mis à jour le

La ligne rouge à ne pas dépasser

Un scénario inédit, séduisant presque. A rebours de sa réputation de sinistre police politique, le DRS, héritier de l'ancienne Sécurité militaire, du MALG, endosse depuis 2010 les beaux rôles, passant, depuis, pour le défenseur de la veuve et de l'orphelin,  le nettoyeur des écuries d'Augias, le sauveur de la République menacée par des légions de pourris. Et au DRS de se mettre en scène. Sans complexe : « Un général des ''services''  traque Chakib Khelil à Rome», titrait la gazette Ennahar ; « Bachir Tartag, le général du DRS aux commandes de l'opération ''mains propres''», lit-on sur le site de TSA (Tout sur l'Algérie), qui consacre un article panégyrique, ode à la gloire de cet officier du contre-espionnage sentant la nitroglycérine à cert lieues à la ronde. «Il y va, certes, du souci de soigner leur image, mais ce n'est pas exclusivement de ça dont il s'agit», estime l'ancien ministre et diplomate Abdelaziz Rahabi. «C'est que, quelque part, on a pris conscience que la corruption et les pouvoirs enflant des puissances de l'argent constituent véritablement une menace à la sécurité nationale», ajoute-t-il.   Cinquante-deux ans au pouvoir. Grands collectionneurs de mandats illimités devant l'Eternel, le président Bouteflika et le général de corps d'armée, Mohamed Mediène dit Toufik, le chef du Département du renseignement et de la sécurité, affichent au compteur du pouvoir plus que l'âge officiel de la République algérienne.   «Oui, il faudrait une révolution. Un changement total. Qu'ils partent tous... Bouteflika, Toufik  (....), qu'ils cessent enfin de régler son compte à l'Algérie.» Mohamed Mechati, 92 ans, parmi les derniers survivants du Comité des 21 révolutionnaires ayant déclenché la lutte armée, le 1er Novembre 1954,  n'a pas que ces mots en rafale, incandescents pour raconter son Algérie laissée exsangue par un demi-siècle de gouvernance par l'incurie et la corruption.  Le Vietnam, dit-il, ravagé par une guerre d'indépendance de 20 ans, trois fois plus longue que la guerre de libération, a réussi son décollage économique : «150 milliards de dollars à l'exportation. Alors que nous... » El Mouradia, mardi 21 mai. 23 jours après l'AIT, l'accident ischémique transitoire ayant terrassé le 27 avril dernier le président Bouteflika. Un «mini-AVC» -- aux séquelles politiques décidément majeures -- survenu, dit-on, des suites d'une «colère noire» provoquée par la mise en accusation, par le DRS, de son frère et conseiller, Saïd Bouteflika, dans des affaires de grosse corruption. «C'est du cinéma tout ça», glose Mechati. «Bouteflika, c'est dans sa nature : Il ne peut s'empêcher de man½uvrer, de ruser (...) à chaque fois que ses projets sont contrariés.» Ruser y compris avec et/ou par la maladie. Les quartiers présidentiels respirent le vide dans et autour du palais d'El Mouradia. La Présidence fonctionne en mode pilotage automatique. L'armée de conseillers à la Présidence, les «hommes» et la fratrie du Président, ce qui en reste, non encore déboulonnés par le DRS (Rouguab, son secrétaire particulier, le général Touati, conseiller à la sécurité, Abdelatif Rahal, conseiller diplomatique, etc.), s'avèrent incapables de (ré) animer la scène en l'absence de l'hyper-Président hospitalisé au Val-de-Grâce, à Paris. Les décrets s'entassent à la Présidence piaffant une hypothétique signature. Mais c'est de France, puissance étrangère,  sur un lit d'hôpital, que certains de ces décrets sont signés. ça ne fait pas scandale. Au contraire. «Le président Bouteflika a signé dimanche (19 mai) un décret instituant le 22 octobre Journée nationale de la presse», indiquait le lendemain et  avec aplomb un communiqué des services du Premier ministre. Pourtant,  le mois de mai est synonyme de quasi-disette pour l'imprimerie d'Etat : aucun Journal officiel n'a été imprimé pendant tout le  mois. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, pourvu de pouvoirs anecdotiques par la Constitution de 2008, fait le bouche-trous, essaie de gouverner  par décrets exécutifs un pays qui ne se gouverne qu'avec des décrets présidentiels. Ben Aknoun, 2 mai.  