mis à jour le

Election présidentielle : LA COMPETITION EST OUVERTE

Après la convocation lundi du collège électoral, les candidats peuvent maintenant commencer à déposer leurs dossiers à la Cour constitutionnelle en attendant le démarrage de la campagne officielle 

Officiellement, la campagne pour l’élection du président de la République débutera le 7 juillet 2013 à zéro heure et se clôturera le 26 juillet suivant à minuit. C’est une décision du Conseil des ministres extraordinaire convoqué lundi (lire l'Essor d'hier). Au ministère de l’Administration territoriale, département chargé de la préparation et de l’organisation technique et matérielle de l’ensemble des opérations électorales, tout le monde est mobilisé pour que le scrutin puisse se tenir aux dates indiquées.

Au cours d’un entretien qu’il nous a accordé, le secrétaire général du ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du Territoire, Ibrahima Fomba, a expliqué les modifications apportées à la loi électorale et adoptées par l’Assemblée nationale le 21 mai dernier. Ces modifications, a-t-il précisé, prennent en compte essentiellement la biométrie qui a été introduite dans notre système électoral. En effet, la nouvelle loi électorale, en son article 38, stipule que « les listes électorales sont permanentes. Elles sont établies à partir de la base de données biométriques de l’état civil comprenant à la fois les photos et les empreintes digitales. Le Numéro d’identification nationale (NINA) est le numéro d’identification unique affecté à chaque électeur ». Plus loin l’article 59 stipule que « il doit être remis à chaque électeur, au plus tard la veille du scrutin, une carte NINA tenant lieu de carte d’électeur, dont le modèle et le libellé sont fixés par décision du ministre chargé de l’Administration territoriale. Les cartes NINA sont remises à leurs titulaires dans les conditions de délais et de procédure déterminées par le ministre en charge de l’Administration territoriale. La carte NINA est personnelle et incessible. Sa falsification est interdite ».

Le secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale précise que cette carte NINA est désormais le seul document officiel pour voter. C’est dire que désormais, on ne peut plus voter avec une carte d’identité nationale ou un passeport. Une fois la confection des cartes NINA terminée, indique Ibrahima Fomba, des équipes de distribution seront déployées sur le terrain. A ce propos, la loi électorale dit en son article 61 que « les cartes NINA qui n’auraient pas pu être remises à leurs titulaires jusqu’à la veille du scrutin, sont déposées contre décharge auprès du sous-préfet, du gouverneur du district de Bamako, de l’ambassadeur et du consul avec le procès verbal. Ces cartes resteront à la disposition de leurs titulaires qui peuvent à tout moment les retirer sur justification de leur identité ».

En fixant l’ouverture de la campagne présidentielle à la date du 7 juillet prochain, on peut dire que le gouvernement est tout à fait dans le délai légal. Car au regard de l’article 69 de la loi électorale, « la campagne électorale est ouverte à partir du vingt et unième jour qui précède le scrutin pour l’élection du président de la République et des députés… »

Mais qu'en est-il de la déclaration de candidature à l’élection présidentielle ? Selon la loi électorale, la déclaration de candidature est faite à titre personnel à partir de la publication du décret convoquant les électeurs et au plus tard le trentième jour précédent le scrutin et adressée au président de la Cour constitutionnelle. C’est dire qu’après la convocation du collège électoral lundi, les candidats à l’élection présidentielle de cette année peuvent déjà commencer à déposer leurs dossiers à la Cour constitutionnelle et ce jusqu’à 30 jours avant le scrutin du 28 juillet prochain. La loi électorale rappelle que la déclaration doit mentionner les nom, prénom, profession, domicile, date et lieu de naissance du candidat. Chaque déclaration doit recueillir la signature d’au moins 10 députés ou de 5 élus communaux dans chacune des régions et du district de Bamako. Le candidat devra dans les deux jours qui suivent sa déclaration payer auprès du trésorier-payeur ou percepteur du trésor un cautionnement de 10 millions de Fcfa remboursables à 50% pour les candidats ayant obtenu 5% au moins des suffrages exprimés lors du 1er tour de l’élection présidentielle. Après s'être assurée de la candidature et du versement du cautionnement, la Cour constitutionnelle arrête et publie la liste des candidats.

Par ailleurs, la loi électorale indique que toute contestation portant sur une candidature est déférée à la Cour constitutionnelle 24 heures au plus tard après la publication de la liste des candidats. La Cour constitutionnelle statue sans délai.

Le ministère de l’Administration territoriale assure qu'il n'y a aujourd’hui aucun retard dans la préparation et l’organisation du scrutin présidentiel du 28 juillet prochain. Malgré cette assurance maintes fois répétée par le ministre Moussa Sinko Coulibaly aussi bien devant les élus de la nation que dans les médias, nombre de nos compatriotes estiment qu’à deux mois de la présidentielle, l’administration territoriale a beaucoup (trop ?) de pain sur la planche.

La situation se complique encore dans les régions du nord où tout est à refaire après la guerre et où il faut acheminer le matériel et les documents électoraux dans un contexte où la sécurité n’est pas encore gagnée et où le retour de l’administration progresse mais affiche des lacunes. Il y a aussi le cas particulier de Kidal occupé par les éléments du Mouvement pour la libération de l’Azawad et qui pose un gros point d'interrogation encore aujourd'hui.

M. KEITA

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

élection

AFP

Election CAF: le dinosaure Hayatou renversé de son trône au sommet du foot africain

Election CAF: le dinosaure Hayatou renversé de son trône au sommet du foot africain

AFP

Election CAF: Ahmad, le discret en quête de lumière

Election CAF: Ahmad, le discret en quête de lumière

AFP

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

Somalie: élection présidentielle sous très haute sécurité

présidentielle

AFP

Les Algériens se passionnent pour la présidentielle française

Les Algériens se passionnent pour la présidentielle française

AFP

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

AFP

Gambie: de la présidentielle au retour du président Barrow

Gambie: de la présidentielle au retour du président Barrow

compétition

AFP

CAN: Sliti (Tunisie) porté par la magie de la compétition

CAN: Sliti (Tunisie) porté par la magie de la compétition

AFP

Cinéma: 20 films en compétition pour le grand prix du Fespaco

Cinéma: 20 films en compétition pour le grand prix du Fespaco

AFP

Ligue des champions d'Afrique: la compétition va passer de 8

Ligue des champions d'Afrique: la compétition va passer de 8