mis à jour le

Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique : LES 20 ANS D’UNE INITIATIVE MERITOIRE

Les dirigeants africains ont commencé à converger vers Yokohama, la grande agglomération japonaise, pour participer à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD V) qui s'ouvre demain, samedi. Le président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, qui a quitté Bamako mercredi a passé la nuit à Paris avant de mettre le cap sur Tokyo.

La TICAD qui se tient tous les cinq ans est une initiative lancée en 1993 par le gouvernement du Japon pour promouvoir un dialogue politique de haut niveau entre les dirigeants africains et leurs partenaires dans le domaine du développement. Le Japon devenait ainsi le premier pays, en dehors des anciennes puissances coloniales, à établir un cadre de concertation bilatérale avec les pays africains.

Depuis, la TICAD est devenue un cadre mondial dont la mission est de coordonner l’exécution de programmes visant à promouvoir le développement de l’Afrique. Les principes directeurs de la TICAD sont « l’appropriation » par les Africains de leur processus de développement et le « partenariat » international. Une composante importante de ce cadre de concertation est la coopération entre l’Asie et l’Afrique.

La TICAD bénéficie de l’appui conjoint des co-organisateurs : le gouvernement du Japon, le Bureau du conseiller spécial pour l’Afrique de l’ONU, le PNUD et la Banque mondiale. Le large éventail des parties prenantes comprend tous les pays africains ainsi que les partenaires de l’Afrique en matière de développement, notamment les pays asiatiques, les pays donateurs, les institutions internationales, les organisations de la société civile, le secteur privé et les parlements.

La Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique a deux objectifs essentiels : promouvoir un dialogue politique de haut niveau entre les dirigeants africains et leurs partenaires de développement ; et mobiliser le soutien pour les initiatives de développement conçues par les Africains eux-mêmes.

La première TICAD s’était tenue en 1993 à Tokyo. Les participants avaient adopté la Déclaration de Tokyo sur le développement de l’Afrique, prônant ainsi une coopération dynamique dans la poursuite des réformes politiques et économiques, le développement accru du secteur privé, la coopération régionale et l’intégration, et le rapprochement avec l’Asie afin de faire bénéficier aux pays africains de l’expérience de ce continent.

La deuxième Conférence qui a eu lieu en 1998, avait pour thème : « Réduire la pauvreté grâce à une croissance économique accélérée et à un développement durable ainsi qu’au moyen de l’intégration efficace des économies africaines dans l’économie mondiale ». La TICAD II a adopté le Programme d’action de Tokyo (TAA), qui représente un cadre de coopération identifiant des objectifs communs et des directives pour des actions à entreprendre par l’Afrique et ses partenaires de développement.

La troisième TICAD a été organisée en 2003. Cette conférence, qui a vu la participation de 23 chefs d’État d’Afrique et 10 directeurs d’organisations internationales, a été saluée par les observateurs comme l’une des conférences de haut niveau les plus emblématiques sur le développement de l’Afrique. Un engagement ferme de l’Initiative de la TICAD de soutenir les efforts de l’Union africaine et du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) en avait constitué l’apothéose. La Conférence a adopté la « Déclaration du 10ème anniversaire de la TICAD », marquant ainsi la première décennie de cette importante initiative.

La TICAD IV s'est tenue du 28 au 30 mai 2008 pour marquer le quinzième anniversaire de l'Initiative. Elle a rassemblé, à Yokohama, 51 pays africains, 74 organisations internationales et régionales, le secteur privé, des organisations de la société civile et des personnalités éminentes qui ont grandement contribué aux débats. Participaient également à la conférence des représentants de 34 pays partenaires, y compris le G8 et des pays d'Asie.

Avec comme thème général « Vers une Afrique qui gagne : un continent d'espoir et d'opportunités », la conférence avait abordé trois grandes priorités : encourager la croissance économique ; assurer la sécurité humaine, y compris la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), la consolidation de la paix et la démocratisation ; traiter des questions de l'environnement et du changement climatique. Elle avait été sanctionnée par une « Déclaration de Yokohama ». Celle-ci résume les résultats obtenus par l'initiative de la TICAD au cours des 15 dernières années et confirme l'engagement politique sans faille du Japon et d'autres partenaires en faveur du développement de l'Afrique.

L'édition 2013 marque les 20 ans de la méritoire initiative japonaise. Il y sera question de la stimulation de la croissance économique, tout en restant focalisé sur la réduction de la pauvreté et de la vulnérabilité. Les discussions porteront également sur l'objectif d'une croissance inclusive et durable et la construction de sociétés résilientes.

Envoyé spécial

S. TOGOLA

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

conférence

AFP

Mali: les ex-rebelles rejoignent la conférence pour la réconciliation

Mali: les ex-rebelles rejoignent la conférence pour la réconciliation

AFP

Mali: ex-rebelles et opposants boycottent la conférence pour la réconciliation

Mali: ex-rebelles et opposants boycottent la conférence pour la réconciliation

AFP

Conférence d'entente au Mali: tractations pour une large participation

Conférence d'entente au Mali: tractations pour une large participation

développement

AFP

Gambie: le président élu Barrow annonce un plan de développement

Gambie: le président élu Barrow annonce un plan de développement

AFP

Burkina Faso: un plan de développement de 23,5 milliards d'euros

Burkina Faso: un plan de développement de 23,5 milliards d'euros

AFP

COP22: les pays en développement espèrent des avancées sur les financements

COP22: les pays en développement espèrent des avancées sur les financements