Lendemain groggy de la finale MCA-USMA. Le derby a viré au combat de gladiateurs. Gouverner à partir du Val-de-Grâce : mode d'emploi Un duel à distance «Présidence vs Département du renseignement et de la sécurité» qui s'est joué sur tapis vert, par Ghrib et hooligans du système interposés. Pas d'«Ave César» entonné dans les travées du Colisée. Ce jour-là, au temple du 5 Juillet, pas de banderoles déployées sollicitant un 4e mandat au président Bouteflika. Le footeux scénario a tourné au vaudeville. Lieu prisé, point de chute d'agents du DRS, le club de tennis les Palmiers à Ben Aknoun est situé à quelques bornes du QG du DRS et de son redoutable «Service central de la police judiciaire», le SCPJ, créé officiellement le 9 février 2008 par décret présidentiel ! La décapitation judiciaire -- pour corruption -- du management de Sonatrach à la mi-janvier 2010 a marqué l'apogée du SCPJ et de son armée d'enquêteurs formés à l'étranger  et passant depuis pour les «déboulonneurs» en puissance des hommes du clan présidentiel. Attablé à la cafétéria du club, l'intellectuel des «services», Mohamed Chafik Mesbah, ancien officier du DRS, conseiller du président Zeroual, ne désespère pas de voir   «muter» le général Toufik «en un Iouri Andropov». Autocrate réformateur russe, patron du KGB (1967-1982), architecte des réformes de la glasnost et de la perestroïka en ex-URSS, Andropov restera dans les annales pour avoir systématisé l'internement psychiatrique des opposants et surtout pour avoir livré une guerre implacable à la corruption, n'hésitant pas, une fois devenu SG du Parti communiste, à limoger de hauts dignitaires du régime. Les cadres du DRS «exaspérés» par les lignes rouges Mesbah réfute la thèse des luttes de clans au sommet de l'Etat. Une «thèse réductrice d'un phénomène amplement plus complexe», considère-t-il. Mesbah préfère le vocable aseptisé de «crise de gouvernance»,  même s'il admet que le président Bouteflika a, dès son accession au pouvoir, voulu mettre au pas et le DRS et l'armée devenue complètement «soumise» depuis la démission de l'homme fort de l'ANP, le général Lamari en juillet 2004. La nomination du général-major Abdelghani Hamel à la tête de la DGSN (juillet 2010)  obéissait, d'après Mesbah, au même plan de charge. «Bouteflika pensait avoir trouvé en le général Hamel l'homme qui succédera au général Toufik.» Le projet de créer un super-ministère de la sécurité englobant tous les services de sécurité, soutient l'analyste, n'a jamais été une fiction. «Et je me demande même s'il n'a jamais abandonné son projet.»   Epaulé par son ministre de l'Intérieur, Nourredine Yazid Zerhouni, ancien numéro 2 de la Sécurité militaire, Bouteflika voulait mettre sur pied un système à la Ben Ali dont il est «adepte», conférant un rôle prépondérant à la police. Le politologue ne croit pas non plus à une stratégie marketing visant à réhabiliter l'image des «services». «Car s'il y avait une telle démarche, elle aurait été plus élaborée.» L'explication réside, selon lui, aussi bien dans ce «rééquilibrage au profit des missions classiques des services»  et surtout dans cet «état d'exaspération» générale ayant affecté les éléments des services de renseignement, dont les enquêtes avaient mis à jour des faits de corruption graves constituant une menace à la sécurité nationale. «Les cadres du DRS ont vu que leurs enquêtes n'aboutissaient pas. De 2008 à 2012, une ligne rouge était tracée, aussi bien par la hiérarchie politique que du commandement. Il ne fallait pas toucher à Ghoul, Saïdani, Chakib Khelil, s'arrêter au niveau des lampistes», précise Chafik Mesbah. L'ex-officier souligne le rôle déterminant de «filtre» joué par  l'ex- ministre de la justice, Tayeb Belaïz, dans le nettoyage des rapports d'enquêtes du DRS. «Belaïz était intervenu directement en janvier 2010 pour éviter la détention à l'ex-PDG de Sonatrach sachant que s'il avait été