mis à jour le

Election présidentielle : DES CONTRIBUTIONS SIGNIFICATIVES

La Suisse va contribuer au processus électoral pour une contribution de 3 millions de francs suisses et le PNUD au recensement des réfugiés en vue de leur participation aux scrutins

La signature d'un accord de contribution au basket fund entre la Suisse et le PNUD pour un montant de trois millions de Francs suisses, la signature de la lettre d'accord entre le PNUD et le ministère de l'Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du Territoire pour le recensement des réfugiés et la session ordinaire du comité de pilotage du projet d'appui au processus électoral étaient au menu d'une rencontre hier au département. La  rencontre était présidée par le ministre Moussa Sinko Coulibaly en présence de plusieurs acteurs impliqués dans le processus électoral.

Pour le coordinateur résident du système des nations unies Aurélien A. Agbenonci, les récents développements intervenus dans le processus, notamment le vote de la nouvelle loi électorale et la convocation du collège électoral imposent une évaluation des actions avant de se projeter sur les prochains mois.

Il a ensuite salué les donateurs et le gouvernement pour les efforts en cours notamment en ce qui concerne la prise en compte du vote des réfugiés. Pour le diplomate onusien, la sécurisation du processus demeure un sujet important.

Le directeur pays de la coopération suisse Giorgio Dhima a annoncé que la Suisse va contribuer pour trois millions de FS en appui général, mais aussi pour l'éducation civique et la prévention et la résolution des conflits. Giorgio Dhima a confié qu'il est aujourd'hui plus confiant qu'il y a un mois.

Après ces interventions, le directeur national de l'Administration du territoire, Bassidy Coulibaly a fait le point de l'état d'avancement du processus électoral. Il a ainsi expliqué qu'un chronogramme est adopté comportant la décision portant sur l'établissement des listes électorales, et déterminant les procédures et les délais de remise des cartes NINA. Les documents d'établissement des listes ont été remis au département par la DGE. L'entreprise Safran Morpho est désignée pour la production et l'impression des cartes NINA. Les premières livraisons sont attendues les jours qui suivent. Les guides de remise sont en cours de production. Quelque 2200 équipes, sans doute plus, seront mobilisées.

Concernant le processus de participation des réfugiés, le département a sollicité le PNUD pour l'appui au lancement des opérations et de leurs recensements sur leurs sites. Des organisations de la société civile ont bénéficié de subventions pour poursuivre leurs activités. Des dispositions sont prises dans le cadre de la formation des équipes de remises des cartes NINA. Le recrutement est sur le point de s'achever.

UN aspect important est la sécurité du processus. Une stratégie globale est élaborée et intègre les forces de défense et de sécurité maliennes et celles de la MISMA ainsi que des Nations unies. Des rencontres et concertations de haut niveau sont en cours.

Bassidy Coulibay a également abordé le retour de l'Administration dans les zones anciennement occupées. Une réinstallation est en cours dans ces zones.

En perspective il a annoncé la réception et le déploiement des cartes NINA, le lancement des opérations de remise des cartes, le recrutement et la formation de 125 000 agents électoraux, la poursuite de la dynamisation des cadres de concertations avec les acteurs, la prise en compte significative des femmes et l'établissement de cadre de sécurisation avec la communauté internationale.

Pour le ministre Moussa Sinko Coulibaly, ce soutien ainsi manifesté est le signe de la confiance aux autorités de transition. Donc il faut tout faire pour arriver à des élections transparentes et crédible, estime-t-il. Ainsi s'il y avait des incertitudes, elles sont toutes balayées avec la convocation du collège électoral.

Remerciant les partenaires, le ministre a dit la ferme détermination du département pour faire voter le plus grand nombre de Maliens. Il y a des défis, mais il faut se préparer à les relever, pour une paix durable dans notre pays. Le cap est donc mis sur le 28 juillet.

De son côté, la délégation générale aux élections a élaboré et suit un plan d'actions. La Commission nationale électorale indépendante procède actuellement à la mise à niveau des démembrements en ce qui concerne la loi électorale, les commissions administratives d'élaboration des listes électorales et la prise en compte des réfugiés.

La MISMA va apporter un appui logistique dans le domaine de la sécurité. L'USAID appelle à une clarté des messages.

Enfin le ministre a conclu en indiquant qu'une permanence est assurée au département 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour tenir compte de la nécessité de ne rien laisser au hasard et de ne pas perdre un temps particulièrement précieux jusqu'aux élections.

A. LAM

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

élection

AFP

Kenya: nouvelle élection présidentielle le 17 octobre

Kenya: nouvelle élection présidentielle le 17 octobre

AFP

Kenya: nouvelle élection présidentielle le 17 octobre

Kenya: nouvelle élection présidentielle le 17 octobre

AFP

Election kényane: la magistrature s'indigne de "menaces voilées" du président

Election kényane: la magistrature s'indigne de "menaces voilées" du président

présidentielle

AFP

Kenya: la Cour suprême accable la Commission électorale pour la présidentielle invalidée

Kenya: la Cour suprême accable la Commission électorale pour la présidentielle invalidée

AFP

RDC: l'ONU table toujours sur une présidentielle d'ici au 31 décembre

RDC: l'ONU table toujours sur une présidentielle d'ici au 31 décembre

AFP

Au Kenya, la confusion règne dans l'organisation de la nouvelle présidentielle

Au Kenya, la confusion règne dans l'organisation de la nouvelle présidentielle