mis à jour le

Mali: le MNLA et le Haut conseil de l’Azawad ont trouvé un accord

Apres 48 heures de discussions, le Mouvement national de liberation de l'Azawad (MNLA) et le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) ont signé un protocole d'accord. Ils parleront désormais d'une seule et même voix à la table des négociations. Ils veulent mettre en place une plateforme politique commune de revendications pour les négociations avec le gouvernement malien, mais exigent avant un signal fort de Bamako.

 

Le MNLA et le HCUA iront aux négociations avec une seule commission composée de 33 membres : 23 issus du MNLA et dix du HCUA. Une deuxième commission sera mise en place pour superviser le respect de l'accord cadre. Les deux parties ont également convenu d'unir leurs efforts pour la sécurisation et la lutte contre le narcoterrorisme dans le nord du Mali.

 

 

Dans la foulée, les deux mouvements ont remis au chef de la diplomatie burkinabè, un accord cadre relatif au règlement du conflit qui les oppose au gouvernent malien. Le MNLA et le HCUA demandent au gouvernement malien des signes d'engagement sincère, avant toute négociation. Parmi ces signes, on peut citer la libération des prisonniers politiques du MNLA détenus par Bamako, l'arrêt des pillages et exactions dont seraient responsables l'armée malienne et le retrait de toutes les forces de défense et de sécurité malienne du territoire de l'Azawad.

 

 

Les deux mouvements exigent que l'Etat du Mali reconnaissent que le territoire de l'Azawad est encore une zone de conflit, et surtout que le Mali reconnaisse le droit à l'autodétermination du peuple de l'Azawad.

 

 

Retrait de l’armée

Concernant les élections, le MNLA et le HCUA acceptent l'organisation de la présidentielle mais ils insistent sur le retrait de l'armée malienne du territoire de l'Azawad, tout en promettant de repositionner leurs troupes pour permettre le déploiement des soldats de la Minusma (Mission internationale de soutien au Mali).

 

 

Selon le porte-parole des deux mouvements, l'armée malienne n'a aucun rôle à jouer dans le système électoral et d'ajouter que, conformément à la dernière résolution des Nations unies, c'est la Minusma qui sera chargée de la sécurisation du processus électoral.

 

 

Le chef de la diplomatie burkinabè s'est réjoui de cet accord entre le MNLA et le HCUA. Selon Djibrill Bassolé, tous les autres points seront mis sur la table de discussion afin que les différentes parties trouvent des modalités du redéploiement de l'administration et de l'armée malienne à Kidal.

 

Par RFI

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

MNLA

AFP

Mali: un groupe pro-Bamako prend des positions rebelles du MNLA

Mali: un groupe pro-Bamako prend des positions rebelles du MNLA

Fiasco

Y a-t-il un plan B au Mali?

Y a-t-il un plan B au Mali?

remake?

Le Mali et le spectre de l'enfer de 2012

Le Mali et le spectre de l'enfer de 2012

accord

AFP

Accord

Accord

AFP

ONU: accord entre Paris et Washington sur une force anti-jihadistes au Sahel

ONU: accord entre Paris et Washington sur une force anti-jihadistes au Sahel

AFP

Centrafrique: accord entre le gouvernement et les groupes armés

Centrafrique: accord entre le gouvernement et les groupes armés