mis à jour le

L'audition de Farba Senghor en exergue dans les quotidiens

(APS) - Les quotidiens parvenus vendredi à l'APS traitent pour l'essentiel de l'audition de l'ancien ministre libéral Farba Senghor, entendu la veille dans le cadre de la traque des biens présumés mal acquis.

"Farba Senghor fait le muet devant les gendarmes et réclame la Haute cour de justice'', rapporte le quotidien L'Observateur, résumant à sa Une l'audition de l'ancien ministre libéral, actuellement en charge de la mobilisation et de la propagande au Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition).

"Comme il l'avait annoncé, Farba Senghor s'est mué en carpe devant les enquêteurs de la Section de recherches (de la gendarmerie de Colobane). Il a refusé de répondre à toute question émanant de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) et de son procureur Alioune Ndao'', écrit le quotidien du groupe Futurs médias.

"Il avait promis de ne pas répondre aux questions des enquêteurs avant d'aller répondre à la convocation (qui lui avait été adressée dans le cadre de la traque des biens présumés mal acquis). Il l'a fait'', renchérit le quotidien Walfadjri.

Selon ce journal, à l'occasion de son face-à-face avec les enquêteurs, Farba Senghor "s'est emmuré dans un silence étonnant, se réfugiant derrière son +privilège de juridiction+. Tout juste a-t-il consenti, selon ses dires, à décliner son identité et sa situation matrimoniale''.

"Les gendarmes étaient gênés, tout comme moi'', déclare le chargé de la propagande du PDS dans des propos rapportés par Direct Info. "Farba Senghor tient tête aux enquêteurs'', note le même journal à sa Une. ''C'est comme si Farba Senghor, le propagandiste du PDS, s'est joué des pandores de la Brigade de recherches hier (jeudi)'', ajoute-t-il.

"Le +Baay Faal+ de Me Abdoulaye Wade qui dit avoir résisté pendant 10 tours d'horloge et répondu à 50 questions s'est barricadé au finish préférant faire du +silence et bouche cousue+ sur certaines interpellations. Preuve que Farba a du caractère. Détient-il des révélations contre le pouvoir ? En tout cas, le courage de +Farbarito+ a l'air d'une défiance'', commente Direct Info.

Pour sa part, rapporte le quotidien L'As, le ministre de la Justice assure que les enquêtes ouvertes jusque-là seront toutes bouclées "dans les semaines à venir''. "Le garde des Sceaux a fait cette révélation, aux députés de la majorité qui l'avait conviée pour un exposé sur le thème : +Bilan et perspectives de la traque des biens mal acquis +''.

"Alerte dans la galaxie Karim'', inculpé pour enrichissement illicite présumé, signale dans le même temps Sud Quotidien. "Pendant que les enquêteurs de la Section de recherches de la gendarmerie sont à pied d'½uvre pour dénouer toutes les connexions liées à la galaxie Karim Wade, un de ses supposés homme de main serait aperçu récemment à Dakar'', écrit ce quotidien.

Il précise que le site d'information SenePlus.com ''signale la présence sur le sol sénégalais du chef d'escale de Menzie Afrique du Sud dont la maison-mère serait une des tentacules de Karim Wade à travers AHS (Aviation Handling Services)''.

De même, si l'on en croit La Tribune, une inculpation pour blanchiment de capitaux attend l'ancien président Abdoulaye Wade, annoncé à Dakar le 16 juin prochain, en provenance de Paris, la capitale française, où il était en retraite depuis sa défaite en mars 2012 au second tour de la dernière présidentielle sénégalaise.

"Pour blanchiment de capitaux et détournement de deniers publics, Macky Sall veut faire payer à son ex-mentor et prédécesseur, Maître Abdoulaye Wade, sa responsabilité personnelle dans l'affaire Aïdara Sylla. Et il est possible que Wade-père soit inculpé'', écrit La Tribune.

L'ex-député libéral Aïdara Sylla a été inculpé et placé sous mandat de dépôt pour blanchiment de capitaux, détournement de deniers publics, infraction à la législation douanière et ouverture de compte sans autorisation du ministère des Finances. Il avait été interpellé à l'aéroport de Dakar, le premier janvier dernier, en possession de chèques d'une valeur totale de 3 milliards de francs CFA qu'il convoyerait pour Me Wade.

Si le sujet relatif à la traque des biens mal acquis semble être en exergue, la politique réussit malgré tout à se faire une petite place, avec notamment des jugements du maire de Ziguinchor concernant le président Macky Sall et l'ancien Premier ministre Idrissa Seck.

"(Abdoulaye) Baldé salit Macky (Sall)'', le chef de l'Etat sénégalais, écrit Le Quotidien, se faisant l'écho d'une visite rendue au maire de Ziguinchor par une délégation du parti Rewmi venue lui présenter ses condoléances suite au décès de sa mère. A cette occasion, le leader de l'Union des centristes du Sénégal ''a flatté son hôte avant de déconsidérer l'actuel chef de l'Etat, Macky Sall'', rapporte ce journal.

"Macky, on ne peut pas le situer. Tu ne peux pas savoir si c'est ton ami ou ton ennemi'', déclare Abdoulaye Baldé dans des propos rapportés par Le Populaire. A contrario, ''Idy, si c'est ton ami, il te le prouve et te défend, si c'est ton ennemi, il te combat ouvertement'', ajoute-t-il selon le même journal