mis à jour le

Affiche électorale à l'effigie d'Abdelaziz Bouteflika, Mars 2004. REUTERS/Zohra Bensemra
Affiche électorale à l'effigie d'Abdelaziz Bouteflika, Mars 2004. REUTERS/Zohra Bensemra

Bouteflika, les islamistes et l'armée: les acteurs de la misère algérienne

L'écrivain algérien Boualem Sansal rappelle le décor, les figurants et l'intrigue d'une pièce déjà écrite: l'après Bouteflika.

La pièce serait écrite depuis plus d'un mois. Les trois coups auraient retenti le jour où Abdelaziz Bouteflika a été hospitalisé au Val de Grâce. C'est l'avis du romancier algérien Boualem Sansal qui, comme les fois précédentes, n'attend pas de changement majeure en Algérie, avec ou sans Bouteflika.

«On pourrait se poser les questions qu’on se pose depuis le premier putsch en 1962, mais cela sert-il ? Nous recevrons les mêmes fausses réponses. Bouteflika mort, l’armée fera le ménage et adoubera Tartempion VI. Le roi est mort, vive le roi et Allah est grand», écrit le romancier dans une tribune du Monde daté du 29 mai 2013.

Dans cette tribune, le romancier brosse le portrait des arcanes du régime algérien, comparable, selon lui, à la série Borgia. Bouteflika est le maillon d'une fatrie au pouvoir depuis l'indépendance du pays. La même pièce semble, selon l'auteur, se rejouer depuis plusieurs décennies. La dernière en date est celle que nous connaissons aujourd'hui. Les principaux acteurs: Abdelaziz Bouteflika, l'armée et les islamistes. La fin? Toujours la même.

Comme s'il était au plus près des coulisses, Boualem Sansal décrit les travers de ce trio «atomique» et «nocif». Il dépeint également la génération qui suit, celle qui prendra le relai des papas généraux vieillisants: la jeunesse dorée d'Alger. Comme les vieux de la révolution, ils ont vite appris à dépenser les dividendes de la manne pétrolière dans les clubs branchés de Paris et de Navarre...enfin plutôt de Dubaï. «Grâce à Dieu, le prix du baril tient la cote, l’argent coule à flots, la réserve déborde de partout. Jusque-là, il a permis une cohabitation acceptable, personne n’est vraiment lésé, les milliards qu’on nous chaparde le matin, on les refait l’après-midi», ajoute Boualem Sansal, avant de conclure:

«Et voilà, nous avons tous les éléments de la pièce qui va se jouer dès l’annonce de la mort d’Abdelaziz Bouteflika : les acteurs, l’intrigue, le décor, les figurants.»

Lu sur Le Monde, Kabyleuniversel

 

 

 

 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

Boualem Sansal

Littérature

Dans "2084", l'écrivain algérien Boualem Sansal imagine l'islamisme au pouvoir

Dans "2084", l'écrivain algérien Boualem Sansal imagine l'islamisme au pouvoir

Cinéma

Avec ceux qui prennent La Pirogue

Avec ceux qui prennent La Pirogue

Algérie

AFP

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

AFP

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

AFP

Crash d'Air Algérie au Mali: le BEA présentera son rapport final vendredi

Crash d'Air Algérie au Mali: le BEA présentera son rapport final vendredi

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique