mis à jour le

Dollars du Zimbabwe échangé contre des dollars américains au marché noir / REUTERS
Dollars du Zimbabwe échangé contre des dollars américains au marché noir / REUTERS

Lumière sur l'argent volé à l'Afrique depuis 30 ans

1300 milliards de dollars ont été sortis illégalement du continent vers les paradis fiscaux et des sociétés-écrans.

1300 milliards de dollars de fuite de capitaux: cette somme colossale représente environ quatre fois la dette extérieure et équivaut presque au PIB actuel de l’Afrique. Ce sont les résultats du rapport conjoint de la Banque Africaine de Développement (BAD) et l’ONG américaine Global Financial Integrity (GFI), présenté le 29 mai 2013, à l’occasion des assises des 48e Assemblées Générales annuelles de l’institution financière panafricaine à Marrakech.

Relayé par l’hebdomadaire Jeune Afrique, le rapport préconise des mesures strictes pour enrayer cette fuite de capitaux qui nuit au développement de l’Afrique et surtout de l’Afrique du Nord, la région la plus touchée par ce phénomène.

Selon Jeune Afrique, la BAD et le GFI recommandent une transparence totale. Les banques et les paradis fiscaux devraient fournir régulièrement à la Banque des règlements internationaux (BRI) des renseignements détaillés sur les dépôts, qui préciseraient notamment le pays de résidence des détenteurs de comptes offshore. Ces informations bancaires pourraient ensuite être relayées par la BRI auprès des pays concernés, précise l’article.

Pour maîtriser le phénomène des sociétés écrans, il faut exiger que les données sur les propriétaires physiques soient dévoilées et rendues disponibles à la consultation publique, explique Jeune Afrique. Les gouvernements doivent coopérer et échanger les informations fiscales qu’ils détiennent. Enfin, le rapport suggère également une action renforcée de chaque pays sur la réglementation anti-blanchiment, d’après le site d’actualités sénégalais Rewmi :

«[Les Etats africains doivent] exiger des rapports pays par pays sur les ventes, les profits, les effectifs d’employés et les impôts payés par toutes les sociétés multinationales.»

Lu sur Jeune Afrique

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

paradis fiscaux

Panama Papers

L'Afrique perd plus d'argent par l'évasion fiscale qu'elle n'en gagne avec l'aide internationale

L'Afrique perd plus d'argent par l'évasion fiscale qu'elle n'en gagne avec l'aide internationale

blanchiment

AFP

Nigeria: un juge accusé de blanchiment d'argent

Nigeria: un juge accusé de blanchiment d'argent

AFP

Nigeria: l'ex-conseiller

Nigeria: l'ex-conseiller

Nabil

Reboisement tous azimuts au Faso : Attention aux opérations de blanchiment !

Reboisement tous azimuts au Faso : Attention aux opérations de blanchiment !