mis à jour le

Mise en place d’un «Indice de Croissance Inclusive»

 

L'Afrique a affiché l'un des taux de croissance les plus élevés parmi les grands blocs régionaux du monde au cours de la dernière décennie avec un taux annuel moyen de 5,2 %. Il n'en demeure pas moins que cette croissance économique rapide de l'Afrique ne s'est pas encore traduite par une réduction notable de la pauvreté, des faibles revenus et des inégalités de richesse. Pour preuve, selon la BAD, en 2010, six pays africains ont été classés parmi les dix pays ayant le plus d'inégalités au monde. Partant de ce constat, le consensus qui s'est dégagé est que la croissance en Afrique doit être «inclusive » afin d'éviter la reproduction du «Printemps arabe» à cause des malaises liés à l'exclusion politique et surtout économique. Cette croissance inclusive, placée au centre de la stratégie à long terme de la BAD, est définie comme étant celle qui conduit à un accès plus large aux opportunités socio-économiques durables pour le plus grand nombre de personnes, régions ou pays tout en protégeant les plus vulnérables dans un environnement d'équité, de justice et de pluralité politique.

Face à cette situation, et en l'absence d'une mesure quantitative et complète de la croissance inclusive en Afrique à même de mieux mesurer le degré de la redistribution de la croissance au niveau des pays africains, la BAD a mis en place un Indice de Croissance Inclusive (ICI). Pour M. Steve Kayizzi-Mugerwa, Directeur du Département de la recherche sur le Développement (EDRE) de l'institution financière africaine, «l'idée centrale de cet indice est de mesurer l'élargissement des bénéficiaires de la croissance économique sur l'ensemble des populations des pays. De ce fait, il tient compte des inclusions économiques, sociales, politiques et spatiales».

Selon M. Abebe Shimeles, Chef de Division de l'EDRE, l'ICI a été confectionné sur la base d'une batterie de 36 indicateurs économiques (PIB par habitant ajustée des inégalités, revenus, élasticité de l'emploi à la croissance, etc.), sociales (accès à la santé et à l'éducation, rôle de la femme, accès à l'eau et à l'électricité, etc.), politique (gouvernance, multipartisme, etc.) et spatiale (infrastructures, inégalités spatiales, etc.). Et afin de surmonter l'handicap lié à l'élaboration de l'Indice de Développement Humain des Nations-Unis (IDHN), le facteur lié aux inégalités est abordé en utilisant un PIB par habitant pondéré.

Le Maroc 5ème de l'ICI

Avec ce nouvel indice de croissance inclusive, la BAD dispose d'un outil de comparaison entre les pays en matière d'inclusion. La première version agrégée de l'ICI a été bouclé en 2010 ; c'est l'Egypte qui occupe le premier rang au niveau du continent.?Avec ce nouvel indice, le Maroc occupe le 5 ème rang africain. A titre comparatif, au niveau du PIB par habitant, considéré jusqu'à présent comme seul indicateur pour classer les différents pays africains, le Gabon, le Botswana, l'Ile Maurice, l'Afrique du Sud et l'Algérie occupaient les 5 premiers rangs en 2010 et le Maroc était classé 10ème  au sein du continent. C'est dire que le Royaume réalise un bond notable avec cet indice. D'ailleurs, selon plusieurs observateurs, le classement du Royaume devrait s'améliorer avec la mise en place de la nouvelle Constitution, les retombées de l'INDH et des politiques sociales qui ont été lancées au cours de ces dernières années, comme le Ramed.

Moussa Diop

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

croissance

Money money money

Pourquoi la croissance est au plus bas depuis 20 ans en Afrique subsaharienne

Pourquoi la croissance est au plus bas depuis 20 ans en Afrique subsaharienne

AFP

La banque mobile, nouveau grigri de la croissance en Afrique

La banque mobile, nouveau grigri de la croissance en Afrique

AFP

Ghana: le président Mahama promet une forte croissance et des emplois

Ghana: le président Mahama promet une forte croissance et des emplois