mis à jour le

love knows no gender., by Homo Eяectus via Flickr CC
love knows no gender., by Homo Eяectus via Flickr CC

En Afrique, le sida progresse toujours chez les homosexuels

Le sida gagne du terrain dans les communautés homosexuelles du monde arabe.

L’épidémiologie est une discipline qui peut ne pas toujours être politiquement correcte; à commencer lorsqu’elle s’intéresse aux conséquences infectieuses collectives de certains comportements sexuels individuels. Le sida l’a amplement démontré depuis son émergence, il y a trente ans, au sein de la communauté homosexuelle masculine des grandes villes américaines.

Il est généralement tenu pour acquis que cette épidémie continue, à l’échelle planétaire, à être majoritairement le fait de contaminations dues à des relations hétérosexuelles. Pour autant, la transmission homosexuelle —entre 5 et 10% des cas estiment les spécialistes— continue à jouer un rôle non négligeable, voire même à augmenter comme dans différents pays d’Asie et d’Amérique latine.

Les agences spécialisées des Nations unies estiment aujourd’hui à un peu plus de 33 millions le nombre des personnes infectées par le VIH (PDF) à travers le monde. Parmi elles, 22,5 millions vivent dans des pays d’Afrique subsaharienne.

C’est dans ce contexte que survient la publication, inquiétante à différents égards, d’un groupe de chercheurs dirigé par Ghina Mumtaz et Laith J. Abu-Raddad (du Groupe d’épidémiologie des maladies infectieuses, Cornell University de Doha, Qatar). Les auteurs expliquent, en substance, disposer de données chiffrées établissant que l’épidémie d’infections par le VIH émerge et progresse chez les hommes homosexuels et bisexuels vivant dans plusieurs pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (Mena).

Des pays où, pour différentes raisons religieuses et culturelles, l’homophobie est souvent omniprésente, et où les homosexuels sont victimes de discriminations et leurs pratiques criminalisées. Autant d’éléments qui conduisent les personnes concernées à cacher leur sexualité et qui interdisent ou freinent de ce fait considérablement les actions de lutte préventive ou curative contre l’épidémie.

Un constat alarmant

Les chercheurs qataris ont procédé à l’analyse rétrospective et systématique de l’ensemble des données biologiques et comportementales concernant à la fois le VIH et les «hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes» (HSH), et ce dans les différents pays de cette zone géographique.

Il faut ici préciser que les «HSH» renvoient à une définition qui ne se réduit pas à la stricte homosexualité et aux rapports anaux. Il s’agit d’hommes pouvant également, selon les pays et les milieux, être bisexuels, transgenres, voire ayant des pratiques plus ou moins majoritairement hétérosexuelles.

Les nombreuses données qui sont ici pour la première fois analysées en commun provenaient de publications médicales ou scientifiques (disponibles sur Medline), mais aussi de rapports d’organisations internationales, d’institutions gouvernementales ou encore d’ONG.

Au terme de cette analyse, les chercheurs peuvent faire un double constat. Si la fréquence des infections par le VIH reste encore faible dans certaines communautés homosexuelles du Mena, d’autres sont au contraire de plus en plus touchées par l’épidémie virale: un taux de près de 28% pouvant être observé dans un groupe du Pakistan. En Egypte, au Soudan, au Pakistan ainsi qu’en Tunisie, plus de 5% des membres de certains groupes sont contaminés.

Pour les auteurs de l’étude, tous les éléments sont aujourd’hui réunis pour que l’épidémie poursuive sa progression au-delà de la communauté homosexuelle masculine: taux élevé de comportements à risque (entre 4 et 14 partenaires en moyenne au cours des six derniers mois); présence d’autres infections comme par le virus Herpes simplex de type 2 (entre 3 et 54%); faible recours à l’usage du préservatif (généralement inférieur à 25%); fréquence de la prostitution masculine (entre 20 et 76%); le tout associé à des comportements hétérosexuels à risque et, dans certains pays, à l’usage de drogues par voie intraveineuse.

Le risque de diffusion des transmissions en dehors des seules communautés homosexuelles est d’autant plus grand que différentes données épidémiologiques témoignent que des proportions importantes d’HSH ont aussi des relations sexuelles avec des femmes, mariées ou non, ayant ou non recours à la prostitution. L’étude fournit sur ce point de nombreuses données statistiques concernant notamment l’Egypte, le Liban, la Tunisie, le Soudan, l’Iran, la Jordanie ou le Pakistan.  

Le caractère potentiellement explosif d’un tel constat ne laisse plus aucun doute aux chercheurs de la Cornell University de Doha, qui ont ici travaillé avec des chercheurs américains un travail financé par la Banque mondiale, l’Onusida et l’Organisation mondiale de la santé.

L’urgence est, selon eux, de développer dans l’ensemble des pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient la surveillance épidémiologique vis-à-vis de l’infection par le VIH, mais aussi de faciliter au plus l’accès des personnes les plus exposées au dépistage à la prévention et aux traitements qui ont désormais amplement fait la preuve de leur efficacité curative ­—et qui commencent à être utilisés à des fins préventives.

Une telle approche pourra-t-elle être développée sans rencontrer de résistance politique, culturelle ou religieuse?  Et à quel rythme?

Jean-Yves Nau

 

A lire aussi

Sida: quel est l’impact réel du nombre de partenaires sexuels?

Lutte-t-on vraiment contre le sida en Afrique?

Lutte contre le sida: un espoir en Afrique

Sida: le Fonds mondial plombé par des détournements de fonds en Afrique

Jean-Yves Nau

Journaliste et docteur en médecine, Jean-Yves Nau a été en charge des questions de médecine, de biologie et de bioéthique au Monde pendant 30 ans. Il est notamment le co-auteur de «Bioéthique, Avis de tempête».

Ses derniers articles: Ebola: les compagnies aériennes n'écoutent plus l'OMS  Ebola: Après le ZMapp des Etats-Unis, voici le VSV-EBOV canadien  Ebola: on va tester le ZMapp au Liberia 

Afrique du Nord

Immigration

L'Italie, nouvelle terre d'immigration africaine

L'Italie, nouvelle terre d'immigration africaine

HISTOIRE

Ce que Mohammed VI doit au maréchal Lyautey

Ce que Mohammed VI doit au maréchal Lyautey

par Kofi Annan

Comment renforcer la démocratie

Comment renforcer la démocratie

homophobie

LGBTQ

Plainte contre Maroc Hebdo pour sa une «Faut-il brûler les homos?»

Plainte contre Maroc Hebdo pour sa une «Faut-il brûler les homos?»

LGBT

L'Ouganda ne sera jamais la Mecque africaine des homosexuels

L'Ouganda ne sera jamais la Mecque africaine des homosexuels

Homophobie

Le Congo-Kinshasa sur les pas de l'Ouganda

Le Congo-Kinshasa sur les pas de l'Ouganda

homosexuel

AFP

La Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

La Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

AFP

Une nuit dans un discret bar homosexuel de Kampala

Une nuit dans un discret bar homosexuel de Kampala

Société

L'Europe, un refuge pour les homosexuels africains

L'Europe, un refuge pour les homosexuels africains