expression, de création et de conscience.

Aujourd’hui, le gouvernement en place s’avère être dans l’incapacité de sortir le pays de la crise économique profonde dans laquelle il est plongé.

Les attaques contre les libertés s’accumulent, et l’on ne peut que déplorer le silence de nombreux acteurs qui se revendiquent pourtant défenseurs de celles-ci.

Jabeur MEJRI [5] purge ainsi depuis plusieurs mois une peine de prison de 7 ans et 1/2 pour avoir ouvertement exprimé son athéisme.

Ghazi BEJI [5] i s’est enfui du pays pour les mêmes raisons.

Amina TAYLER encourt une peine qui peut aller jusqu’à 5 années d’emprisonnement, on veut ainsi lui faire payer son appartenance à un mouvement féministe radical.

Pourtant, ni Jabeur, Ghazi ou Amina n’ont usé de violence dans l’expression de leurs opinions, qui sont le reflet de leur liberté de conscience.

Peu importe que l’on soit en accord ou pas avec leurs idées, il est du devoir de tous les démocrates de défendre avec acharnement leur droit inaliénable à penser et s’exprimer librement.

Rester silencieux face cette dérive plutôt que faire prévaloir les principes de liberté se révélera tôt ou tard catastrophique.

Par Salah Horchani publié le 30 mai 2013

4. Aux Démocrates Tunisiens ou Amis de la Tunisie qui souhaitent soutenir Amina

Vous pouvez, d'abord, signer la pétition « FREE AMINA ! LIBEREZ AMINA ! » hébergée chez AVAAZ.org  sous le lien :

http://www.avaaz.org/fr/petition/FREE_AMINA_LIBEREZ_AMINA/?cFdDsbb

Et c'est encore mieux, si vous rejoignez le « Comité de Soutien pour l'activiste Féministe Tunisienne « AMINA (Femen) » » : pour ce faire, il suffit d'envoyer un e-mail à

FREE AMINA [email protected] ,

avec le texte suivant :

« Je souhaite me joindre au Comité de Soutien d'AMINA »,

suivi de vos : Nom, Prénom, Titre ou Fonction et Ville de Résidence.

Merci pour votre soutien.

(1) ….(2)….(3)…(4)…(5)

 

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Femen

Burundi

Burundi: la révolte des seins nus

Burundi: la révolte des seins nus

Actualités

Amina Femen s'envole pour Paris

Amina Femen s'envole pour Paris

Leila Assam - Lemag

Amina Sboui quitte les Femen qu'elle accuse d'islamophobie

Amina Sboui quitte les Femen qu'elle accuse d'islamophobie

Amina

[email protected] (Author Name)

Tunisie-Société : Amina Sbouï essaie de refaire sa vie

Tunisie-Société : Amina Sbouï essaie de refaire sa vie

Actualités

Amina Sbouï quitte les FEMEN

Amina Sbouï quitte les FEMEN

AFP

Tunisie: Amina quitte Femen, accuse le groupe d'islamophobie

Tunisie: Amina quitte Femen, accuse le groupe d'islamophobie