mis en prison, il aurait donné le nom de l'ex-ministre de l'Energie.» BelaÏz, le «filtre» de la Présidence «Les entités du DRS sont comme des organismes vivants ; un temps, elles doivent évacuer. Et c'est ce qui justifie le fait de communiquer à l'opinion publique les conclusions des enquêtes. C'était leur seule soupape de décompression», concut-il. Dimanche 19 mai. «Nous ne sommes pas tous des pourris.» Youcef Yousfi, le successeur de Chakib Khelil au ministère de l'Energie et des Mines, veut laver à grande eau et par petites formules l'honneur des cadres et des entreprises de son secteur terni par les scandales en série.  Les onze années de Khelil à la tête de ce ministère névralgique n'en finissent pas de répliquer. Au point qu'aujourd'hui, ses détracteurs n'hésitent plus à assimiler son action au ministère de l'Energie et à la tête de l'empire Sonatrach à de la «haute trahison». «Les dégâts occasionnés au secteur  de l'énergie et spécialement à Sonatrach mise complètement à genoux sont tels qu'il faudrait plusieurs décennies pour les résorber», assène un commandant du DRS qui a été  en fonction au ministère de l'Energie avant de se faire débarqué par sa hiérarchie. «Je reste tout de même le seul officier des renseignements à avoir résisté plus de 5 ans avec Khelil», affirme-t-il, un tantinet fier. Car dès son arrivée au ministère, Chakib Khelil «déclara la guerre» aux officiers  du DRS, obtenant la tête de nombreux officiers en les récusant soit auprès du commandement ou carrément en les «retournant» à son avantage. Rédigeant quantité de rapports, l'officier dit avoir avisé systématiquement sa hiérarchie et, par ricochet, les autorités politiques de tous les actes de gestion et agissements du ministre. «Il arrivait que le président de la République demande des explications au ministre, mais celui-ci savait, dans ses réponses, arrondir les angles et enjoliver les situations.» Un commandant du DRS : «Bouteflika était au courant de tout» Ouverture de corridors pour les majors pétroliers ; marchés de grè à grè et corruption ; remise à flots du plan Valhyd (valorisation-hydrocarbures) datant des années 1970 et consistant en une exploitation effrénée et à l'exportation massive des ressources, politique assimilée à un pillage organisé et grandeur nature ; mise en place de la «bourse de l'emploi» par laquelle le ministre à pu chambouler entièrement l'encadrement de Sonatrach ; arrêt de la formation et privatisation de l'Institut algérien du pétrole (IAP), etc. La liste de griefs accablant  Chakib Khelil est aussi longue que grave. «Pourtant, quand Khelil avait débarqué au ministère, il était vu presque comme le messie. Son aura et sa longue carrière à la Banque mondiale l'avaient déjà précédé. Mais il a débarqué avec de gros sabots et sa démarche était empreinte de collusions avec des intérêts étrangers.» Khelil, «homme des Américains» ? L'officier dit ne pas croire à cette légende. «Non. Pas les Américains. Car hormis Abraham Spencer, dit-il, secrétaire à l'Energie dans le 1er gouvernement de George Bush (2001-2005), Khelil ne disposait d'aucune autre entrée à l'Administration américaine. Sauf que lui savait jouer de cette réputation usurpée, faisant notamment miroiter au président Bouteflika qu'il est la seule interface crédible et reconnue par les Américains». Des «Américains», Khelil, «Texan» par adoption, en a pourtant ramené dans ses bagages à l'instar de Bob Pleasant, juriste à la BM et véritable architecte de la loi sur les hydrocarbures d'avril 2005. Gelée un an après, en juillet 2006, «grâce au DRS et non à Chavez», précise-t-on, la loi en question déroulait le tapis rouge au majors anglosaxons  et cassait le monopole de Sonatrach. «24 heures après la décision portant gel de la loi,  Chakib Khelil s'envole aux USA.» Le gel de cette loi a marqué, selon l'officier, un tournant dans le comportement de Chakib Khelil. «C'est à partir de là qu'il a commencé à déconner, à se livrer au pillage.»  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien