mis à jour le

Filiales nord-est et centre de la CMDT : DE HAUTS RENDEMENTS POUR FAIRE ECOLE

Le ministre de l'Agriculture a salué les performances de certains paysans qui corroborent les projections du plan stratégique de développement de la filière coton à l'horizon 2018

Le ministre de l'Agriculture, Baba Berthé, a achevé lundi une visite de terrain entreprise dans la zone CMDT, par les exploitations agricoles des filiales nord-est de Koutiala et centre de Fana de la Compagnie malienne de développement des textiles. Dans la zone d'intervention de la filiale nord-est, la délégation a visité l'exploitation du paysan Adama Sanogo à Kani situé à une vingtaine de kilomètres de la capitale de l'or blanc.

Ce paysan qui opère dans la zone de production agricole de Karangasso cultive du coton, du maïs, du mil et du sorgho. Il dispose pour son exploitation de deux charrues et deux motoculteurs, d'un semoir, d'une charrette et d'appareils de traitement d'insecticide et d'herbicide, de deux paires de b½ufs de labour.

Adama Sanogo fait figure de modèle dans sa zone. Sur les trois dernières campagnes agricoles, il a obtenu, pour son coton, un rendement supérieur à une tonne à l'hectare. Durant la campagne agricole 2010-2011, il a produit 6,089 tonnes de coton graine sur 5 hectares avec un rendement moyen de 1, 218 tonne à l'hectare. En 2011-2012, il a récolté 7,297 tonnes de coton graine sur 6 hectares avec un rendement moyen de 1,216 tonne à l'hectare. Au cours de la dernière campagne 2012-2013, il a produit, sur 7 hectares, 8,802 tonnes de coton graine avec un rendement moyen de 1,257 tonne à l'hectare.

Ba Diarra, du village de Gouana situé dans le cercle de Dioïla dans la zone d'intervention de la filiale centre, se montre encore plus performant. Il a récolté respectivement 21 et 24 tonnes de coton graine sur 9 et 12 hectares au cours des campagnes agricoles 2010-2011 et 2011-2012. Sur ces deux saisons, le rendement par hectare de ses champs s'est établi à 2,333 tonnes et 2,054 tonnes. Ce rendement a un peu fléchi lors de la dernière campagne, pour se maintenir néanmoins à 1,283 tonne à l'hectare pour une production de coton graine de 12,825 tonnes sur 10 hectares.

Ba Diarra se situe au-dessus de la moyenne des rendements des cultures vivrières. Il a ainsi récolté 6,6 tonnes de maïs sur 3 hectares en 2010-2011, 4,2 tonnes sur 2 hectares en 2011-2012 et 12 tonnes sur 4 hectares en 2012-2013. Les rendements enregistrés sur le sorgho et le mil ont dépassé la tonne au cours des campagnes 2010 et 2011. L'exploitation de Ba Diarra est excédentaire en céréales et il a totalement réglé son crédit agricole, soit 100%. Adama Sanogo n'est pas loin car, au passage de la mission, il avait payé 98,85% de sa créance.

Les rendements qui dépassent la tonne résultent d'une intense campagne de sensibilisation menée par la CMDT depuis quelques années. Ainsi au cours des deux dernières campagnes (2011-2012 et 2012-2013), les exploitations agricoles qui ont dépassé deux tonnes de coton graine à l'hectare augmentent passant de 14,8% à 17,1% (de 15883 à 27498 exploitations). Le plan stratégique de développement de la filière coton à l'horizon 2018 met davantage l'accent sur les rendements, de même qu'il prend en compte la réhabilitation des pistes rurales, le renforcement des capacités des unités industrielles, l'amélioration du parc auto pour le transport du coton aux unités d'égrenage, etc.

Le ministre de l'Agriculture a félicité ces paysans et les a encouragés à persévérer sur cette lancée. Baba Berthé a expliqué en miniankan la problématique de l'agriculture et les risques liés à la spéculation sur les engrais.

La délégation ministérielle s'est également arrêtée dans la plaine rizicole de San. Les responsables de l'Association des riziculteurs de la plaine de San ouest (ARPASO), après une visite du périmètre, ont soumis des doléances relatives notamment à la facture d'électricité de la station de pompage et au renforcement de la capacité de ladite station par la pose de panneaux solaires pour pallier le déficit de fourniture d'électricité. Du fait des difficultés d'irrigation du périmètre, seuls 1167 hectares ont été exploités pour la contre-saison. Les productions hivernales de l'année dernière n'avaient pas non plus comblé les espoirs.

Le ministre Berthé a réitéré partout où il est passé les mises en garde contre les spéculations des intrants subventionnés, promis que les contrevenants seront sanctionnés et souhaité une bonne campagne agricole.

M. COULIBALY

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

école

AFP

Ouganda: un ministre fait saisir dans une école un livre trop osé

Ouganda: un ministre fait saisir dans une école un livre trop osé

Tour de France

L'équipe qui veut (re)mettre en selle les écoliers d'Afrique du Sud

L'équipe qui veut (re)mettre en selle les écoliers d'Afrique du Sud

Sciences

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement