mis à jour le

« L’opposition met tout en œuvre pour provoquer une intervention militaire en Syrie »

La Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution met tout en ½uvre afin de torpiller le règlement politique en Syrie et de provoquer une ingérence militaire extérieure, a déclaré jeudi  30 mai à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.
« De tout évidence, c’est ce qu’ils cherchent à obtenir. On a l’impression que la Coalition nationale, et notamment ses sponsors régionaux, mettent tout en ½uvre pour empêcher le lancement d’un processus politique et provoquer une intervention militaire en Syrie », a indiqué le chef de la diplomatie russe à l’issue des négociations avec son homologue cubain Bruno Rodriguez.
Auparavant, la Coalition syrienne des forces de l’opposition et de la révolution, réunie à Istanbul, a de nouveau exigé le départ du président syrien Bachar el-Assad et de ses chefs militaires pour participer à une éventuelle conférence de paix sur la Syrie.

Impossible d’empêcher la livraison de missiles russes S-300 à Damas

Israël juge impossible d’empêcher la livraison de missiles russes S-300 à Damas, mais compte les neutraliser avant leur mise en service, rapporte jeudi le journal israélien Haaretz se référant à des sources proches du dossier.
Le quotidien cite des diplomates européens ayant participé à une réunion à huis clos avec le conseiller pour la Sécurité nationale israélienne Yaakov Amidror, qui a selon eux fait savoir que l’Etat hébreu envisageait d’empêcher les missiles S-300 de « devenir opérationnels » sur le sol syrien.
Les autorités israéliennes estiment que les batteries S-300, un des complexes de défense antimissile les plus avancés du monde, permettront aux Syriens de contrôler l’ensemble de l’espace aérien israélien. Dans le même temps, Israël redoute que les missiles russes ne tombent entre les mains des extrémistes opérant en Syrie.
D’après le journal, lors de sa récente visite à Sotchi, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a tenté, sans succès, de dissuader les dirigeants russes de fournir des complexes S-300 à Damas.
Plus tôt dans la semaine, M.Netanyahu a interdit à ses ministres de faire des commentaires sur les éventuelles livraisons de missiles antiaériens russes en Syrie.

Une zone d’exclusion aérienne entrainerait une guerre

L’instauration éventuelle d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Syrie marquerait le début d’une agression ouverte des Etats-Unis et de leurs alliés contre ce pays, a déclaré jeudi à RIA Novosti le directeur du Centre d’analyse du commerce mondial d’armes de Moscou, Igor Korotchenko.
Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a annoncé mercredi aux journalistes que les Etats-Unis étudiaient divers scénarios de règlement du conflit syrien, dont la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne, ainsi que « d’autres méthodes ». Le département d’Etat américain a à plusieurs reprises déclaré que les livraisons de missiles antiaériens russes S-300 à la Syrie ne contribueraient pas à mettre un terme à la violence dans ce pays. Moscou affirme pour sa part que ces missiles sont livrés dans le cadre de contrats signés avec Damas avant la crise syrienne et qu’il n’existe aucune raison de réviser ces engagements. Le conflit entre les autorités et l’opposition en Syrie se poursuit depuis mars 2011. Les hostilités ont déjà fait plus de 80.000 morts.
« L’instauration d’une zone d’exclusion aérienne constituerait un prélude à l’agression des Etats-Unis et de leurs alliés contre la Syrie, car le concept d’exclusion aérienne ferait nécessairement l’objet d’une interprétation élargie. En Libye, les Américains ont commencé par frapper l’aérodrome des forces aériennes de ce pays pour détruire ses avions militaires. Puis, ils ont anéanti les radars de contrôle de l’espace aérien et, pour finir, ils ont bombardé les sites de défense anti-aérienne », a indiqué M. Korotchenko.
Selon lui, l’instauration d’une « no-fly zone » est un scénario qui a déjà été testé en Irak et en Libye.
L’expert estime qu’une telle démarche pourrait être interprétée comme une tentative visant à faire échouer la conférence internationale « Genève 2″.
« La livraison de S-300 à la Syrie sera le moyen le plus efficace de contrecarrer ces projets. Ce système puissant permet d’opposer une riposte foudroyante à toute agression aérienne », a conclu l’analyste russe.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

intervention

AFP

Gambie: intervention militaire pour installer le nouveau président

Gambie: intervention militaire pour installer le nouveau président

AFP

Sénégal: libération controversée de Karim Wade, qui remercie le Qatar pour son intervention

Sénégal: libération controversée de Karim Wade, qui remercie le Qatar pour son intervention

AFP

Libye: le puzzle d'une intervention militaire se met lentement en place

Libye: le puzzle d'une intervention militaire se met lentement en place

militaire

AFP

Burkina: un véhicule militaire saute sur un engin explosif

Burkina: un véhicule militaire saute sur un engin explosif

AFP

Fillettes agressées au Burkina: un militaire français condamné

Fillettes agressées au Burkina: un militaire français condamné

AFP

France et Côte d'Ivoire vont renforcer leur coopération militaire

France et Côte d'Ivoire vont renforcer leur coopération militaire