mis à jour le

Mater l'opposition, terroriser les voix discordantes

Son créateur, Noureddine Zerhouni, voulait avoir entre les mains un véritable instrument de pouvoir. En le dissolvant dans la totale discrétion, le pouvoir ne voulait pas laisser de trace d'un appareil répressif dont les pratiques sont quasiment au-dessus des lois. Le Centre opérationnel national d'aide à la décision (Conad), créé en octobre 2003, vient d'être dissous par décret exécutif (n°13, 156) publié le 15 avril dernier au Journal officiel. Aucune explication n'a été donnée à la décision prise par le Premier ministre Abdelmalek Sellal. Beaucoup de questions ont été posées sur l'utilité d'un tel organisme, une véritable «police parallèle» dotée d'un corps opérationnel qui agissait dans l'ombre. Les institutions de l'Etat, tous corps de sécurité confondus, étaient-elles incapables d'assurer des missions de renseignement, de prévision et de prévention des crises pour mettre en place d'autres structures ? Pour certains observateurs, l'ancien ministre de l'Intérieur, Noureddine Yazid Zerhouni, «très proche du clan présidentiel», mettait, en créant ce centre, entre les mains de celui-ci, un véritable instrument de pouvoir. Selon certains membres de la classe politique, il avait surtout «pour mission de mater l'opposition et terroriser les voix discordantes». Officiellement et d'après le décret d'octobre 2003 promulgué en pleine compétition politique de l'élection présidentielle de 2004, cette structure, «un service extérieur de l'administration centrale» était chargée auprès du ministère de l'Intérieur de «recueillir et d'exploiter toutes les informations se rapportant à la vie du pays, susceptibles de prévenir et de faciliter la gestion d'événements de portée nationale risquant de générer une situation de crise et nécessitant pour son règlement une coordination intersectorielle et une prise de décision immédiate». Pas seulement. Ce service avait aussi pour mission de récolter «auprès des parties concernées les informations et les éléments nécessaires aux actions de prévention et de protection des personnes et des biens ; d'informer en permanence le ministre chargé de l'Intérieur de tout événement pouvant déclencher la mise en place d'un dispositif d'intervention et de secours». Le hic et ce qui renforce les appréhensions des militants des droits de l'homme, cet organisme avait un organigramme dirigé par un directeur général assisté de quatre directeurs d'études - et selon des sources concordantes, ses effectifs étaient essentiellement recrutés dans la police -, que personne ne connaît. Jusqu'à ce jour, l'identité des responsables de ce centre est cachée. Ce qui indéniablement accentue l'inquiétude que Noureddine Yazid Zerhouni avait mis en place une structure de l'ombre agissant en véritable police parallèle pour terroriser les opposants. L'on se rappelle d'ailleurs de certaines opérations de barbouzes menées à cette époque-là contre des militants politiques. Citant les plus spectaculaires, par exemple, celui qui avait ciblé l'avocat Rachid Ouali, qui a été menacé dans l'enceinte même de l'hôtel El Aurassi. Les barbouzes l'avaient humilié en lui déchirant son pantalon. Dernièrement, c'est le syndicaliste et militant du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), le docteur Tahar Besbas, qui  avait fait les frais de ces menaces sordides. Son fils a été approché par des individus se revendiquant des services en envoyant un message clair de menaces au père. Est-ce le service en question qui a été l'auteur de ces agressions ? L'énigme qui entoure son fonctionnement, la clandestinité dans laquelle il agissait font peser beaucoup de soupçons sur son implication dans des opérations coup-de-poing contre des membres de l'opposition. S'il a été créé, ce n'est certainement pas pour chômer. Le gouvernement doit tirer au clair le fonctionnement clandestin de ce centre. Quel a été le travail qu'il a effectué ? Quelle est l'identité des personnes qui l'ont dirigé ? Des explications doivent être données, en tout cas pour éclairer l'opinion publique. La question est de savoir pourquoi le Conad a été créé et pour quelle raison il a été dissous.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

voix

AFP

Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix

Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix

AFP

Djibouti: le président Guelleh réélu avec 86% des voix

Djibouti: le président Guelleh réélu avec 86% des voix

AFP

Djibouti: le président Guelleh réélu avec 86% des voix

Djibouti: le président Guelleh réélu avec 86% des voix