mis à jour le

Les Etats-Unis ridiculisés par les hackers chinois

Par Ridha Ben Kacem

Le chef du Pentagone, Chuck Hagel, ne décolère pas. C'est qu'il en veut aux chinois. Oh oui, il leur en veut beaucoup. C'est simple, il ne dort plus, la nuit. Depuis quelques années, en effet, les hackers chinois, depuis leur douillet siège, un bel immeuble, de la banlieue de Shanghai, ne ratent aucune occasion de faire, gratuitement, leurs emplettes, en matière de secrets d'armes sophistiquées américaines, directement, dans les bases de données du pentagone. Chuck Hagel n'apprécie pas. Mais alors, pas du tout. Habitué à ridiculiser et à manipuler les « bougnouls » arabes, Chuck Hageln ne comprend pas qu'il puisse être ridiculisé, et derrière lui, la Grande et puissante Amérique, par des hackers chinois.

Promis, Chuck Hagel en touchera un mot à Obama qui reçoit, la semaine prochaine, le président chinois Xi Jinping qui se rendra, les 7 et 8 juin, aux Etats-Unis. Obama le rencontrera, en Californie. Mais Obama est, de plus en plus, inefficace, et effacé. Celui qui n'a pas pu fermer la prison américaine, de Guantanamo, réussira-t-il à fermer un certain immeuble, à Shanghai ? Le doute est permis.

En attendant, le chef du Pentagone, Chuck Hagel, toujours en colère et qui ne décolère pas, a accusé le gouvernement et les militaires chinois, de cyber-espionnage contre les Etats Unis. Tiens donc ? Chuck Hagel a proféré ces accusations, lors d’une conférence sur la sécurité, qui s'est tenue, cette semaine, à Singapour et où on notait la présence de délégués chinois. Ceux-ci sont restés de marbre, devant le coléreux et pathétique, Chuck Hagel, à qui les médecins prédisent une fin tragique, s'il continue à broyer du noir, car les chinois, sont jaunes, sous tous les rapports.

Selon des informations du Washington Post, confirmées par des responsables du Pentagone, des hackers chinois ont réussi à pénétrer des systèmes informatiques, dans lesquels étaient stockés les plans de plusieurs armes américaines, dont des avions et des missiles. Brrr, j'ai, partout, des frissons, rien que d'y penser. Secret défense est-il devenu, secret défonce, d'un coup ?

Selon le Washington Post, les hackers chinois ont, entre autres, eu accès aux plans du système de missiles Patriot, du système de radar, ultramoderne, Aegis, du chasseur F-18 ou de l’hélicoptère Black Hawk. Le programme de développement du chasseur F-35, le plus coûteux de l’histoire du Pentagone, a, également, été consulté et bien évidemment, rapatrié, en Chine, comme il se doit. Ce chasseur furtif, de cinquième génération, qui décolle et atterrit, conne un hélicoptère, n'est pas encore, en dotation, dans les forces aériennes des Etas Unis. Parions qu'il équipera l'armée de l'air chinoise, avant celle des USA.

Le Pentagone, qui « prend la menace de l’espionnage et la sécurité informatiques, très au sérieux », précise que ces intrusions n’ont, toutefois, entraîné aucune « érosion des capacités »militaires américaines. « Nous maintenons une confiance totale, dans nos systèmes d’armes », a réagi son porte-parole, George Little en attendant que Chuck Hagel, en personne, nous livre son point de vue. Mon ½il, oui. Comprenez qu'il faut bien sauver la face, en attendant de trouver mieux. De toute façon, y a-t-il mayen de faire autrement ?

Un rapport interne du « Defense Science Board »,un organisme de conseil, regroupant des experts de la société civile et de l’administration américaine, a, cependant, confirmé que les systèmes qui ont été piratés, par les hackers chinois, contenaient, notamment, les plans de dizaines de systèmes d’armement militaires cruciaux. Pardon ? Des dizaines ? Le document n’accuse, pourtant pas, ouvertement la Chine. Peur de l'Ogre chinois ? Le rapport se contente de rappeler les récentes mises en garde, adressées par Washington, à Pékin, dans le cadre de ce dossier délicat. Mais, plusieurs hauts responsables militaires américains, interrogés par le Washington Post, ont confirmé que cette attaque était une conséquence d’une vaste campagne d’espionnage chinois, lancée contre des industries de la défense et des agences du gouvernement américain. Oui, la Chine fait peur, aux américains. Et pour une fois, les américains ne savent pas quoi faire, ce n'est pas malin, ça ?

