mis à jour le

Arnaque à la pastèque

Par Ridha Ben Kacem

Qui, d'entre vous, n'a pas remarqué cette invasion si charmante et si rafraichissante, « liman istata3a lahou sabila »,évidemment, du grand Tunis, par les habitants du Grand Regueb. A pareille époque, de chaque année, en effet, les charmants habitants de cette gigantesque métropole, de 8 mille habitants, située à 37 kilomètres, au sud-est de Sidi Bouzid, se pressent, en surnombres, dans leurs increvables Isuzu, pour venir nous proposer, à prix d'or, dès le mois d'avril, leur marchandise la plus précieuse : Les pastèques.

Mine de rien, car ils n'ont aucune mine à ciel ouvert ou fermé, les reguebois, se sont fait une réputation, doublée d'une spécialité, dans les produits maraichers, surtout les melons d'eau douce que vous connaissez sous l'appellation, impropre à la consommation, de pastèque. Je ne sais pour quelle raison, personne n'est parvenu à leur emprunter le pas, car, comme vous le savez, le sport favori des tunisiens est de suivre, en toute circonstance, l'exemple du voisin. Que quelqu'un trouve une idée, pour, par exemple, construire ou réaménager son logement, et, avant même, de l'avoir, entièrement, réalisée, tous les voisins, du coin, et leurs voisins du quartier, l'on déjà exécutée, avant lui, le privant, ainsi de la primeur. Que quelqu'un trouve une nouvelle idée, de commerce ou, surtout, d'activité de restauration légère, et, en moins de temps pour le dire, que pour le faire, toutes les échoppes des rues ruelles, impasses et « zingua zingua »,à un ou deux kilomètres, à la ronde, commencent à offrir, à perte, le même produit. Exactement, le même, sans la moindre variation, sur le thème. Lassant ? Pas vraiment, car, si l'on y réfléchit positivement, on trouvera que se sont les tunisiens, qui, les premiers, avaient mis au point, le travail à la chaine des déchainés de l'imitation. Avant, même, les chinois et les italiens.

Il est, donc, curieux de constater, qu'aucune autre région, en Tunisie, pays, par excellence, des imitateurs, n'est parvenue, pour le moment, du moins, à casser, à son profit, ce quasi monopole, de Regueb, dans la production de la pastèque du printemps. Pour ce qui est de celle d'l'été, toutes les régions sont sur le même pied d'égalité, ou presque. Là on se retrouve en pays connu, et reconnu, celui de l'imitation, en tout genre et en toutes conditions, et circonstances, atténuantes et exténuantes. Bravo, donc, aux reguebois, pour cette résistance, hors pair, à la voracité, imitatrice, de leurs compatriotes. Un conseil d'ami, les réguébois : Préservez votre secret. Des fois que l'on viendrait vous offrir de l'or, ne vendez, surtout pas, la mèche. Certains, viendront vous dire que l'on trouve de l'or dans les pastèques. Surtout ne les croyez, pas ce sont des arnaqueurs de la pire espèce. Méfiez-vous d'eux, comme vous vous méfiez, déjà, de vos conjoints, lorsque rien ne leur pendouille, entre les pattes, indiquant, clairement, leur statut complémentaire, sinon, facultatif, de conjointes.

La pastèque de nos amis reguebois, est un « fruit » très étrange. Ce melon d’eau est produit pas une plante herbacée, de la famille des Cucurbitacées, culbutées, cocufiées et prise à l'envers et à l'endroit. C'est pour cette unique raison, que la pastèque ne présente pas de valeurs nutritives particulières, sachant qu'elle contient, jusqu’à, 93 % d’eau. Elle est, reconnue, cependant, très désaltérante et peu calorique, pour toutes celles, qui aiment avoir le ventre rempli et bien rebondi, sans prendre du poids et avoir, par la suite, du chagrin.

C'est regrettable que le Stade tunisien, n'ait pas pris pour symbole, la pastèque, qui a réussi la synthèse, hautement improbable, de ces deux couleurs primaires, que sont le rouge drapeau et le vert-Tunisie. Peut-être, par manque de référence au Bardo ? Le Stade tunisien aurait eu peur, que l'on associe son nom, à l'agglomération du Regueb ? Je peux concevoir, en effet, qu'un club sportif, aux résultats si peu brillants, hésiterait à représenter, dignement, une vaste métropole comme Regueb. Mais, cela me fait rappeler que rien n'empêche une éventuelle utilisation politique de la pastèque. C'est que, contrairement aux sportifs, les politiques n'ont pas d'état d'âme. C'est à se demander, même, s'ils ont une âme tout court. Ainsi, les verts/écolos et les communistes/léninistes, deux courants de gauche, de chez nous, pourraient y trouver, matière à boire et à manger.

En vérité, ils n'auraient rien inventé. Melancia, qui est le nom de la pastèque, en portugais, est, aussi, le sobriquet donné au groupe politique portugais « Coalition démocratique unitaire», qui réunit les écologistes et les communistes du pays. D'ailleurs, depuis que cette coalition a vu le jour, le Monde, entier, a résolu l'énigme de la survie des communistes, style Hamma, au XXIème siècle. Tout le mondes les donnait, en effet, pour espèce, totalement, disparue, au tournant du XXIème siècle. En fait, les rouges s'étaient cachés à l'intérieur des verts ! Il faut dire que les verts avaient le vent en poupe, à la fin du XXème siècle. Les communistes en perdition, s'étaient dit : « Voilà notre arche de Noé »,ou en encore : « Voilà notre cheval de Troie ».Un cheval vert, farci de communistes attardés, rouges de colère. Brrrrr. Trois, en tremblent, encore : Marzouki, Larayedh et Ben Jaafar. Vous comprenez, maintenant pourquoi Hamma passe plus de temps à nous parler de gaz de schiste, que de Marx ? Pour simplifier, je dirais que les verts, c'est l'étincelant papier cadeau, servant d'emballage et de passeport, à des égarés du temps et de l'espace. Malheureusement, des rescapés d'un autre âge, il n'y en a pas qu'eux, en Tunisie.

Tantôt, j'ai conseillé au reguebois, de ne pas vendre le secret de la pastèque du printemps. Je renouvelle mon conseil, car en plus des rescapés du temps, je découvre que le pays regorge d'arnaqueurs. Or les reguebois sont de gens très courtois et très « labèss ».Quelle serait leur attitude, s'ils étaient arnaqués ? À mon avis, à l'image de tous leurs compatriotes, ils perdraient toute amabilité. Ils se transformeraient, illico presto, en des vengeurs assassins. Zyeutez les vidéos, ici-bas, vous y verrez que là où le moyen oriental floué et arnaqué, par exemple, essaie, simplement, de rafraichir les idées de son arnaqueur, sans lui faire, vraiment, du mal, le paisible tunisien, tente de les lui ôter, toutes, bonnes ou mauvaises idées, sans distinction, en essayant de lui faire éclater la tête, comme une pastèque.

Ridha Ben Kacem le 29 mai 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

arnaque

Vos Contributions

La Grande Arnaque : comment le coup d’état militaire en Egypte a été ficelé

La Grande Arnaque : comment le coup d’état militaire en Egypte a été ficelé

Actualités

Adel Dridi : «  Je n’ai arnaqué personne »

Adel Dridi : « Je n’ai arnaqué personne »

Nabil

Arnaque à Bobo : L'image des tradi-praticiens en jeu

Arnaque à Bobo : L'image des tradi-praticiens en jeu