SlateAfrique

mis à jour le

Le gouvernement Kadhafi fait la morale à l'Angleterre

Selon le principe du «quand je me regarde je me désole, quand je me compare je console», le régime autoritaire de Mouammar Kadhafi a décidé de s’adonner au jeu des comparaisons avantageuses, rapportait CNN le 10 août.

Son choix s’est alors porté sur… David Cameron, le Premier ministre britannique, affaibli par des émeutes qui ont commencé le weekend du 6 août à Londres, puis entraîné quatre nuits consécutives de violences urbaines dans plusieurs villes d'Angleterre.

Le gouvernement de Tripoli appelle tout simplement à la démission du Premier ministre:

«Cameron et son gouvernement doivent partir après le soulèvement populaire à son encontre et la répression violente des manifestations pacifiques par la police», a affirmé le vice-ministre libyen des Affaires étrangères Khaled Kaaim à l’agence de presse étatique Jana.

L'homme politique ose même faire la morale au gouvernement britannique, dans une phrase on ne peut plus ironique pour qui connaît la situation en Libye depuis mi-février:

«Cameron et son gouvernement ont perdu toute légitimité. Ces manifestations montrent que le peuple britannique rejette ce gouvernement qui tente de s'imposer par la force», a-t-il poursuivi.

Le vice-ministre a même réclamé avec beaucoup d'aplomb à ce que «le conseil des Nations unies et la communauté internationale ne restent pas les bras croisés face à la violation flagrante des droits du peuple britannique».

Néanmoins, Khaled Kaaim n'est pas le seul représentant d'un régime autoritaire à faire la leçon à l'Angleterre. Les présidents iranien et zimbabwéen Mahmoud Ahmadinejad et Robert Mubage ont notamment rejoint ce concert de blâmes:

«Nous espérons que la Grande-Bretagne réussira à éteindre son incendie, régler ses problèmes internes et nous laissera tranquilles», a déclaré ce dernier.

Une diplomatie offensive qui tombe à un moment «opportun», puisqu’un nouveau rapport condamne le non-respect des droits de l’homme dans la gestion des mines de diamants du Zimbabwe, avec notamment la présence de camps de torture.

Lu sur CNN, International Business Times