SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Ben Ali, le retour

Depuis son départ précipité de la Tunisie le 14 janvier 2011, l’ex-président Zine el-Abidine Ben Ali s’était muré dans un silence éloquent quant à sa culpabilité sur les 23 années de dictature endurées par les Tunisiens. Mais, à l’approche de son procès, l’ex-président est revenu sur le devant de la scène en s'exprimant par le biais de ses avocats, rapporte Tunisie numérique.

Selon le ministre tunisien de la Justice, l’ex-président et sa femme Leïla Trabelsi seront, «dans les jours ou les semaines à venir», jugés par contumace dans deux premiers dossiers. La découverte d’armes et de drogue dans le palais présidentiel de Carthage, et les 27 millions de dollars (18 millions d'euros) découverts dans le palais de Sidi Bou Saïd (banlieue nord de Tunis).

Toujours selon Tunisie numérique, qui rapporte les propos tenus lors d'une conférence de presse du Premier ministre, le président serait poursuivi dans 88 affaires, dont 28 ont fait l’objet de mandats d’amener internationaux et ont été déférées devant le Tribunal militaire. Plusieurs pays européens ont depuis gelé les avoirs du président déchu et ceux de sa famille.

Aujourd'hui, quatre mois après sa fuite, Ben Ali fait dire à ses avocats que ces procédures ne sont «qu’une mascarade dont le seul sens est d’illustrer une rupture symbolique avec le passé». Par ailleurs, le vendredi 3 juin 2011, son avocat libanais Maître Akram Azouri avait affirmé que Ben Ali «n’avait aucun bien en dehors de la Tunisie», et ajouté que «si ces autorités ne disent pas de quels avoirs il s’agit, c’est considéré comme un acte de diffamation».

Lundi 6 juin, c’est son avocat français Maître Jean-Yves Le Borgne qui, dans un communiqué, rapporte la parole de son client jusqu’à présent resté mutique:

«Lassé (du) rôle de bouc émissaire reposant sur le mensonge et l’injustice, le président Ben Ali sort exceptionnellement de sa réserve. Les perquisitions effectuées dans ses bureaux officiels et personnels ne sont que des mises en scène destinées à le discréditer [...] L’opinion, souvent guidée par la presse, s’est enfermée dans un manichéisme élémentaire selon lequel le régime politique tunisien d’hier est responsable de tous les maux et coupable de tous les crimes.

Ainsi cultive-t-on la haine envers le président Ben Ali et ceux qui, parents ou collaborateurs, ont été à ses côtés [...] Cette détestation et ce culte du regard en arrière tiennent lieu de légitimité au pouvoir transitoire et confus actuellement en place (en Tunisie)».

Un aperçu de la défense du président déchu, qui tendra donc à profiter de la situation chaotique que traverse la Tunisie pour discréditer et caricaturer les poursuites et la haine générale à son encontre. Cette prise de parole intervient à l'heure où certains Tunisiens, lassés du climat actuel, souhaitent le retour de Ben Ali au pouvoir.

Lu sur Tunisie numérique