mis à jour le

Des criquets signalés dans la vallée du M’zab

L'arrivée des premiers essaims de criquets a été signalée dans la région de Metlili, à une trentaine de kilomètres de Ghardaïa, indiquent des agriculteurs de cette localité, qui affirment les avoir aperçus dans les environs de Timdakhsine. Ces essaims ont survécu à la lutte chimique qui touchait les zones infestées d'Adrar et d'El Bayadh, selon ces observateurs. «Malgré les grandes distances qui séparent ces wilayas, les criquets ont été aperçus très tôt, cette année, à la frontière de notre wilaya», expliquent les fellahs de Metlili. «Ce fléau peut venir à bout de vastes champs cultivés et nous n'avons pas les moyens pour lutter efficacement contre lui», s'inquiètent-ils. Trois communes ont déjà été envahies au mois de mai, d'où la mise en place du dispositif antiacridien que l'Institut national de protection des végétaux a déployé dans les wilayas sahariennes. Il s'agit d'un dispositif composé de 22 équipes de prospection, dont 14 terrestres, 5 aériennes et 3 de coordination, tandis qu'un dispositif d'intervention supplémentaire composé de 224 unités de traitement a été positionné au niveau des bases de l'INPV couvrant toutes les wilayas du Sud. En cas de forte activité acridienne, ce potentiel d'intervention est progressivement déployé à travers les wilayas susceptibles d'être infestées par les criquets. L'INPV confirme que des groupes et bandes larvaires de stades L3, L4 et L5 ont été signalés dans les wilayas d'Adrar et Béchar, où la phase printanière du traitement chimique se poursuit, englobant également les wilayas d'El Bayadh et de Tamanrasset pour une superficie traitée de 17 200 ha. La lutte contre les bandes larvaires revêt une importance particulière durant les mois de mai et juin, car les sites ayant connu des infestations larvaires, notamment Béchar, Adrar et El Bayadh, seront ciblés par des actions ponctuelles. La prospection acridienne constitue la pièce maîtresse de la lutte contre le criquet pèlerin en zones désertiques, elle a pour objectif l'évaluation avec un maximum de précisions, les conditions écologiques et l'activité acridienne dans un territoire donné. Les opérations de prospection sont assurées par des agents spécialisés de l'INPV qui ont bénéficié d'une formation spécifique à cette fonction. Ils sont déployés sur le terrain d'une manière saisonnière, suivant des programmes préétablis. Des itinéraires de prospection sont tracés au préalable en fonction des conditions écologiques, notamment la répartition des pluies et les zones de végétation. C'est dans ce sens que deux équipes de prospecteurs de l'INPV ½uvrent actuellement à identifier et traiter toute activité acridienne à El Ménéa, au sud de la wilaya de Ghardaïa, tandis que la seconde s'est déployée au nord-ouest sur l'axe Hassi R'mel, a expliqué à l'APS Ahmed Sekouti, directeur de la station INPV de Ghardaïa, qui confirme «la présence d'individus ailés matures de très faible densité et éparpillés qui ont été traités par les équipes de prospecteurs dans la zone de N'tissa près de Ghardaïa, dans la zone nord de la wilaya vers Hassi R'mel et dans la localité d'El Ménéa». Au-delà des frontières, la situation acridienne dans les pays du Sahel préoccupe très sérieusement cette institution, qui publie régulièrement un point de situation dans les pays limitrophes de l'Algérie. Ainsi, la Mauritanie observe une période calme avec un cumul de traitements qui stagne à 31 074 ha. «La présence insignifiante d'ailés immatures a cependant été enregistrée au niveau du nord-ouest de la Mauritanie, près de la frontière avec le Sahara occidental.» Même topo au Maroc où 8500 ha ont été traités, dont 130 à Bouarfa et Figuig, près de la frontière algérienne, où des groupes ont été constatés. C'est toutefois au nord du Soudan que la situation reste la plus alarmante, selon l'INPV, qui souligne que «quelques groupes d'ailés sont encore en ponte au moment où les éclosions se poursuivent et les larves se forment près des cultures, sur une bande de 1000 km le long du Nil». Le nord du Soudan a lancé des opérations de prospection et de lutte contre des bandes larvaires de 2e stade afin d'empêcher la formation de nouveaux essaims au mois de mai. Le cumul des superficies traitées dans les pays concernés a atteint 264 800 ha.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

criquets

AFP

Madagascar: une pluie de pesticides pour lutter contre l'invasion de criquets

Madagascar: une pluie de pesticides pour lutter contre l'invasion de criquets

Neila Latrous

Ouargla se prépare à une invasion de criquets

Ouargla se prépare à une invasion de criquets

Neila Latrous

L’Algérie menacée à court terme par une invasion de criquets

L’Algérie menacée à court terme par une invasion de criquets