mis à jour le

Les nouveaux inspecteurs dans l’impasse

Ayant été admis dans leur fonction à l'issue du dernier concours organisé par le ministère de l'Education, des inspecteurs sont actuellement dans une véritable impasse, puisque la tutelle refuse «sans aucun fondement» de les reconnaître dans cette catégorie d'inspecteurs. «L'organisation du concours d'admission au titre d'inspecteur et la délibération des résultats se sont faites de manière officielle. Les personnes admises ont été contactées. Les directions de l'éducation nous ont ensuite convoqués pour une période de formation, qui a commencé le 7 avril dernier et qui devrait s'étaler sur plusieurs semaines, incluant une partie de formation théorique suivie d'un stage pratique», explique un groupe d'inspecteurs concernés par cette situation qui ne savent plus à quelle porte frapper. La direction de l'Institut national de la formation des personnels de l'éducation, où est suivie la formation, a communiqué verbalement une décision de suspension de la formation des inspecteurs. Selon les concernés, après saisine de la tutelle, la formation a été reprise le 19 mai dernier, avant qu'elle ne soit suspendue de nouveau. «Nos tentatives d'obtenir des explications auprès des responsables de la tutelle sont restées vaines. Les échos qui nous sont parvenus répercutent des informations selon lesquelles la direction concernée du ministère de l'Education ne reconnaîtrait pas les résultats du concours qui n'aurait pas été organisé selon les critères requis», expliquent nos interlocuteurs qui s'interrogent sur le fondement de ces supputations, puisque les inspecteurs concernés ont été convoqués par des organes sous l'autorité du ministère de l'Education nationale. Inquiets, les nouveaux inspecteurs s'interrogent aussi sur leur devenir. En ballottage depuis la suspension de leur formation, ces fonctionnaires n'ont plus aucun statut. «Au ministère de l'Education, plus personne ne veut nous recevoir ni nous expliquer de quoi il s'agit directement.» Le groupe d'inspecteurs s'adresse en dernier recours au ministre de l'Education pour «mettre fin à ce véritable cafouillage et faire la lumière sur une véritable énigme». Nous n'avons pas pu obtenir plus de précisions au niveau du ministère que nous avons pourtant saisi.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien