mis à jour le

Mariées musulmanes et mains tatouées au henné / REUTERS
Mariées musulmanes et mains tatouées au henné / REUTERS

Oubliez ce que vous croyez savoir sur le sexe dans l'islam

Un entretien qui bouscule les idées reçues sur les tabous sexuels de l'islam.

Le poids des tabous dans l’islam n’est pas si lourd qu'on le pense. Dans un entretien avec l’islamologue Saïd Djab Elkheir, le site d’actualités Algérie Focus revient sur les idées fausses à propos de la sexualité dans l’islam.

Chercheur spécialisé dans le soufisme, un courant ésotérique qui prend ses racines dans le sunnisme, Saïd Djab Elkheir tient tout d’abord à démonter un cliché: il est tout à fait possible de parler librement de sexe dans l’islam. Selon lui, les «premières générations de musulmans» pouvaient même exprimer publiquement leur insatisfaction sexuelle.

Si ce n’est plus le cas aujourd’hui, c’est à cause des traditions bédouines, avance-t-il. Ces mêmes traditions empêchent également l’éducation sexuelle aux adolescents alors que cette interdiction n’est inscrite nulle part dans le Coran, développe le chercheur.

Saïd Djab Elkheir remet également en cause les idées reçues sur la masturbation. Selon lui, «le Coran n’enseigne rien à ce sujet». Les hadîths qui la condamnent n’ont jamais été authentifiés par les muhaddits et à l’inverse, le penseur Ibn Hazm pourtant réputé pour son attitude stricte à propos de la religion, la juge même «vitale»! De même, l’importance de la virginité n’est pas mentionnée explicitement dans le Coran, nous apprend l’islamologue.

L’interview revient également sur les questions de l’homosexualité et des relations extraconjugales, généralement passibles de mort pour la plupart des musulmans. Pour le chercheur, des sentences aussi graves n’ont pas lieu d’être: le Coran interdit bel et bien ces deux pratiques mais sans préciser l’ampleur de la sanction, argumente-t-il.

Saïd Djab Elkheir expose enfin les différences  d’approche des questions de sexualité par les sunnites et les chiites. «Dans la société chiite la frustration sexuelle est bien moins prononcée que dans les communautés sunnites», déclare-t-il. Il explique que les chiites sont plus libres sur le plan sexuel notamment car ils pratiquent toujours le concept de «mariage de plaisir» (zawaj al-moutaa), une union temporaire qui permet aux couples d’entretenir des rapports sexuels légalement et religieusement acceptés.

Lu sur Algérie Focus

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

sexualité

AFP

Quelque chose "ne va pas" chez les gays: précis de sexualité selon Museveni

Quelque chose "ne va pas" chez les gays: précis de sexualité selon Museveni

Leila Assam - Lemag

Dr Abdul Al Lily, le sex-blogger saoudien qui ose parler de la sexualité

Dr Abdul Al Lily, le sex-blogger saoudien qui ose parler de la sexualité

Leila Assam - Lemag

Dr Abdul Al Lily, le sex-blogger saoudien qui ose parler de la sexualité

Dr Abdul Al Lily, le sex-blogger saoudien qui ose parler de la sexualité

islam

Religion

Pourquoi les mots de Mohammed VI contre le djihadisme sont si précieux

Pourquoi les mots de Mohammed VI contre le djihadisme sont si précieux

Plage

En Algérie, le burkini est «une négociation entre la femme et la société»

En Algérie, le burkini est «une négociation entre la femme et la société»

terrorisme

«Un seul terroriste a tué 38 personnes à Sousse, un seul en a tué 84 à Nice»

«Un seul terroriste a tué 38 personnes à Sousse, un seul en a tué 84 à Nice»

tabous

La rédaction

«Libido», le documentaire qui brise les tabous en Egypte

«Libido», le documentaire qui brise les tabous en Egypte

Tabous

Pour les Egyptiens, l'homosexualité n'existe pas

Pour les Egyptiens, l'homosexualité n'existe pas

Amal Galla - Lemag

Une réalisatrice saoudienne brave les tabous de la société et s'illustre au festival du cinéma de Salé

Une réalisatrice saoudienne brave les tabous de la société et s'illustre au festival du cinéma de Salé