mis à jour le

Encore la guerre au Nord-Kivu

La vie reprend son cours normal ce vendredi 24 mai à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, est de la République démocratique du Congo. Cela après une semaine de tension où des tirs à l'arme lourde et légère ont été entendu dans cette ville.

Des combats ont repris entre les rebelles du M23 et les Fardc (Forces armées de la RD Congo). Hier alors que je parlais avec Séverine, jeune femme dans la trentaine, des détonations étaient encore audible au téléphone. « Je ne sais pas vous dire exactement d'où proviennent les détonations. Mais, la ville est dans la peur d'une éventuelle attaque des rebelles qui menacent de revenir. Une façon pour eux de faire pression sur les autorités Congolaises afin de reprendre les négociations de Kampala », croit-elle savoir.

En début de cette semaine, un obus tombé a fait quatre morts et une quinzaine de blessés, confie une autre source sur place. Un bilan qui risque de s’alourdir parce que les victimes ne sont pas facilement identifiables pendant les combats.

François qui vit cloître chez lui affirme avoir un sac apprêté avec les nécessaires. "Je suis prêt à déguerpir si la situation devient pire. On ne sait pas exactement ce qui pourrait arriver avec la reprise des combats".

Martine, mère de famille dans la cinquantaine a dû quitter sa maison pour se mettre à l'abri non loin de la frontière avec le Rwanda voisin. «La situation est très tendue. S'il le faut, je vais directement traverser pour aller prendre un avion à Kigali et rejoindre Kinshasa » glisse-t-elle.

Des combats qui reprennent au mois de mai, alors que le 17 mai, c'était la commémoration de la fête de la libération. Certainement que les rebelles veulent encore une fois libérer Goma de ses occupants. Apparemment, l'armée loyaliste fait face. Et pour combien de temps?

Depuis un peu plus d'une année qu'ils sont en rébellion, le M23 n'a visiblement pas d'ambition de prendre le pouvoir à Kinshasa. Et pourtant, c'est là que se trouve les sièges de différentes institutions de cette République démocratique, qu'eux estiment manquer de démocratie. Et pourquoi ne pas se rendre à Kinshasa carrément et renverser le pouvoir au lieu de cantonner ses combats sur une seule portion de ce pays, non loin des frontières des pays voisins ? Est-ce par manque d'ambition ou c'est une stratégie juste pour enquiquiner le pouvoir en place ? Ce ne serait simplement une façon pour les rebelles de se faire valoir pour mieux négocier des parcelles de pouvoir ? C’est possible.

Et toutes ces populations victimes des affrontements qu'ont-elles demander pour se retrouver entre les feux nourris de ceux qui s'affrontent pour les raisons qu'eux même connaissent mieux. Franchement, pourquoi ceux qui se retrouvent parfois autour des tables de négociations n'en viendraient pas seulement aux mains pour que celui qui gagne aux poings prenne une fois le dessus et épargne ainsi les vies humaines, tant civiles que militaires ?

Ras-le-bol des combats qui n'en finissent pas et de l'armée loyaliste qui n'arrive toujours pas à venir à bout de la rébellion qui a acquis des galons de respectabilité et de longévité.

Après cette accalmie, s’il y a encore besoin de faire pression ou des insatisfaits, certainement que le langage des armes va reprendre le dessus.

 

Jacques Matand'

Slate Afrique les blogs

Ses derniers articles: Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Egypte: hommage paradoxal aux manifestants anti-régime militaire 

guerre

AFP

Libye: HRW évoque des crimes de guerre

Libye: HRW évoque des crimes de guerre

AFP

CPI: premières réparations pour les victimes de crimes de guerre attendues

CPI: premières réparations pour les victimes de crimes de guerre attendues

AFP

Nigeria: guerre sans répit pour la terre entre agriculteurs et nomades

Nigeria: guerre sans répit pour la terre entre agriculteurs et nomades

Nord-Kivu

AFP

Noël sanglant en RDC: au moins 35 civils tués dans plusieurs attaques au Nord-Kivu

Noël sanglant en RDC: au moins 35 civils tués dans plusieurs attaques au Nord-Kivu

AFP

Noël sanglant en RDC: 22 civils massacrés au Nord-Kivu

Noël sanglant en RDC: 22 civils massacrés au Nord-Kivu

AFP

Le cacao congolais du Nord-Kivu attend la paix pour s'épanouir

Le cacao congolais du Nord-Kivu attend la paix pour s'épanouir