Cela fait un bout de temps, que Washington a pris conscience de ce danger, d'un type nouveau. Washington veut éviter un « cyber-Pearl Harbor »,mais, ne trouve pas la réponse adéquate, du moins, pour le moment. Le président Barack Obama, lui-même, avait affirmé que les Etats-Unis avaient été « très clairs avec les Chinois, en leur expliquant que les USA attendait d’eux, qu’ils respectent les conventions et les lois internationales ».Comme si les américains les respectaient ! Mais, il est vrai que le ridicule tue, rarement, de nos jours. D'ailleurs, il n'a jamais tué un chinois. Mais il commencera, bientôt, à faire des ravages, parmi les américains, à commencer par Chuck Hagel, le très coléreux.

Le 20 février 2013, l’administration américaine avait, déjà, promis une réaction « vigoureuse », aux vols de secrets industriels et militaires, par des entreprises ou des pays étrangers, dans un document cadre, qui mentionnait de nombreux exemples de telles activités au profit d’entités chinoises. La réaction «vigoureuse »tarde, cependant, à venir. La Puissante Amérique est en perte de vitesse, je vous dis. Elle n'a plus la « vigueur » ni la « rigidité » de ses « 20 ans ».

En mars dernier, des hauts responsables, des services de renseignement américains, avaient multiplié, devant le Sénat US, les avertissements sur la vulnérabilité, du pays, au cyber espionnage, au cyber crime et à la destruction des réseaux informatiques, qu’ils soient le fait d’attaques menées par des Etats, comme la Chine ou la Russie, ou par des cyber terroristes ou des groupes de hackers criminels.

Les américains découvrent, avec consternation, après les français, qu'ils sont les« bougnouls » des chinois. Tout comme les français étaient, il y a quelque temps, les « bougnouls » des Allemands. Le monde bascule sur ses axes d'acier. Aujourd'hui, nous, Arabes, sommes les« bougnouls »,des français. Mais, demain, qui seront les « bougnouls »,des Arabes ? En fait, je propose de recycler le terme « bougnouls »,à notre profit, comme l'ont fait les français, il y a quelques décennies. Ah, vous ne saviez pas ? Et bien tenez-vous bien, car lorsque les français disent « bougnouls »,dans leur tête, ils font, tout de suite, référence, aux arabes, n’est-ce pas? Oui, bon, maintenant, je suis sûr que vous changerez votre façon de penser, en apprenant, qu'à l’origine, le mot « bougnouls » était utilisé, par les allemands, pendant la seconde guerre mondiale, pour désigner les français !

Par Ridha Ben Kacem le 1è mai 2013

Etats-Unis

AFP

Le président soudanais, en Russie, demande une protection contre les Etats-Unis

Le président soudanais, en Russie, demande une protection contre les Etats-Unis

AFP

Lutte contre Boko Haram: les Etats-Unis demandent au Nigeria plus de "transparence"

Lutte contre Boko Haram: les Etats-Unis demandent au Nigeria plus de "transparence"

AFP

Les Etats-Unis appellent Khartoum

Les Etats-Unis appellent Khartoum

hackers

AFP

Sénégal: un site gouvernemental piraté par des hackers pro-Charlie Hebdo

Sénégal: un site gouvernemental piraté par des hackers pro-Charlie Hebdo

Web

L'Afrique, le terrain de jeu des hackers

L'Afrique, le terrain de jeu des hackers

Reuters

Un groupe de hackers professionnels découvert par Symantec

Un groupe de hackers professionnels découvert par Symantec

Chinois

AFP

Le géant chinois de la voiture électrique BYD va s'installer au Maroc

Le géant chinois de la voiture électrique BYD va s'installer au Maroc

AFP

Le géant chinois de la voiture électrique BYD va s'installer au Maroc

Le géant chinois de la voiture électrique BYD va s'installer au Maroc

AFP

Corruption au Tchad et en Ouganda: un groupe chinois dément être impliqué

Corruption au Tchad et en Ouganda: un groupe chinois dément être impliqué