mis à jour le

L’après-Bouteflika fait-il craindre un retour à la violence en Algérie ?

L'après-Bouteflika continue de susciter les controverses et d'alimenter les polémiques. Mais cette fois-ci, des experts et politologues s'attendent à une transition délicate. Pis encore, Luis Martinez, Directeur de recherches au CERI-Sciences Po, et grand connaisseur de la scène politique maghrébine, croit savoir que l'après-Bouteflika fait craindre un retour à la violence. 

"L'après-Bouteflika fait craindre un retour à la violence en raison de la réapparition sur le devant de la scène de tous les hauts dignitaires qui avaient été contraints de démissionner sous sa présidence. Son agonie replonge l'Algérie dans l'incertitude et oriente de nouveau tous les regards vers l'armée, et surtout vers le DRS, dirigé depuis 1990 par le général de corps d'armée Mohamed Lamine Médiène", relève cet analyse dans une contribution publiée sur internet du Monde, le prestigieux quotidien français. D'après Luis Martinez, "derrière le rideau d'un régime stable se cache un constat inquiétant : hyperdépendance pétrolière, faiblesse des institutions, népotisme, système éducatif en piètre état, chômage massif des jeunes, corruption, terrorisme". Luis Martinez n'hésite pas à citer le sociologue Zoubir Arous pour étayer ses propos : "La société algérienne est sur un volcan. Tous les ingrédients de la déflagration sont réunis."

Mais malgré un tel contexte social et politique explosif, le régime algérien peut toujours "s'offrir le luxe de retarder les changements politiques que la région connaît et trouver de nouveau un équilibre dans cette instabilité" grâce à sa manne pétrolière qui garantit  au moins "200 milliards de dollars (155 milliards d'euros) de réserves de change accumulées et un baril de pétrole à plus de 100 dollars", souligne encore Luis Martinez qui ne ferme pas toutes les portes à l'option d'une transition politique pacifique vers la démocratie. En effet, le spécialiste du Maghreb croit savoir que les décideurs de l'armée algérienne "peuvent aussi surprendre et, par exemple, considérer que, dans un environnement social et politique aussi explosif, il est temps de laisser les électeurs choisir librement leurs élus, même s'ils sont islamistes". L'Algérie renouerait alors "avec sa transition politique interrompue il y a deux décennies. Mais reste à savoir si les dirigeants militaires sont enfin prêts à accepter les incertitudes qui accompagnent tout processus de démocratisation ?", conclut enfin le directeur de recherche au CERI.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

retour

AFP

Pour les réfugiés maliens de Mauritanie, le retour est un mirage

Pour les réfugiés maliens de Mauritanie, le retour est un mirage

AFP

Mugabe de retour en Afrique du Sud après un scandale impliquant son épouse

Mugabe de retour en Afrique du Sud après un scandale impliquant son épouse

AFP

Zimbabwe: le grand retour du spectre de l'hyperinflation

Zimbabwe: le grand retour du spectre de l'hyperinflation

violence

AFP

Centrafrique: guerre au sommet d'un pays miné par la violence

Centrafrique: guerre au sommet d'un pays miné par la violence

AFP

Kenya: dans la vallée du Rift, la politique nourrit la violence

Kenya: dans la vallée du Rift, la politique nourrit la violence

AFP

Le Burundi s'enfonce dans la violence et la dictature, avertit la FIDH

Le Burundi s'enfonce dans la violence et la dictature, avertit la FIDH

Algérie

AFP

En Algérie et dans le reste du Maghreb, des tabous freinent le don d'organes

En Algérie et dans le reste du Maghreb, des tabous freinent le don d'organes

AFP

Crash d'Air Algérie en 2014: la compagnie Swiftair mise en examen en France

Crash d'Air Algérie en 2014: la compagnie Swiftair mise en examen en France

AFP

Un écrivain humilié

Un écrivain humilié